Association canadienne des chaines de pharmacies (ACCP)

Association canadienne des chaines de pharmacies (ACCP)

04 mars 2012 11h53 HE

Les Canadiens ont recours aux pharmacies pour recevoir des soins de santé

Un sondage confirme l'importance des pharmacies comme source de soins de santé

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 4 mars 2012) - Alors que débute la Semaine de sensibilisation à la pharmacie1, un sondage Nielsen réalisé pour le compte de l'Association canadienne des chaînes de pharmacies (ACCP) indique que les patients d'un océan à l'autre ont recours aux connaissances, à l'expertise et aux services de soins de santé disponibles à leur pharmacie. En effet, 72 % des quelque 6 000 personnes interrogées ont affirmé avoir discuté de problèmes de santé, autres que ceux pour lesquels on leur a prescrit des médicaments, avec leur pharmacien2.

« Les pharmaciens sont des professionnels de la santé hautement qualifiés dont l'expertise est encore sous-utilisée par le système de santé au Canada et même à l'étranger, explique la présidente et chef de la direction de l'ACCP, Nadine Saby. Les gouvernements reconnaissent le rôle important des pharmaciens, qui veillent à ce que les patients reçoivent les bons médicaments et les prennent correctement, ajoute-t-elle. Aujourd'hui, grâce à l'autorisation et au financement accordés aux pharmaciens pour la prestation de nouveaux services, tels que les examens de médicament, les injections et vaccins ainsi que les renouvellements d'ordonnance sans visite médicale, les patients ont accès rapidement aux conseils d'un professionnel de la santé. »

Les pharmacies ne doivent plus se contenter d'offrir des conseils et des médicaments. En effet, 96 % des personnes interrogées croient que leur pharmacien doit absolument jouer un rôle accru et collaborer plus étroitement avec leur médecin pour optimiser leurs soins.

Sujets dont les Canadiens discutent avec les pharmaciens

Chez les personnes ayant déclaré s'être entretenues d'au moins un problème de santé avec un pharmacien, pour une raison autre que l'exécution d'une ordonnance (72 % des personnes interrogées), le sujet le plus fréquemment abordé (41 %) était les affections mineures telles que les brûlures légères ou les piqûres d'insectes, suivi des vitamines et suppléments alimentaires (26 %) et des effets indésirables de médicaments (24 %).

C'est dans la région de l'Atlantique - où Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick affichent les plus faibles taux de médecins de famille par habitant au pays - que les patients sont les plus susceptibles de recourir à leur pharmacien pour obtenir des conseils en cas d'affection mineure (47 %). Les patients du Québec arrivent en tête lorsqu'il est question de s'informer sur les effets indésirables de médicaments (33 %).

Concernant la prise en charge du diabète, les Canadiens affirment qu'ils tirent plutôt avantage de leur pharmacie comme source de soins de santé qualifiée, accessible et pratique. Toutefois, compte tenu du fardeau que représente le diabète pour les patients, leur famille, le système de santé et l'ensemble de l'économie du Canada, on s'étonne que seulement 9 % des personnes interrogées affirment consulter leur pharmacien pour la prise en charge de cette maladie.

Facteurs influençant le choix d'une pharmacie

Quels sont les facteurs les plus importants pour les Canadiens lorsqu'ils choisissent une pharmacie? Autre signe indiquant que les consommateurs s'attendent à ce que les pharmacies jouent un rôle accru dans leurs soins de santé, 48 % des personnes interrogées ont affirmé choisir une pharmacie selon la confiance qu'ils accordent aux connaissances et aux conseils du personnel. L'emplacement, c'est-à-dire la possibilité d'accéder commodément à des soins de qualité, était le deuxième facteur en importance (42 %).

