Les Biotechnologies Osta inc.
TSX CROISSANCE : OBI

Les Biotechnologies Osta inc.

04 nov. 2005 11h52 HE

Les Biotechnologies Osta annoncent des résultats prometteurs issus de sa seconde étude clinique visant le développement d'une nouvelle analyse sanguine pour l'ostéoporose

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 4 nov. 2005) - Les Biotechnologies Osta inc. (TSX CROISSANCE:OBI) annonce aujourd'hui les résultats intérimaires de sa seconde étude clinique visant le développement d'une nouvelle analyse sanguine pour l'ostéoporose. Ces résultats intérimaires confirment les données dégagées lors de la première étude clinique menée à l'Hôpital Général Juif Sir Mortimer B. Davis (HGJ) auprès de 19 hommes atteints d'ostéoporose, qui a permis d'établir un rapport significatif entre la fréquence du gène du peptide relié à l'hormone parathyroïde (PTHrP) et la densité minérale osseuse (DMO) mesurée à la hanche ou la colonne vertébrale par âge comparé (score Z). La seconde étude à fait appel à 80 participants afin de confirmer non seulement les résultats de la première étude chez des hommes ostéoporotiques, mais également afin d'observer les tendances qui se dessinent chez les hommes sains, les femmes préménopausées saines et les femmes ostéoporotiques.

Cette seconde étude clinique chez des hommes sains et ostéoporotiques et chez les femmes préménopausées saines et ostéoporotiques se déroule à l'HGJ, un hôpital affilié à l'université McGill à Montréal. Un nombre total de 44 hommes et femmes ont été recrutés à ce jour. L'objectif principal de l'étude visait à étudier la corrélation entre la fréquence de l'allèle 252 bp observée dans une portion du gène PTHrP nommée site de polymorphisme de répétitions variables (VNTR) et le score Z de la DMO mesuré à la hanche ou la colonne vertébrale.

Le Dr Andrew Karaplis, président et chef de la direction scientifique a déclaré : " Nous sommes enthousiasmés par les résultats obtenus. Nous avions déjà démontré que le gène PTHrP joue un rôle clé dans la formation osseuse chez la souris. Les nouvelles données obtenues appuient davantage la conclusion selon laquelle le gène PTHrP joue un rôle crucial dans la formation osseuse chez l'homme et qu'il représente un candidat à fort potentiel pour établir un pronostic sur le risque de développer une faible masse osseuse et l'ostéoporose."

Le Dr Ajay Gupta, président du conseil et chef de la direction d'Osta Biotechnologies a déclaré : " Ces résultats contribuent non seulement à confirmer ceux de notre première étude clinique, mais ils ont également une très grande portée et appuient notre décision d'augmenter l'échelle des études cliniques en cours à un plus grand nombre de patients, avec la collaboration de deux institutions universitaire et cliniques en Europe et en Amérique du Nord de grande renommée."

La Société prévoit terminer les études sous peu et, sous réserve de résultats positifs, conclure des ententes de co-développement à l'échelle mondiale avec des entreprises ouvrant dans les technologies diagnostiques. La Société entend également compléter toutes les études cliniques afin des satisfaire les exigences réglementaires pour la commercialisation de cette nouvelle analyse sanguine des plus prometteuse.

Une analyse permettant d'établir un pronostic dans l'ostéoporose a le potentiel de révolutionner le dépistage précoce et le traitement préventif de cette maladie très répandue. Elle présente un fort potentiel pour améliorer la qualité de vie de millions de patients partout dans le monde et pour réduire de façon substantielle les coûts médicaux directs associés au traitement de cette maladie dévastatrice.

Les résultats

La corrélation entre la fréquence de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP a été étudiée dans le cadre d'une DMO mesurée à l'un de deux endroits du squelette : la hanche ou la colonne vertébrale. L'analyse est basée sur la DMO par âge comparable (score Z).

Une tendance statistiquement significative a été observée chez les hommes ayant participé à la seconde étude, et s'est reflétée autant dans les résultats de la première que de la seconde étude. La première étude menée à l'HGJ chez 19 hommes ostéoporotiques avait démontré que 16 sur 19 volontaires (84 %) présentaient au moins une fréquence de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP. Cependant, puisque la première étude n'incluait pas de groupe contrôle formé de volontaires sains, il n'a pas été possible de calculer de valeurs P afin d'établir une relation statistiquement significative entre la fréquence de l'allèle 252 bp et le score Z de la DMO. Au terme de la seconde étude, 1 sur 6 (17 %) hommes volontaires sains présentait au moins une fréquence de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP, alors que chez les hommes ostéoporotiques, cette proportion s'établissait à 3 sur 5 (60 %). Dans les deux études combinées, la proportion d'hommes sains présentant au moins une incidence de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP s'établissait à 1 sur 6 (17 %), alors que chez les hommes ostéoporotiques, cette proportion s'établissait à 19 sur 24 (79 %). Les résultats dégagés de la seconde étude corroborent les données de la première étude, notamment en ce qui a trait à la tendance chez les hommes ostéoporotiques vers une fréquence accrue de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP, comparativement à la cohorte d'hommes sains.

Les résultats observés chez le groupe de femmes ont révélé une tendance presque inverse par rapport aux hommes. Une tendance opposée, mais statistiquement significative, a été observée d'après une manifestation moins fréquente de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP chez les femmes ostéoporotiques comparativement aux femmes volontaires saines. Selon les résultats dégagés de la seconde étude, la proportion de femmes saines présentant au moins une incidence de l'allèle 252 bp dans le site VNTR du gène PTHrP s'établissait à 12 sur 19 (63 %), alors que chez les femmes ostéoporotiques, cette proportion s'établissait à 4 sur 14 (28 %). Pour l'instant, il n'existe pas d'explication évidente à ces divergences, mais elles pourraient être attribuées à un phénomène tel que le dimorphisme sexuel, une manifestation déjà observée chez un certain nombre de protéines et d'hormones comme l'ostrogène, la testostérone, etc.

Les Biotechnologies Osta inc.

Osta est une société biopharmaceutique inscrite à la bourse de croissance TSX (TSXV : OBI) qui se consacre au développement de produits diagnostiques et thérapeutiques innovateurs pour la population âgée, notamment dans les domaines de l'ostéoporose, de l'ostéoarthrite et de la maladie d'Alzheimer.

Ce communiqué contient des énoncés prospectifs qui sont associés à de nombreux risques et incertitudes, qui, par leur nature, peuvent faire en sorte que les résultats réels de la Société diffèrent grandement des résultats futurs exprimés ou supposés par ces faits prospectifs. Ces risques comprennent les actions posées par les concurrents d'Osta et les risques inhérents à la recherche et au développement scientifique.

La Bourse de croissance TSX n'a pas approuvé et n'accepte aucune responsabilité concernant la véracité ou l'exactitude de ce communiqué de presse.

Renseignements

  • Les Biotechnologies Osta inc.
    M. Alain Geahchan
    Directeur des relations aux investisseurs
    (450) 781-1317