SOURCE: Kelly Services

Kelly Services

11 nov. 2010 15h05 HE

Les Canadiens cherchent à se réinventer professionnellement face à un milieu de travail en pleine évolution, selon l'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondialeMC.

TORONTO--(Marketwire - November 11, 2010) - Un nombre croissant de Canadiens créent leur propre « marque » au sein d'une tendance où les personnes prennent leur carrière en main, notamment par des moyens qui contribuent à se distinguer dans un milieu de travail en pleine évolution. C'est là une des conclusions de la plus récente étude menée par Les Services Kelly(MD), chef de file en matière de solutions de main-d'œuvre.

Ces données s'inscrivent dans le cadre de l'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale, qui a recensé l'avis d'environ 134 000 personnes dans 29 pays, notamment plus de 15 000 personnes au Canada.

La mise en marché personnelle ou la valorisation de la marque est devenue une caractéristique du milieu de travail moderne, alors que les personnes interrogées ont relevé les éléments qu'ils considèrent comme les plus importants dans l'édification de leur identité : aptitudes de communication orale (70 pour cent), curriculum vitae (64 pour cent), connaissances techniques (63 pour cent), communication écrite (63 pour cent), apparence personnelle (52 pour cent) et utilisation des sites de médias sociaux (39 pour cent).

« Plusieurs personnes se détachent de la relation d'emploi type et réfléchissent aux moyens de se promouvoir pour se distinguer du groupe », affirme Karin French, vice-présidente et directrice générale de Kelly au Canada. « Les gens sont très sensibilisés par la rapidité des changements en milieu de travail et la capacité à gérer ces changements. »

L'étude démontre aussi que 70 pour cent des participants sont prêts à investir de leur poche pour maintenir leurs aptitudes à niveau, sans attendre que leur employeur le fasse pour eux. Par ailleurs, plus d'une personne interrogée sur deux croit qu'elle changera de carrière et se réinventera à un moment ultérieur.

Voici quelques autres points saillants de l'étude au Canada :

  • 73 pour cent des gens de la Génération X sont prêts à investir de leur propre poche dans la formation de leurs aptitudes, plus que chez les gens de la Génération Y (69 pour cent) et la génération du baby-boom (68 pour cent).
  • 74 pour cent des gens de la génération du baby-boom citent les aptitudes de communication verbale comme l'élément le plus important dans la valorisation de la marque personnelle, comparativement à 72 pour cent dans la Génération X et 66 pour cent dans la Génération Y.
  • 78 pour cent des gens de la Génération Y se disent « très optimistes » par rapport à leur capacité de suivre l'évolution technologique et autres changements en milieu de travail, plus que chez les gens de la Génération X (74 pour cent) et de la génération du baby-boom (67 pour cent).
  • 58 pour cent des personnes interrogées s'attendent à changer de carrière dans l'avenir, ce qui se remarque davantage au sein de la génération du baby-boom (60 pour cent) que chez les gens des Générations X et Y (58 pour cent chacun).
  • Une personne interrogée sur quatre (25 pour cent) se décrit comme étant « très active » dans l'utilisation de sites de médias sociaux pour sa mise en marché personnelle, alors que 35 pour cent affirment être « assez actifs ».

Parmi les secteurs où les employés sont plus enclins à investir de leur propre poche pour améliorer leur niveau de compétence, on compte : l'ingénierie, les technologies de l'information, le secteur manufacturier, les services financiers et le domaine de l'éducation.

À l'échelle canadienne, les employés les plus optimistes quant à leur potentiel à suivre l'évolution technologique et autres changements en milieu de travail se trouvent au Québec (79 pour cent), puis en Colombie-Britannique (77 pour cent), en Alberta et en Ontario (74 pour cent), au Nouveau-Brunswick (72 pour cent), en Saskatchewan (68 pour cent) et en Nouvelle-Écosse (65 pour cent).

« Plusieurs employeurs offrent la formation et d'autres bénéfices pour aider leurs employés désireux de changer de carrière ou d'avancer sur le plan professionnel. Par contre, compte tenu des emplois à durée raccourcie et de la plus grande mobilité de la main-d'œuvre, les employés prennent la gestion de leur carrière en main, perfectionnent de nouvelles aptitudes et forment leur marque personnelle », conclut French.

Kelly mène présentement l'étude de cette année. Pour faire partie des données du prochain Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale, cliquez ici pour répondre au sondage maintenant ou visitez le site kellyservices.ca.

À propos de l'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale
L'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale est une étude annuelle d'opinions portant sur le travail et le milieu de travail d'un point de vue générationnel. Les conclusions de ces études menées auprès de 134 000 personnes en Amérique du Nord, en Europe et en Asie-Pacifique seront publiées chaque trimestre au cours de l'année 2010. L'an dernier, Les Services Kelly a remporté un prix MarCom Gold pour l'Indice dans la catégorie recherche/étude.

À propos des Services Kelly
Kelly Services, Inc. (NASDAQ: KELYA) (NASDAQ: KELYB) est un des plus importants fournisseurs de solutions de main-d'œuvre au monde. Kelly offre un éventail complet de services d'impartition des effectifs, de services-conseils en ressources humaine et de dotation de personnel sur une base temporaire, temporaire à permanente et permanente. Kelly dessert des clients à l'échelle mondiale et emploie 480 000 personnes chaque année. En 2009, son chiffre d'affaires s'élevait à 4,3 milliards de dollars. Consultez le site Web au www.kellyservices.com.

Renseignements