Voici les cinq plus importants facteurs pris en considération par les Canadiens pour le choix d'une pharmacie :

  1. Confiance accordée aux connaissances et aux conseils du personnel - 48 %
  2. Emplacement (commodité) - 42 %
  3. Disponibilité du pharmacien - 32 %
  4. Rapidité du service (p. ex. courts délais d'exécution d'une ordonnance) - 30 %
  5. Services offerts (conseils sur les médicaments, surveillance de la tension artérielle, etc.) - 17 %

Effets de la pénurie de médicaments ressentis par les Canadiens

Plus de 30 % des personnes interrogées ont affirmé avoir ressenti les effets de la pénurie de médicaments - et souvent à plus d'une occasion - au cours de la dernière année.

Les pharmaciens sont directement touchés par cette situation et la plupart tentent de minimiser son incidence sur les patients. Parmi les personnes interrogées dont le ménage a ressenti les effets de la pénurie de médicaments, 54 % ont indiqué que leur pharmacien avait pu, à au moins une occasion, obtenir d'une autre source le médicament qui leur avait été prescrit, et 35 % ont indiqué que leur pharmacien avait réussi à leur fournir un médicament équivalent - ce qui, dans la plupart des provinces, exige le consentement du médecin prescripteur.

Parmi les personnes touchées par la pénurie, 33 % ont aussi affirmé ne pas avoir été en mesure, au moins une fois, de faire exécuter une ordonnance ou de trouver un médicament équivalent.

« Les pharmaciens font l'impossible pour composer avec la pénurie de médicaments et réduire ses effets sur les patients, déclare Sandra Aylward, pharmacienne, présidente du conseil d'administration de l'ACCP et vice-présidente, Affaires professionnelles et réglementaires, Sobeys Pharmacy Group. En effet, une étude menée par l'Association des pharmaciens du Canada en octobre 2010 estime qu'un pharmacien consacre en moyenne 30 minutes par quart de travail à régler ce genre de problème. Il est à la fois alarmant et malheureux qu'en dépit des efforts déployés par les pharmaciens partout au pays, la pénurie de médicaments perdure et touche un si grand nombre de Canadiens. »

À propos du sondage de l'ACCP

Les résultats proviennent du sondage en ligne PanelViews de Nielsen réalisé auprès de 5 878 foyers canadiens. Ce sondage a été mené du 6 au 26 février 2012 sur un échantillon pancanadien, équilibré par région et données démographiques à l'aide des données du recensement canadien aux fins de représentativité statistique.

À propos de l'ACCP

L'ACCP est l'association nationale qui représente les pharmacies communautaires du Canada. Les membres détaillants de l'ACCP exploitent près de 6 000 pharmacies traditionnelles et pharmacies affiliées à une bannière, ainsi que des chaînes de supermarchés et de grands magasins abritant des pharmacies. Les membres associés comprennent les fournisseurs de toutes les catégories de biens et de services de l'industrie pharmaceutique.

L'ACCP fournit à ses membres une vaste gamme de services. Elle met entre autres à leur disposition des études qui font autorité, ainsi que des forums de discussion sur les tendances du secteur, et elle expose les points de vue du secteur pharmaceutique aux gouvernements, tout cela dans le but de rehausser la valeur de la pharmacie communautaire aux yeux des consommateurs. Veuillez consulter le site Web de l'ACCP à l'adresse suivante : www.cacds.com.

1 La Semaine de sensibilisation à la pharmacie se déroule du 4 au 10 mars 2012.

2 Les personnes interrogées avaient 15 choix de réponses et une option « aucune de ces réponses ». Puisque l'option « autre » ne figurait pas dans la liste, il est probable que le pourcentage de Canadiens ayant demandé des conseils de santé à un pharmacien soit supérieur à 72 %.

Renseignements

  • Pour obtenir un entretien avec un porte-parole de l'ACCP
    ou discuter des résultats du sondage et des services offerts
    par les pharmacies au Canada, veuillez communiquer avec :
    Sara Feldman, Directrice des communications, ACCP
    416 226-9100, poste 225
    sfeldman@cacds.com

    Adam Sanders
    Spécialiste des communications, ACCP
    416 226-9100, poste 222
    Cell : 647-465-7596
    asanders@cacds.com
    www.cacds.com