Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

29 févr. 2008 14h25 HE

Les gouvernement fédéral et provincial continuent à soutenir les producteurs de fruits de verger et de raisins de la Nouvelle-Ecosse

KENTVILLE, NOUVELLE-ECOSSE--(Marketwire - 29 fév. 2008) - Le gouvernement du Canada aide l'industrie des fruits de verger et le secteur viticole de la Nouvelle-Ecosse en investissant jusqu'à 2,3 millions de dollars pour aider les producteurs à suivre l'évolution de la demande sur le marché. Ce financement s'ajoute au 1,5 million de dollars déjà investi dans le cadre d'initiatives provinciales existantes visant à revitaliser ces industries.

L'annonce a été faite aujourd'hui par M. Gerald Keddy, député de South Shore-St. Margaret et secrétaire parlementaire du ministre de l'Agence de promotion économique du Canada Atlantique, au nom de l'honorable Gerry Ritz, ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire et ministre de la Commission canadienne du blé, et par le ministre des Ressources naturelles de la Nouvelle-Ecosse, M. David Morse, au nom du ministre de l'Agriculture, M. Brooke Taylor.

"Le gouvernement du Canada prend des mesures concrètes pour aider les producteurs de fruits de verger et de raisins à s'adapter aux nouvelles réalités du marché, a déclaré M. Keddy. Nous sommes heureux de collaborer avec la province et l'industrie de la Nouvelle-Ecosse pour aider les producteurs à opter pour des variétés plus rentables et plus viables qui leur permettront d'être plus concurrentiels au pays et sur le marché mondial."

"L'industrie des fruits de verger et de raisins de la Nouvelle-Ecosse font preuve de leadership et de vision en cherchant à s'adapter aux goûts changeants des consommateurs et à devenir plus concurrentiels et plus rentables, a ajouté le ministre Morse. Cet investissement stratégique à long terme favorisera la revitalisation et la croissance de ces deux industries."

Le Programme fédéral de transition relatif aux vergers et aux vignobles, qui se poursuivra jusqu'en 2011 en Nouvelle-Ecosse, couvrira certains coûts associés au remplacement des arbres fruitiers et des vignes actuels par de nouvelles variétés et d'autres cultures. Ce programme aidera également les organisations de producteurs à élaborer des plans de production et de commercialisation à long terme.

Au cours des dernières années, le gouvernement de la Nouvelle-Ecosse a engagé 1,5 million de dollars pour soutenir l'industrie des fruits de vergers et le secteur viticole, en mettant notamment en oeuvre le programme de renouvellement des vergers par la variété Honeycrisp qui a pour but d'aider les pomiculteurs commerciaux de la province à remplacer leurs arbres fruitiers par une nouvelle variété populaire.

Les producteurs qui participent au Programme de transition relatif aux vergers et aux vignobles doivent s'engager à conserver la vocation agricole de leurs terres pendant cinq ans.

Plus de détails concernant le processus de demande seront communiqués aux producteurs et aux groupes de l'industrie au printemps, après que les modalités finales de mise en oeuvre du programme auront été définies.

DOCUMENT D'INFORMATION

Programme Canada-Nouvelle-Ecosse de transition relatif aux vergers et aux vignobles

Le Programme de transition relatif aux vergers et aux vignobles (PTVV) de 2,3 millions de dollars, qui se poursuivra jusqu'en 2011, permettra aux producteurs de fruits de verger et de raisins de la Nouvelle-Ecosse et aux groupes de l'industrie de demander une aide financière qui servira à couvrir certains coûts associés au retrait des arbres fruitiers et des vignes et à l'élaboration de plans stratégiques relatifs aux produits.

Les producteurs possédant au moins un demi-hectare d'arbres fruitiers ou de vignes seront admissibles au PTVV, à la condition qu'ils s'engagent à conserver la vocation agricole de leurs terres pendant cinq ans.

Les producteurs admissibles qui avaient enlevé leurs arbres fruitiers ou leurs vignes en date du 25 octobre 2007 ou après recevront une aide financière maximale de 4 000 $ par hectare pour couvrir une partie des coûts de retrait des plants.

Le programme prévoit l'octroi de 96 000 $ à l'industrie des fruits de verger et au secteur viticole de la Nouvelle-Ecosse pour planifier l'avenir et tirer profit des nouveaux débouchés. Les associations industrielles peuvent aussi présenter des demandes pour le financement d'études ayant pour but d'aider les associations et leurs membres à améliorer la rentabilité à long terme des producteurs.

