Ministère de la Défense nationale

Ministère de la Défense nationale
Marine royale canadienne

Marine royale canadienne

11 févr. 2013 16h48 HE

Les Forces armées canadiennes participent à un exercice interarmées au large de la côte hawaïenne

ESQUIMALT, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 11 fév. 2013) - Des militaires canadiens et américains prendront part à un exercice de groupe opérationnel (TGEX) du 11 au 21 février au large de la côte hawaïenne visant à renforcer l'interopérabilité et l'efficacité opérationnelle entre les trois services et nos alliés. L'exercice servira également à l'atteinte des objectifs du cours de commandement des sous-marins de la Marine américaine, destiné aux officiers de marine qui se préparent à devenir commandant de sous-marin.

« Une part des responsabilités du Canada à titre de pays maritime consiste à être interopérables avec nos principaux alliés, notamment les États-Unis», a mentionné l'honorable Peter MacKay, ministre de la Défense nationale. «En nous exerçant ensemble, nous confirmons qu'il est possible de travailler avec des forces militaires internationales dans toutes les mers du monde, et ce, de manière efficace. »

Les Navires canadiens de Sa Majesté (NCSM) Ottawa et Algonquin retrouveront en mer les navires américains USS Chafee et Port Royal ainsi que le USNS Gradalupe, en plus de trois sous-marins nucléaires de la classe Los Angeles. Un détachement d'hélicoptères CH-124 Sea King du 443e Escadron d'hélicoptères maritimes, et un aéronef de patrouille à long rayon d'action CP-140 Aurora du 407e Escadron de patrouille maritime se joindront aux navires pour le début de l'exercice. Le commodore Scott Bishop, commandant de la Flotte canadienne du Pacifique, occupera le poste important de commandant de lutte anti-sous-marine lors du TGEX.

« La Marine royale canadienne joue un rôle déterminant pour favoriser la coopération et la l'entente en mer, particulièrement avec nos voisins du sud», a déclaré le contre-amiral Bill Truelove, commandant des Forces maritimes du Pacifique. «Un exercice comme le TGEX renforce l'interopérabilité navale, et nous prépare à intervenir en cas de besoin. »

« Je suis honoré qu'on m'ait demandé d'assumer les fonctions de commandant de lutte anti-sous-marine», a annoncé le commodore Bishop. «La combinaison d'exercices de préparation au combat, d'exercices à plusieurs navires et de scénarios de lutte anti-sous-marine offre une belle occasion aux marins et aux officiers, qu'ils soient novices ou expérimentés, de mettre au point et de perfectionner leurs techniques de guerre anti-sous-marine. »

Les scénarios sont conçus de manière à ce que l'entraînement soit le plus réaliste possible. Dans le cadre du TGEX, on mettra également l'accent sur la mise sur pied de la force, la surveillance, la reconnaissance et le matelotage.

Le TGEX vise à renforcer les compétences de nos marins, soldats et aviateurs en les aidant, dans un environnement controlé, à se préparer à intervenir lors d'une situation dangereuse. L'objectif consiste à améliorer les compétences opérationnelles de chaque unité, d'accroître la contribution maritime du Canada à la sécurité mondiale tout en offrant une capacité d'intervention rapide dans une vaste gamme d'opérations.

Nota aux rédacteurs en chef / directeur de nouvelles : Pour de plus amples renseignements sur l'exercice, veuillez communiquer avec les affaires publiques des Forces maritimes du Pacifique au 250-363-5789. Pour en savoir davantage sur la Marine royale canadienne, visitez le http://www.navy.forces.gc.ca/cms/0/0_fra.asp

Renseignements