SOURCE: Ooyala

Ooyala

10 sept. 2015 11h33 HE

Les diffuseurs et les éditeurs enregistrent une croissance de leurs recettes programmatiques directes avec Ooyala Pulse SSP

L'adoption des technologies programmatiques a accru les eCPM et les recettes tirées de la publicité vidéo chez les fournisseurs de contenus européens au premier semestre 2015

PARIS, FRANCE--(Marketwired - Sep 10, 2015) - Ooyala, filiale de Telstra et société innovante dans le secteur de la publication, l'analytique et la monétisation vidéo, révèle des chiffres montrant une croissance significative des recettes programmatiques parmi différents diffuseurs et éditeurs utilisateurs de sa plate-forme d'échanges programmatiques Ooyala Pulse SSP.

Entre début mars et fin juin 2015, plus d'une quarantaine de diffuseurs et d'éditeurs à travers l'Europe ont enregistré une progression supérieure à 25 % de leur eCPM (coût pour mille effectifs). En outre, au cours de cette période, leurs recettes publicitaires programmatiques cumulées ont augmenté de 119 %. Cette croissance est remarquable alors que les fournisseurs de contenus premium européens réorientent leurs stratégies d'échanges programmatiques des places de marché ouvertes vers des places de marché privés ou vers les transactions programmatiques directes, plus rémunératrices pour l'inventaire vidéo premium.

Cette dynamique reflète les résultats d'Ooyala Pulse SSP en une année à peine de présence sur le marché européen, où cette plate-forme est utilisée par plus de la moitié des diffuseurs. La forte croissance montre que les grandes marques et les principaux annonceurs effectuent en toute confiance leurs achats d'inventaire vidéo premium via des environnements programmatiques privés. Le rapport RTB 2015 d'AdForm pour le premier trimestre indique que les places de marché privées ont représenté près de 25 % de l'ensemble des achats publicitaires européens durant ce trimestre, les prévisions tablant sur une progression significative au cours des mois à venir. La tendance va au-delà de l'Europe : selon les prévisions d'eMarketer, les transactions programmatiques directes devraient atteindre 8,57 milliards de dollars aux Etats-Unis, soit 42 % des achats publicitaires programmatiques d'ici à 2016.

"Etre présent sur le marché à travers une place de marché programmatique privée nous donne un avantage certain si l'on considère la taille de notre stock de video et l'inventaire disponible. Alors que la demande pour ce mode d'achat croit rapidement, il est stratégique pour nous d'y répondre" déclare Hassan Ali Khan, SVP Marketing pour The Onion. "De notre point de vue, Oyyala est le mieux placé pour répondre à ce besoin,leur équipe de gestion de campagnes programmatiques nous aide à optimiser les flux pour mettre faire se rencontrer l'offre et la demande au tarif optimum

Un autre exemple de ce regain de confiance est la tendance à l'augmentation du nombre de transactions Deal ID, une méthode qui permet des transactions directes « one-to-one » dans un environnement programmatique. Ces transactions ont en effet progressé à un rythme mensuel de 79 % au premier trimestre 2015 et près de deux fois plus vite (176 %) au deuxième trimestre. En outre, en juin 2015, les eCPM des transactions directes programmatiques ont été plus de deux fois plus nombreux que via les places de marché. Les fournisseurs de contenus premium enregistrent non seulement une plus-value en termes de qualité par des échanges programmatiques directs mais aussi une hausse non négligeable de leurs recettes.

« Grâce à Ooyala, nous voyons nos résultats programmatiques progresser de mois en mois », témoigne Tom Ellingsen, directeur commercial de VGTV. « Nous constatons que nos acheteurs publicitaires sont à l'aise dans les transactions directes avec nous car ils savent exactement ce qu'ils achètent et les audiences que nous touchons, ce qui rend les résultats et le reporting très transparents. »

« La vente de notre inventaire dans des environnements programmatiques privés se révèle extrêmement efficace pour notre activité alors que la demande et la volonté d'acheter notre inventaire premium sont élevées chez nos annonceurs », souligne Dilem Güler, directeur digital du grand quotidien national suédois Expressen. « Alors que nos eCPM ne cessent d'augmenter et notre inventaire de se vendre, nous évoluons de plus en plus de notre contenu de niveau 1 vers des échanges programmatiques sans perte de recettes, voire en y gagnant dans bien des cas. »

« Nous observons que l'Europe est en pointe dans l'adoption des transactions programmatiques directes premium », note Maria Flores, vice-président, programmatique sales de Ooyala. « Les places de marché ouvertes périclitent face à la migration vers des environnements de transactions exclusifs. Cela est dû au fait que les propriétaires de contenus premium constatent l'effet direct des échanges programmatiques sur leurs résultats, ainsi qu'à leur capacité de mettre en place les contrôles et la transparence dont ils sont demandeurs tout autant que leurs annonceurs. »

Renseignements