Un comité formé de représentants des gouvernements fédéral et provincial sera mis sur pied pour choisir un agent de mise en oeuvre du Programme. Lorsque l'agent aura été choisi - vraisemblablement au printemps - plus de détails seront communiqués aux producteurs et aux groupes de l'industrie au sujet du processus de demande.

Le financement fédéral du PTVV s'ajoute au 1,5 million de dollars investi dans le cadre de diverses initiatives provinciales existantes, dont le programme de renouvellement des vergers par la variété Honeycrisp (HCORP), annoncé par le ministère de l'Agriculture et des Pêches de la Nouvelle-Ecosse en novembre 2005. Le programme HCORP est un programme quinquennal de renouvellement des vergers, qui s'étend à l'échelle de la province et qui est administré par la Nova Scotia Fruit Growers' Association. Plus de 600 acres de pommiers Honeycrisp devraient être plantés pendant la durée du programme HCORP.

En 2006, Agriculture et Agroalimentaire Canada s'est engagé à verser 201 734 $ à l'industrie pomicole de la Nouvelle-Ecosse en vertu du Programme pour l'avancement du secteur canadien de l'agriculture et de l'agroalimentaire (PASCAA), pour la conduite d'une étude de trois ans visant à assurer le succès de la commercialisation de la variété de pomme Honeycrisp, au pays et à l'étranger. Le ministère de l'Agriculture de la Nouvelle-Ecosse a alloué 40 000 $ à cette étude au titre de son programme de développement technique.

Quelques faits sur les pommes...

L'industrie pomicole de la Nouvelle-Ecosse a une valeur à la ferme estimée à 10 millions de dollars et génère plus de 50 millions de dollars dans l'économie de la province. HoneycrispMC est la variété de pomme qui remplacera certaines variétés plus vieilles comme la McIntosh. Il s'agit d'une nouvelle variété populaire qui pousse très bien en Nouvelle-Ecosse. Le climat particulier de la vallée de l'Annapolis, avec ses journées chaudes et ses nuits fraîches, produit des pommes Honeycrisp d'une qualité optimale. Le rendement économique de la variété Honeycrisp peut être jusqu'à quatre fois supérieur à celui de variétés classiques. Grâce aux recherches menées sur la variété Honeycrisp au Centre de recherches de l'Atlantique sur les aliments et l'horticulture d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, à Kentville, la Nouvelle-Ecosse se situe au premier plan mondial en ce qui a trait à la gestion, la culture, la récolte et l'entreposage de la variété Honeycrisp.

Quelques faits sur les raisins...

L'industrie vinicole de la Nouvelle-Ecosse a connu un essor considérable depuis l'implantation des premiers vignobles commerciaux à Grand Pré, au milieu des années 1970. La province compte neuf établissements vinicoles familiaux et 22 viticulteurs commerciaux qui génèrent plus de 6,9 millions de dollars dans l'économie de la province, et les vins locaux représentent aujourd'hui 8,7 p. 100 des ventes totales de vin dans la province. Environ 160 hectares (400 acres) sont actuellement consacrés à la culture de la vigne en Nouvelle-Ecosse et de 40 à 60 hectares (100 à 150 acres) supplémentaires devraient s'y ajouter en 2008. La Nouvelle-Ecosse compte plusieurs régions vinicoles distinctes et l'industrie s'attend à ce que 400 hectares (1 000 acres) supplémentaires soient mis en production d'ici 2020. Les cépages qui font la réputation de la Nouvelle-Ecosse sont L'Acadie Blanc et le New York Muscat. Les recherches qui se poursuivent sur la sélection des vignes au Centre de recherches de l'Atlantique sur les aliments et l'horticulture d'Agriculture et Agroalimentaire Canada, à Kentville, ont permis d'identifier six variétés prometteuses de vin blanc qui pourraient très bien pousser dans le climat unique de la Nouvelle-Ecosse.

Renseignements

  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Ottawa, Ontario
    Relations avec les médias
    613-759-7972
    1-866-345-7972
    ou
    Nova Scotia Federation of Agriculture
    Celeste Sulliman
    Directrice des communications
    902-424-0192
    ou
    Cabinet de l'honorable Gerry Ritz
    Margaux Stastny
    Attachée de presse
    613-759-1059