BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

06 oct. 2011 11h43 HE

Les Canadiens sous-estiment les conséquences financières d'un divorce, selon un nouveau sondage de BMO

- Plus de 100 000 Canadiens divorcent chaque année

- Moins d'une personne concernée sur cinq se préoccupe des conséquences financières d'un divorce

- Pour ceux qui divorcent, il est essentiel de se préparer sur le plan financier

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 6 oct. 2011) - Selon Statistique Canada, plus de 100 000 Canadiens divorcent chaque année. S'il est facile de comprendre que ces personnes doivent passer par des moments d'une grande intensité sur le plan émotionnel, les résultats d'un nouveau sondage publié par BMO Groupe financier nous apprennent que peu de Canadiens sont conscients des conséquences financières d'un divorce.

Le sondage, effectué par la firme Léger Marketing, a été mené afin d'évaluer l'opinion des Canadiens au sujet des répercussions d'un divorce. La vie familiale est considérée par les répondants comme le premier élément étant affecté en cas de divorce (41 pour cent). Cependant, l'état des finances et le train de vie se placent loin derrière dans le choix des réponses (à 19 et 14 pour cent respectivement) – malgré certaines données de Statistique Canada qui démontrent que, parmi les enjeux clés de l'accessibilité, de la garde légale, de la propriété et du soutien cités dans les cas de divorce qui sont en cours, ceux qui sont le plus souvent mentionnés sont ceux du soutien et de la propriété, avec un taux de réponse de 80 pour cent chacun.

Selon les résultats d'une étude de l'Institut Info-retraite BMO, il semble que les adultes mariés qui divorcent ou deviennent veufs entre l'âge de 67 et de 80 ans sont ceux chez qui l'on peut observer la baisse de revenu la plus importante, et la hausse la plus élevée du taux de pauvreté. Chez cette catégorie de personnes, le revenu moyen pourrait perdre jusqu'à 37 pour cent.

« Parce qu'un divorce est un événement très riche en émotions, ses répercussions sur le plan financier, en particulier à long terme, peuvent être sous-estimées », a expliqué Caroline Dabu, vice-présidente, Stratégies de planification financière et de retraite, BMO Groupe financier. « Il est essentiel que les gens qui sont aux prises avec un divorce prennent un peu de recul par rapport à leurs émotions, et qu'ils se préoccupent de la question des finances à court comme à long terme, que cela veuille dire de modifier leur plan financier ou d'avoir un entretien avec un professionnel des services financiers. »

Dans le cadre du sondage de BMO, il a également été demandé aux répondants quelles étaient pour eux les choses dont ils se préoccupaient le plus lors d'une procédure de divorce (à l'exception des enfants) :

  • la maison (53 pour cent);
  • les revenus de retraite (17 pour cent);
  • les placements (13 pour cent);
  • les biens personnels (quatre pour cent).

Mme Dabu a conseillé l'élaboration d'une liste de vérification dans les situations de divorce, afin de s'assurer de ne pas oublier certains éléments importants, tels que les testaments, l'immobilier, les placements et les revenus de retraite.

Le droit en matière de divorce est indissociable des considérations financières lorsque l'on se trouve confronté à ce type de situation. Il est donc essentiel que les personnes concernées obtiennent des conseils juridiques, et ce, le plus rapidement possible.

« Le droit en matière de divorce a considérablement évolué au cours des dernières décennies, ce qui se traduit souvent par des croyances erronées chez les personnes qui souhaitent divorcer », a expliqué Stephen Grant, avocat chez McCarthy Tétrault, s.r.l. « Nous constatons souvent que nos clients sont très surpris de voir à quel point la loi s'applique à leur situation personnelle. »

Stephen Grant, de McCarthy Tétrault, conseille de ne pas perdre de vue les considérations juridiques ci-dessous :

  • Préparez-vous à l'avance – Bien que les couples ne se marient pas en pensant au divorce, il existe certaines mesures préventives qui peuvent éviter les conflits ultérieurs, telles que la signature d'un contrat de mariage ou d'une entente prénuptiale.
  • Assurez-vous de la juridiction ayant autorité en matière de propriété – N'oubliez pas que les provinces ont des lois différentes en matière de propriété, lois qui gouvernent la séparation des biens immobiliers et autres biens personnels.
  • Vérifiez les changements apportés au droit en matière de divorce – De nombreux points ont été modifiés au fil des ans en ce qui concerne les cas de divorce. Par exemple, de nouvelles règles seront mises en place d'ici peu en Ontario en ce qui a trait à la séparation des revenus de retraite dans les cas de divorce.
Caroline Dabu, de BMO, propose les conseils financiers suivants à ceux qui sont en instance de divorce :
  • Familiarisez-vous avec le droit – Sans être un avocat ou un comptable, tâchez d'avoir au moins un minimum de connaissances sur le droit en matière de divorce, et sur les conséquences de votre nouveau statut du point de vue de l'impôt. Assurez-vous également de mettre à jour votre testament et vos délégations de pouvoir, afin de tenir compte des changements nécessairement entraînés par votre divorce.
  • Faites l'inventaire de vos avoirs – Procédez à une évaluation complète et rigoureuse de l'ensemble de vos avoirs, incluant les placements, l'immobilier, les revenus de retraite, etc. Classez-les par dates d'avant le mariage et de séparation. Selon le type d'avoirs et le moment où vous les avez acquis, les règles en matière de séparation des biens pourraient varier.
  • À quoi ressemblera votre nouvelle vie? – Prenez une feuille de papier et commencez à tracer les contours de votre nouvelle vie une fois que vous redeviendrez célibataire, en couvrant autant d'éléments que possible : enfants, parents, logement, régimes de retraite, vie sociale, dons, amis, etc. Attribuez un montant à chacun de ces éléments, le cas échéant.

Le sondage en ligne a été effectué par la firme Léger Marketing, du 15 au 18 août 2011, auprès d'un échantillon représentatif de 1 504 adultes canadiens.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817 sous le nom de Banque de Montréal, BMO Groupe financier est un fournisseur nord-américain de services financiers hautement diversifiés. Fort d'un actif totalisant plus de 477 milliards de dollars au 31 juillet 2011 et d'un effectif de plus de 47 000 employés, BMO offre une vaste gamme de produits et de solutions dans les services bancaires de détail, de la gestion de patrimoine et des services d'investissement.

Renseignements