Industrie Canada

Industrie Canada

06 juil. 2015 12h00 HE

Les gouvernements du Canada et du Manitoba investissent dans l'observatoire maritime de Churchill, une infrastructure de recherche de pointe

CHURCHILL, MANITOBA--(Marketwired - 6 juillet 2015) -

La ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, et ministre responsable pour le Manitoba, Shelly Glover, et le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger, se sont rendus aujourd'hui à Churchill pour annoncer l'octroi d'un investissement de 22,1 millions de dollars en vue de la construction d'un établissement de recherche hautement novateur qui sera situé dans le port de Churchill, le seul port en eau profonde de l'Arctique.

L'observatoire maritime de Churchill sera un établissement de recherche pluridisciplinaire. Les études des chercheurs porteront sur la détection, l'incidence et l'atténuation de l'impact des déversements d'hydrocarbures sur la glace marine et sur les enjeux associés au transport maritime dans l'Arctique. Les recherches contribueront à l'élaboration de solutions aux problèmes technologiques, scientifiques et économiques propres au transport maritime et à l'exploration et à l'exploitation des ressources pétrolières et gazières dans l'Arctique. Elles permettront également au Canada et à la ville de Churchill de mieux se positionner en tant que chefs de file mondiaux en matière de protection du fragile écosystème nordique.

Cette installation, unique en son genre, regroupera des chercheurs de l'Université du Manitoba, de l'Université de Calgary, de l'Université de Victoria, de l'Université Dalhousie, de l'Université Laval et de l'Université de Washington, ainsi que des chercheurs œuvrant pour le compte de ministères gouvernementaux fédéraux. L'aménagement de deux piscines souterraines d'eau salée destinées à la réalisation en simultanée de divers scénarios de déversements d'hydrocarbures dans les glaces marines sera un des éléments clés de l'installation. Les scientifiques pourront étudier les hydrocarbures dans l'eau de mer et la glace marine dans l'environnement réel de l'Arctique. Un système d'observation environnemental sera aussi érigé dans l'estuaire Churchill le long du principal canal de transport maritime dans la baie et le détroit d'Hudson, ce qui contribuera à l'établissement d'un système de surveillance très sophistiqué qui renforcera la capacité technologique du Canada de protéger l'environnement dans l'Arctique.

Les faits en bref

  • Le financement de cette infrastructure de recherche est versé par l'entremise de la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI), qui investira 12,4 millions de dollars. De son côté, la province du Manitoba s'est engagée à verser près de 9,7 millions de dollars sur quatre ans.
  • Le Fonds d'innovation de la FCI appuie des projets d'infrastructure de recherche transformateurs pouvant mener à des découvertes et à des innovations qui améliorent la vie des Canadiens. Les investissements du gouvernement du Canada, consentis par le truchement de la FCI, contribuent à doter les universités, les collèges et les hôpitaux de recherche du pays d'outils et de laboratoires de pointe grâce auxquels les chercheurs peuvent faire des découvertes et innover.
  • La contribution du Manitoba reflète son engagement à faire avancer la recherche sur les changements climatiques et sur la durabilité des écosystèmes du Nord. Elle vise aussi à appuyer l'Université du Manitoba et son département de recherche sur l'Arctique de calibre mondial, et à soutenir Churchill en tant que porte d'entrée vers l'Arctique.
  • Dans le Plan d'action économique de 2015, le gouvernement du Canada a proposé l'octroi d'un investissement additionnel de 1,33 milliard de dollars à la FCI, ce qui représente le plus important investissement ponctuel jamais accordé en appui à l'infrastructure de recherche au pays.

Citations

« Dans le Plan d'action économique de 2015, notre gouvernement s'assure que le secteur des sciences et de la technologie continue de créer des emplois, de stimuler la prospérité et d'améliorer la qualité de vie des Canadiens. Les fonds annoncés aujourd'hui dans l'infrastructure ultramoderne de nos universités, hôpitaux et autres établissements de recherche permettront la réalisation de travaux de recherche de pointe qui seront avantageux pour les Canadiens et contribueront à changer leur vie. »

- Le ministre d'État (Sciences et Technologie), Ed Holder

« Je suis heureuse d'annoncer que l'investissement de notre gouvernement dans la recherche avancée sera porteur de retombées pour l'Université du Manitoba et l'ensemble des résidants de Churchill. Les progrès réalisés ici contribueront à solidifier la place du Canada en tant que chef de file mondial de l'étude des répercussions des déversements d'hydrocarbures sur la glace marine. Ils contribueront aussi à améliorer la qualité de vie des Canadiens. »

