SOURCE: Federation Internationale du Diabete (FID)

20 oct. 2009 05h39 HE

Les derniers chiffres sur le diabète brossent un tableau mondial morose

D'après la Fédération Internationale du Diabète, l’épidémie est hors de contrôle

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - October 20, 2009) - Selon les nouvelles données publiées aujourd’hui par la Fédération Internationale du Diabète (FID), le nombre de personnes atteintes de diabète dans le monde a grimpé en flèche pour atteindre 285 millions. Les derniers chiffres tirés de l'Atlas du diabète de la FID indiquent que les personnes vivant dans les pays à faible et moyen revenu sont les premières victimes de l'épidémie, et que contrairement aux idées reçues, la maladie frappe une grande partie de la population active.

En 1985, les seules données connues donnaient à penser que le diabète touchait 30 millions de personnes dans le monde entier. 15 ans plus tard les chiffres ont été revus et la maladie touchait un peu plus de 150 millions de personnes. Au jour d’aujourd’hui, moins de 10 ans plus tard, les nouveaux chiffres, formulés au 20e Congrès mondial du diabète se déroulant à Montréal au Canada, se rapprochent de plus de 300 millions, dont plus de la moitié est âgée de 20 à 60 ans. La FID estime que, si le taux de croissance actuel se poursuit à ce rythme alarmant et si rien n’est fait, le nombre total dépassera les 435 millions d’ici 2030, soit un chiffre supérieur à la population actuelle de l'Amérique du Nord.

Le professeur Jean Claude Mbanya, Président de la Fédération Internationale du Diabète, a exprimé son inquiétude : « Les données tirées de la dernière édition de l’Atlas du diabète de la FID indiquent que l'épidémie est hors de contrôle. Nous perdons du terrain quant aux efforts déployés pour endiguer le diabète. Aucun pays n'est à l'abri et aucun pays n'est entièrement équipé pour repousser cet ennemi commun ».

La prévention du diabète de type 1 est impossible. C'est une maladie auto-immune dans laquelle le corps détruit ses cellules productrices d’insuline. Les personnes atteintes de diabète de type 1 ont besoin d'injections quotidiennes d'insuline pour survivre. Le diabète de type 2 représente la majorité des cas de diabète (85 % à 95 %), et dans de nombreux cas peut être évité. Les personnes atteintes de diabète de type 2 ne peuvent pas utiliser efficacement l'insuline qu'ils produisent, mais peuvent souvent gérer leur maladie grâce à l'exercice physique et à l'alimentation, bien que beaucoup nécessitent, au final, l’administration d’un médicament comme des doses d'insuline, en vue de maîtriser correctement leurs niveaux glycémiques (les taux de sucre dans le sang). On estime que 60 % ou plus des cas de diabète de type 2 peuvent être évités.

Les deux de diabètes, de type 1 et de type 2, représentent une menace sanitaire grave. Chaque année, quatre millions de décès sont imputables au diabète qui est l’une des causes principales de cécité, d'insuffisance rénale, d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral et d'amputation.

Le diabète explose dans le monde entier

Le diabète touche aujourd'hui sept pour cent de la population adulte mondiale. Comparativement à d’autres taux, les régions qui présentent les taux de prévalence les plus élevés sont l'Amérique du Nord, où 10,2 % de la population adulte souffre de diabète, suivi par 9,3 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les régions affligées du plus grand nombre de personnes vivant avec le diabète sont le Pacifique occidental, où le diabète touche environ 77 millions de personnes et l’Asie du Sud Est avec 59 millions de personnes atteintes.

Cependant, l'Inde trône au sommet des pays comptant le plus grand nombre de personnes atteintes de diabète. Le chiffre actuel s’élève à 50,8 millions, suivis par 43,2 millions en Chine. Puis viennent les États-Unis (26,8 millions), la Russie (9,6 millions), le Brésil (7,6 millions), l'Allemagne (7,5 millions), le Pakistan (7,1 millions), le Japon (7,1 millions), l’Indonésie (7 millions) et le Mexique (6,8 millions).

Les nouvelles données ayant trait à la proportion de la population adulte vivant avec du diabète, révèlent l'impact dévastateur du diabète dans toute la région du Golfe, où cinq des pays du Golfe sont parmi les dix premiers pays touchés. Nauru, nation insulaire du Pacifique présente le taux de diabète le plus élevé, avec près d'un tiers de sa population adulte (30,9 %) atteintes de la maladie. Puis viennent les Émirats Arabes Unis (18,7 %), l'Arabie Saoudite (16,8 %), l’île Maurice (16,2 %), Bahreïn (15,4 %), l’île de la Réunion (15,3 %), le Koweït (14,6 %), l’Oman (13,4 %) ; le Tonga (13,4 %) et la Malaisie (11,6 %).

