Association canadienne des automobilistes (CAA)

Association canadienne des automobilistes (CAA)

06 févr. 2015 10h10 HE

Les Canadiens commencent à comprendre le danger des textos au volant, selon la CAA

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 6 fév. 2015) - Bien qu'ils soient encore nombreux à le faire, presque tous les Canadiens s'entendent pour dire qu'envoyer des textos au volant est une pratique répréhensible.

En effet, les résultats d'un nouveau sondage mené par l'Association canadienne des automobilistes (CAA) révèlent que 90 % des Canadiens considèrent l'envoi de textos au volant comme un comportement socialement inacceptable.

« Il nous faut encore combler l'écart entre la parole et le geste, mais nous sommes sur la bonne voie », explique Jeff Walker, vice-président aux affaires publiques de la CAA.

L'envoi de textos au volant constitue une réelle préoccupation depuis seulement quelques années. Cette pratique est maintenant illégale dans toutes les provinces, mais comme pour toute problématique de sécurité routière, les lois ne représentent qu'une partie de l'équation - il suffit de penser à la question du port de la ceinture de sécurité ou encore à celle de l'alcool au volant pour s'en convaincre.

« Il faut faire en sorte que l'envoi de textos au volant devienne, à l'échelle de la société, aussi inacceptable que l'alcool au volant », ajoute M. Walker. « La CAA compte continuer de conjuguer ses efforts à ceux des autres intervenants en sécurité routière pour veiller à ce que les Canadiens cessent véritablement cette pratique. »

Les répondants au sondage ont dit avoir observé en moyenne six personnes en train de texter au volant en l'espace d'un mois. De plus, 22 % des répondants ont admis avoir lu ou envoyé récemment un message texte pendant qu'ils conduisaient.

Les trois principales raisons qui poussent les gens à texter au volant sont, d'après le sondage, le besoin de rester en contact avec la famille, l'obligation de régler des affaires personnelles urgentes, et le travail.

La CAA a aussi demandé aux répondants de classer leurs dix principales préoccupations en matière de sécurité routière. Voici ce qui en est ressorti, dans l'ordre : l'envoi de textos ou de courriels au volant; l'alcool au volant; les conducteurs qui brûlent des feux rouges; les conducteurs qui font de la vitesse dans les quartiers résidentiels; la conduite agressive; la fatigue au volant; la conduite sous l'influence de drogues illicites; les conducteurs qui parlent au cellulaire en conduisant; la vitesse excessive sur la route; et les conducteurs qui interagissent avec les systèmes électroniques montés à bord de leur véhicule.

Le sondage a été mené auprès de 1 252 Canadiens. Un échantillon probabiliste de même taille aurait conduit à une marge d'erreur de ± 2,8 %, 19 fois sur 20.

La CAA est une fédération regroupant neuf clubs d'automobilistes qui offrent à plus de 6 millions de membres un service d'assistance routière exceptionnel, des services complets en matière d'automobile et de voyage, des rabais privilégiés, ainsi qu'une panoplie de services d'assurances. La CAA défend aussi les intérêts de ses membres sur une variété d'enjeux qui leur tiennent à cœur, dont la sécurité routière, l'environnement, la mobilité, les infrastructures et la protection des consommateurs.

Renseignements

  • Julia Kent
    Gestionnaire des affaires publiques
    Bureau national de la CAA
    613-240-9992
    jkent@national.caa.ca