BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier
BMO Banque de Montréal

BMO Banque de Montréal

31 déc. 2012 07h00 HE

Les experts de BMO reviennent sur 2012 et font leurs prévisions pour 2013

MONTRÉAL, QUÉBEC ET NEW YORK, NEW YORK--(Marketwire - 31 déc. 2012) -

Note aux rédacteurs : Des photos sont associées à ce communiqué de presse.

Les principaux experts en économie et stratèges de marché de BMO Groupe financier ont publié leurs analyses de l'économie et des marchés de l'année 2012 et annoncé leurs prévisions pour 2013 et au-delà.

Brian Belski, chef, Stratégies de placement, BMO Marchés des capitaux :

  • Les actions nord-américaines devraient connaître une autre performance positive en 2013 et ce sont celles des États-Unis qui donneront le ton.
  • Les modèles de BMO Marchés des capitaux indiquent que l'indice S&P 500 atteindra 1 575 en 2013, soit une hausse de 9,38 % par rapport à son niveau actuel, avec un bénéfice de 106 $. Quant au S&P/TSX, il atteindra 12 900, soit une hausse de 4,11 % par rapport à son niveau actuel, avec un bénéfice de 900 $.
  • Les préférences sectorielles reposent sur une combinaison de solidité globale des bilans, de croissance constante et de paramètres opérationnels améliorés par rapport à l'ensemble des marchés, compte tenu de nos prévisions concernant les bénéfices et de l'incertitude liée à la toile de fond macroéconomique mondiale. Aux États-Unis, les secteurs à surveiller sont les valeurs industrielles, l'énergie et les technologies de l'information. Tandis qu'au Canada, les secteurs à surveiller incluent les financières et les industrielles.
  • Les taux d'intérêt étant encore extrêmement bas dans le contexte mondial actuel, les investisseurs devraient rechercher des actions ayant de solides caractéristiques de dividendes - incluant le rendement de l'action et une croissance constante du dividende.

Douglas Porter, économiste en chef délégué, BMO Marchés des capitaux :

  • En 2012, pour la première fois depuis 2004, l'économie américaine a progressé plus rapidement que celle du Canada. Nous nous attendons à ce que l'écart se creuse en 2013, à mesure que le secteur de l'habitation des États-Unis poursuivra son redressement - il croîtra l'an prochain plus rapidement qu'il ne l'a fait depuis 30 ans - tandis que le marché immobilier du Canada continuera à perdre de l'altitude.
  • Le taux de croissance de la Chine devrait remonter légèrement en 2013, grâce à une demande américaine plus ferme et à des mesures de stimulation internes. Plus largement, nous prévoyons que plusieurs marchés émergents reprendront un peu de vigueur au cours de la prochaine année, à mesure que les importantes réductions de taux appliquées dans de nombreuses économies commenceront à porter leurs fruits.
  • Il semble que, pour une troisième année de suite, la Banque du Canada ne modifiera pas les taux d'intérêt. Nous pensons également que son successeur à la Banque du Canada ne les haussera pas non plus, et que la prochaine hausse des taux au Canada ne se produira sans doute pas avant 2014. De la même façon, nous nous attendons à une autre année de stabilité des taux d'intérêt aux États-Unis, et à ce que la Réserve fédérale maintienne sa politique monétaire ultra-accommodante jusqu'à ce que le taux de chômage soit inférieur à 6,5 % (il est actuellement de 7,7 %).
  • La fermeté accrue des prix des produits de base devrait maintenir la valeur moyenne du dollar canadien au-dessus de la parité avec le billet vert en 2013, alors que les valeurs moyennes des deux monnaies ont été presque exactement égales en 2012.

Paul Taylor, chef des placements, Analyse fondamentale - Titres de participation, BMO Gestion d'actifs Inc. :

  • L'Europe a rencontré plusieurs difficultés tout au long de 2012. Cependant, l'engagement de l'Union européenne à maintenir l'intégrité de la zone euro lui a permis de s'en sortir tant bien que mal. Cet engagement ferme aidera la zone euro à poursuivre son redressement au cours des prochaines années.
  • L'économie américaine poursuivra sa croissance modérée en 2013, à un rythme similaire à celui de 2012.
  • À la fin de 2012, le gouvernement américain devrait en arriver à un accord concernant le problème du gouffre fiscal.
  • Une des grandes surprises de 2012 a été le fait que les investisseurs ont opté en masse pour les obligations, voyant dans ces titres un placement sûr en période d'instabilité des marchés.
  • Le marché des actions produira de meilleurs rendements en 2013, grâce à la poursuite de la croissance économique et à la confiance des investisseurs.

Pour voir les photos associées à ce communiqué, veuillez consulter les liens suivants :

Brian Belski: http://www.marketwire.com/library/20121220-BrianBelskiLG.jpg

Douglas Porter: http://www.marketwire.com/library/20121220-DougPorterLG.jpg

Paul Taylor: http://www.marketwire.com/library/20121220-PaulTaylorLG.jpg

Renseignements