L'accroissement du fardeau économique

Le diabète est devenu un problème de société. Dans les pays à faible et moyen revenu, il menace la santé et la prospérité économique. La FID estime que le diabète coûtera à l'économie mondiale au moins 376 milliards de dollars US en 2010, soit 11,6 % du montant total des dépenses en santé à l’échelle mondiale. D’ici 2030, ce nombre devrait dépasser les 490 milliards de dollars américains. Plus de 80 % des dépenses de santé destinées à traiter et à prévenir le diabète sont effectuées dans les pays les plus riches du monde et non dans les pays pauvres, où plus de 70 pour cent des personnes atteintes de diabète vivent à l’heure actuelle.

Les dépenses effectuées par les États-Unis s’élèvent à 198 milliards de dollars, soit 52,7 % des dépenses mondiales liées au diabète. L'Inde, qui compte la plus grande population atteinte de diabète, dépense 2,8 milliards $ US, soit 1 % du montant total mondial. Dans la plupart des pays à faible et moyen revenu, les personnes atteintes de diabète doivent payer de leur poche, en raison de l'insuffisance des services médicaux publics et des assurances. Le diagnostic du diabète dans un pays à bas ou à moyen revenu suffit souvent à entraîner des familles entières dans la pauvreté.

« Le monde doit investir dans des systèmes de soins de santé intégrés qui permettent de diagnostiquer, traiter, gérer et prévenir le diabète », a déclaré le Professeur Nigel Unwin, qui dirige l'équipe d'experts de l'Atlas du diabète de la FID. « Les gouvernements doivent également investir dans des démarches en dehors des circuits traditionnels de soins de santé, en particulier dans la promotion de régimes alimentaires plus sains et de l'activité physique, pour réduire l'obésité et le risque de diabète de type 2. Sans prévention efficace, le diabète submergera les systèmes de soins de santé et entravera la croissance économique ».

L'intégration de programmes qui s’occupent de la prévention du diabète, aux systèmes de santé nationaux et aux cadres stratégiques, est un élément important de la riposte. La FID tire la sonnette d’alarme à propos de nombreux systèmes de soins santé dans le monde et souligne leur insuffisance de moyens pour mettre en place une riposte à l’ampleur de la menace que pose le diabète. Si rien n’est fait, des conséquences graves s’ensuivront.

« L'épidémie constitue à elle seule une situation d'urgence sanitaire mondiale », a déclaré le président de la FID, Mbanya. « La passivité des dirigeants mondiaux devant la bombe à retardement du diabète est alarmante. L'impact grave sur les familles, les pays et l’économie continue à se faire sentir et reçoit peu de résistance. Les gouvernements, les organismes d'aide et la communauté internationale doivent prendre des mesures concertées pour désamorcer la menace dès maintenant, avant l’explosion de la bombe à retardement du diabète. »

Les journalistes peuvent accéder à des images et des tableaux de données pertinents en ligne tirés de l'Atlas du diabète de la FID, 4e édition sur le site Internet www.diabetesatlas.org. Le site Web sera accessible à partir du 19 octobre à 12 h 30 de l’après-midi, heure avancée de l’Est ou contactez Kerrita McClaughlyn à l'avance en appelant son portable au 32 487 530 625.

Les journalistes radio et télévision doivent contacter avec Colin McCallum à Rockhopper TV en composant le +44 208 969 1616 ou en appelant son portable au 44 7941 2337 60 pour accéder au matériel de radiodiffusion en question.

Note aux éditeurs :

L’Atlas mondial du diabète (Diabetes Atlas) de la FID fournit des estimations actualisées sur la prévalence du diabète, l’intolérance au glucose et les dépenses de santé dans plus de 216 pays et territoires pour les années 2007 et 2030.

La Fédération Internationale du Diabète (FID) est une organisation parapluie qui chapeaute plus de 200 associations membres dans plus de 160 pays. Elle est le porte-parole de plus de 285 millions de personnes atteintes de diabète, de leurs familles et de leurs prestataires de soins de santé. La mission du FID est de promouvoir les soins, la prévention et la guérison dans le monde entier. Ses activités principales sont l'éducation des personnes atteintes de diabète et des professionnels de la santé, la mise en place de campagne de sensibilisation, la promotion et l'échange d'informations. La FID est une organisation non gouvernementale qui entretient des relations officielles avec l'OMS et est associée au Département de l’information publique de l’ONU. La FID organise le Congrès mondial du diabète tous les deux ans. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez consulter le site Internet suivant : www.idf.org

Renseignements



  • Contacts :
    Fédération Internationale du Diabète
    Kerrita McClaughlyn, Responsable des relations avec les médias
    Téléphone portable +32 487-530-625.
    Salle de presse de la FID(Montréal) : +1 514-789-3407
    et +1 514-789-3409
    media@idf.org