Ontario Telecommunications Association

Ontario Telecommunications Association
Association des Compagnies de Téléphone du Québec

Association des Compagnies de Téléphone du Québec

06 févr. 2012 10h00 HE

Les compagnies de téléphone indépendantes du Canada déposent une pétition auprès du Cabinet fédéral afin de modifier les décisions du CRTC

L'approche mal-adaptée du CRTC va compromettre la viabilité des entreprises et créer un nouveau fossé en matière de télécommunication

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 6 fév. 2012) - Les associations qui représentent les petites compagnies de téléphone indépendantes en Ontario (l'Ontario Telecommunications Association (OTA) et au Québec (L'Association des Compagnies de Téléphone du Québec (ACTQ) ont conjointement déposé vendredi le 3 février 2012 une pétition au Cabinet fédéral, conformément à l'article 12 de la Loi sur les télécommunications, afin de modifier les décisions du CRTC en date du 3 mai 2011 et du 28 novembre 2011, relativement à l'introduction de la concurrence dans leurs zones de desserte locale.

Le Président de l'ACTQ, monsieur Serge Desy a déclaré, « La nouvelle approche du CRTC en matière de concurrence reflète les réalités urbaines, et non pas les réalités rurales. Ceci compromettra la viabilité financière des entreprises locales qui jouent depuis longtemps un rôle vital dans leurs communautés, en plus de créer un nouveau fossé en matière de télécommunication, dans les régions rurales de l'Ontario et du Québec, là où il n'en existe pas présentement.

Selon la formule proposée par le CRTC, les compagnies de téléphone titulaires locales conserveront l'obligation de servir tous leurs clients dans les zones de desserte à coûts élevés, autant en ville que dans les régions rurales plus éloignées, alors que les entreprises de câblodistribution auront la liberté d'offrir le service téléphonique uniquement aux clients situés là où leur réseau est déjà existant, tout en ignorant les clients potentiels situés ailleurs dans la région. De plus, le CRTC a changé les règles financières qui ont historiquement permises aux petites titulaires de rencontrer leur obligation de fournir un service uniforme et de haute qualité.

Le Directeur exécutif de l'OTA, monsieur Jonathan Holmes a ajouté : «Le résultat pervers de la formule proposée par le CRTC occasionnera l'éventuel ré-établissement d'un seul fournisseur de services dans plusieurs secteurs, mais sans aucune obligation ou incitatif économique à desservir les clients situés dans les régions les plus éloignées et rurales. Nos entreprises croient que nous avons bien desservi nos clients et nos communautés ; et nous sommes confiants que le Cabinet conclura que les décisions du CRTC sont irréfléchies, injustes et feront beaucoup plus de mal que de bien. »

Renseignements