Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) - Ottawa

Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) - Ottawa

02 févr. 2011 12h14 HE

Les Canadiens veulent que le gouvernement Harper agisse dans le dossier du RPC

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 2 fév. 2011) - Quatre-vingts pour cent des Canadiens croient que la hausse des prestations du Régime de pensions du Canada (RPC) devrait être la priorité du gouvernement Harper pour améliorer la sécurité à la retraite et 81 pour cent sont d'avis que le RPC devrait être un enjeu important des prochaines élections fédérales, selon un nouveau sondage rendu public aujourd'hui.

Le groupe Environics Research a mené le sondage au début de janvier pour le compte du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), après que le ministre des Finances Jim Flaherty eut soudainement annoncé, à la fin de l'année dernière, que le gouvernement conservateur comptait retarder les bonifications au RPC. Le sondage a joint 1001 Canadiens entre le 6 et le 11 janvier 2011 et comporte une marge d'erreur de +/- 3,1 pour cent, 19 fois sur 20.

« La plupart des Canadiens sont contre les tergiversations dans l'amélioration du RPC, constate Paul Moist, président national du SCFP. Une hausse graduelle des primes du RPC payées par les travailleurs et les employeurs pour augmenter les prestations est nettement perçue comme la meilleure option et la plus largement appuyée pour aider les Canadiens à épargner davantage en vue de leur retraite. »

Le sondage d'opinion montre aussi qu'une majorité de Canadiens s'opposent à ce que le gouvernement fédéral remette à plus tard la bonification du RPC. Plus de 50 pour cent ne sont pas d'accord avec la décision du gouvernement Harper de retarder la hausse des prestations du RPC en faveur de régimes de retraite collectifs privés pour celles et ceux qui peuvent se permettre d'y cotiser. Seulement 38 pour cent appuient cette mesure.

« La solution de rechange risquée et non éprouvée à la hausse des prestations du RPC proposée par les conservateurs n'a pas convaincu le public, croit M. Moist. Cette mesure ne profitera qu'aux banques et aux sociétés de fonds mutuels. Elle n'aidera sûrement pas les travailleurs canadiens. Ces derniers veulent un RPC renforcé avec hausses des prestations et ils le veulent maintenant. »

L'appui à un meilleur RPC traverse les allégeances politiques. Soixante-quatorze pour cent des répondants qui s'identifiaient comme conservateurs conviennent que la hausse des prestations du RPC devrait être la priorité du gouvernement Harper pour l'amélioration de la sécurité à la retraite des Canadiens. Ce pourcentage n'est que légèrement inférieur à la moyenne nationale. Les électeurs conservateurs croient aussi, au même niveau que le résultat national, que la réforme progresse trop lentement.

« Dans les faits, 11 millions de Canadiens sont sans régime de retraite au travail et beaucoup ne peuvent pas se permettre de cotiser à un régime d'épargne-retraite, conclut Paul Moist. Les Canadiens voient bien que le projet de régime de retraite collectif des conservateurs ne répond pas à leurs besoins et ils considèrent clairement que la bonification du RPC est la meilleure façon d'assurer la sécurité à la retraite pour tous. »

Pour voir toutes les questions et conclusions du sondage, consultez www.scfp.ca.

Renseignements

  • Pierre Ducasse
    Relations du SCFP avec les médias
    613-852-1494
    pducasse@scfp.ca