HabiloMédias

HabiloMédias

19 juin 2014 10h10 HE

Les jeunes Canadiens voient régulièrement du contenu raciste et sexiste en ligne, les garçons étant plus susceptibles d'y être exposés

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 19 juin 2014) - Un tiers des élèves de la 7e à la 11e année signalent qu'ils voient du contenu raciste ou sexiste en ligne au moins une fois par jour ou par semaine, selon une nouvelle étude canadienne de HabiloMédias. Les garçons voient du contenu raciste et sexiste en ligne plus souvent que les filles et sont également plus susceptibles de considérer le contenu discriminatoire comme étant une blague, alors que les filles sont plus susceptibles d'être blessées lorsque la blague est faite à leur détriment. Les garçons sont également trois fois plus susceptibles de rire de la race, de la religion, de l'ethnie ou de l'orientation sexuelle de quelqu'un en ligne.

Le rapport montre que les élèves ont des sentiments très contradictoires quant aux paroles discriminatoires qu'ils rencontrent en ligne. Bien que la majorité d'entre eux soient d'accord pour dire qu'ils devraient faire savoir que c'est mal, ils estiment que ce n'est pas à eux à dire quelque chose puisqu'ils considèrent souvent qu'il s'agit d'une blague sans l'intention de faire du mal.

HabiloMédias a interrogé plus de 5 400 élèves de partout au pays sur leurs comportements et attitudes sur Internet dans le cadre de l'étude Jeunes Canadiens dans un monde branché. Le racisme et le sexisme en ligne examine la fréquence à laquelle les jeunes Canadiens et Canadiennes sont exposés aux préjugés, comment ils se sentent face à cela et comment ils y réagissent.

« Nous ne pouvons pas toujours contrôler le type de contenu que les enfants voient en ligne, mais nous pouvons leur montrer comment réagir au contenu dommageable lorsqu'ils en rencontrent, dit Cathy Wing, codirectrice exécutive chez HabiloMédias. Les initiatives éducatives visant à aider les enfants à dire quelque chose lorsqu'ils voient du contenu offensant sont importantes pour s'assurer que le racisme et le sexisme ne sont pas acceptés dans les collectivités virtuelles. »

Les conclusions clés comprennent les suivantes :

  • 78 % des élèves ont vu du contenu raciste ou sexiste en ligne

  • 37 % de tous les élèves voient du contenu raciste ou sexiste en ligne au moins une fois par semaine

  • 54 % des élèves francophones du Québec n'ont jamais vu de contenu raciste ou sexiste en ligne par rapport à 18 % des élèves anglophones du reste du Canada

  • 5 % des filles et 17 % des garçons disent qu'ils se sont moqués de la race, de la religion ou de l'origine ethnique de quelqu'un en ligne

  • 78 % des élèves sont d'accord pour dire qu'il est important de dire quelque chose afin que les autres sachent qu'il est mal de dire des choses racistes ou sexistes en ligne

  • 57 % ne disent rien parce qu'ils estiment que, la plupart du temps, les gens ne font que plaisanter

  • 44 % se disent des choses racistes et sexistes en ligne qui ne veulent rien dire

  • 52 % disent que les gens disent des choses racistes et sexistes en ligne parce qu'ils sont insensibles et non parce qu'ils veulent blesser quelqu'un

Pour consulter Le racisme et le sexisme en ligne, des images infographiques et un diaporama, visitez le http://habilomedias.ca/jcmb/racisme-sexisme-en-ligne. Suivez la conversation en utilisant le mot-clic #JCMB.

Jeunes Canadiens dans un monde branché - Phase III : Le racisme et le sexisme en ligne a été rendu possible grâce aux contributions financières de l'Autorité canadienne pour les enregistrements Internet, du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et de l'Alberta Teachers' Association.

Les rapports précédents ont examiné la pornographie et le sextage, la cyberintimidation, la vie privée en ligne et la littératie numérique en salle de classe et à la maison. Un rapport final sur les tendances et les recommandations sera disponible cet automne.

HabiloMédias est un centre canadien à but non lucratif pour la littératie numérique et l'éducation aux médias. Sa vision veut que les jeunes aient les compétences de pensée critique nécessaires pour s'engager auprès des médias en tant que citoyens numériques actifs et informés. habilomedias.ca / @habilomedias

Renseignements