- La ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles, Shelly Glover

« Le milieu de la recherche est hautement concurrentiel. Les chercheurs universitaires doivent donc avoir accès aux meilleurs outils et installations qui soient pour se démarquer. L'observatoire maritime de Churchill donnera aux scientifiques maritimes, y compris à ceux qui travaillent à l'Université du Manitoba, la possibilité de mettre au point des méthodes pratiques qui nous aideront à mieux assurer l'intendance des régions nordiques. »

- Le président-directeur général de la Fondation canadienne pour l'innovation, Gilles Patry

« Churchill est un lieu idéal pour la tenue de ces travaux de recherche de pointe par nos experts de l'Université du Manitoba et par leurs partenaires. La compréhension des effets des changements climatiques à l'échelle mondiale et la protection de ce fragile écosystème ainsi qu'une meilleure compréhension de la disparition de la glace marine durant l'été sont cruciales pour tous les citoyens, et pas seulement au Manitoba ou au Canada, mais à l'échelle planétaire. »

- Le premier ministre du Manitoba, Greg Selinger

« Un investissement de cette envergure est de bon augure pour les efforts soutenus de notre collectivité en matière de durabilité et, comme les changements climatiques sont là pour rester, notre collectivité continuera d'être à l'avant-plan de la recherche scientifique sur la question. »

- Le maire de la Ville de Churchill, Michael Spence

« Nous sommes fiers d'investir, avec nos partenaires, dans l'observatoire maritime de Churchill et nous nous réjouissons des occasions et des possibilités uniques que les chercheurs rencontreront dans leurs travaux. »

- La directrice administrative de la Société Recherche Manitoba, Christina Weise

« La science du système arctique et les changements climatiques sont l'un des domaines de recherche où l'Université du Manitoba excelle et se démarque. L'observatoire maritime de Churchill permettra à nos scientifiques de travailler en collaboration avec des partenaires du monde entier et d'acquérir des connaissances et une compréhension plus poussées dans cet important domaine. Leurs recherches, qui sont cruciales, nous aideront à adopter les mesures d'atténuation et d'adaptation nécessaires pour lutter contre les changements climatiques dans l'Arctique canadien et dans le monde. »

- Le recteur et vice-chancelier de l'Université du Manitoba, David Barnard

« L'observatoire maritime de Churchill sera une installation de calibre mondial unique conçue pour appuyer les enquêtes poussées sur les incidents de contamination par hydrocarbures ou avec d'autres contaminants liés au transport dans l'Arctique, à l'aide d'un système visant à étudier le mésocosme et plus particulièrement la présence d'hydrocarbures dans la glace marine (Oil in Sea Ice Mesocosm, ou OSIM). Les études dans ce domaine seront d'abord effectuées à courte échelle avant d'être menées dans tout l'Arctique en utilisant un système de surveillance de l'environnement hautement couplé. Dans son ensemble, l'observatoire maritime de Churchill deviendra un haut lieu de nouvelles connaissances et technologies environnementales essentielles à la détection des hydrocarbures et des déversements de contaminants dans la glace marine ainsi qu'au succès des mesures d'atténuation. Il sera donc crucial pour l'élaboration de politiques et l'innovation technologique au Manitoba, au Nunavut, au Canada et, bien sûr, dans les régions circumpolaires. »

- Le chef de projet et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en science du système arctique, Université du Manitoba, David Barber

Liens connexes

Fondation canadienne pour l'innovation

Liste complète des projets financés par la Fondation canadienne pour l'innovation

Fonds d'innovation de la Fondation canadienne pour l'innovation

Navigateur d'installations de recherche de la Fondation canadienne pour l'innovation - un répertoire en ligne de laboratoires financés par la Fondation qui souhaitent collaborer avec le secteur privé

Un moment à saisir pour le Canada : Aller de l'avant dans le domaine des sciences, de la technologie et de l'innovation

Renseignements

  • Scott French
    Directeur des communications et des affaires parlementaires
    Cabinet du ministre d'Etat (Sciences et Technologie)
    343-291-2700

    Relations avec les médias
    Industrie Canada
    343-291-1777
    relations-medias@ic.gc.ca

    Michael Bhardwaj
    Spécialiste des relations avec les médias
    Fondation canadienne pour l'innovation
    613-943-5346 (bureau)
    613-222-1910 (mobile)
    Michael.bhardwaj@innovation.ca

    Marisa Monnin
    Directrice des communications
    Cabinet du ministre du Patrimoine canadien
    et des Langues officielles
    819-997-7788

    Relations avec les médias
    Patrimoine canadien
    819-994-9101
    1-866-569-6155
    media@pch.gc.ca