Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

12 août 2005 07h00 HE

Les jeunes travailleurs et travailleuses gagnent 25 % de moins

Une étude du Congrès du travail du Canada documente les conditions du marché du travail pour les jeunes – la situation est encore pire pour les jeunes de couleur Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Rédacteur à l'éducation, Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 12 août 2005) - « Vous êtes jeune : vous avez tout l'avenir devant vous » était beaucoup plus vrai il y a une génération qu'aujourd'hui. De nos jours, être un Canadien ou une Canadienne de moins de 25 ans signifie être plus instruit, gagner moins et être moins susceptible de trouver un emploi stable que les membres de la génération de ses parents, c'est-à-dire qu'au cours des années 1970 et 1980.

Selon un rapport récent du Congrès du travail du Canada, les travailleurs de 15 à 24 ans gagnent 25 % de moins que les travailleurs du même groupe d'âge ne gagnaient il y a une génération (compte tenu de l'inflation). La situation des jeunes travailleuses semble un peu meilleure : elles gagnent 20 % de moins que ce que gagnaient les jeunes travailleuses il y a trente ans.

La diminution radicale de la rémunération des jeunes n'est qu'un des faits édifiants révélés dans une nouvelle analyse statistique du marché du travail des jeunes du Canada publiée aujourd'hui par le Congrès du travail du Canada pour marquer la Journée internationale de la jeunesse. Vous pouvez obtenir Plus scolarisés, mal payés et sous-employés : Portrait statistique des jeunes travailleuses et travailleurs du Canada en ligne à l'adresse www.congresdutravail.ca.

« Les jeunes canadiens ont plus de difficulté qu'ils n'en avaient auparavant à se lancer dans la vie. Nous en voyons les signes depuis des années, et maintenant nous avons les chiffres qui le prouvent », a dit Barbara Byers, vice-présidente exécutive du Congrès du travail du Canada.

« Cette étude rend urgent que toutes les personnes en mesure de prendre des décisions, y compris les membres du mouvement syndical, s'attaquent aux problèmes qui font obstacle à l'amélioration rapide du niveau de vie des gens qui ont moins de 25 ans à l'heure actuelle. Ces problèmes se posent dans des domaines comme la création d'emplois, le salaire minimum, la dette étudiante, les services de garde d'enfants, la formation, l'équité salariale et l'adoption d'une stratégie efficace de lutte contre le racisme », a-t-elle précisé.

L'étude met en évidence le fait que les jeunes travailleurs et travailleuses de couleur ont un taux de chômage plus élevé, des périodes de chômage plus longues, des salaires plus bas et moins d'avancement que les autres membres de leur groupe d'âge, même s'ils sont nés au Canada (et n'ont pas d'obstacles linguistiques ou de reconnaissance des titres de compétence ou de l'expérience de travail acquis à l'étranger).

Cette courte mais exhaustive étude porte sur des questions telles que le chômage, la pauvreté, l'éducation et la formation, la qualité de l'emploi, les heures de travail, la sécurité d'emploi et la syndicalisation.

« Quel genre de société bâtissons-nous? Quel genre d'avenir assurons-nous en écrasant la relève canadienne sous le fardeau de la dette étudiante et en la privant des emplois et des salaires qu'il lui faut? », demande madame Byers.

« Nous hypothéquons vraiment l'avenir en privant de possibilités les jeunes travailleurs et travailleuses et étudiants et étudiantes d'aujourd'hui. Les statistiques révèlent que les jeunes restent plus longtemps chez leurs parents, n'ont pas beaucoup d'argent, ne se marient pas et ne fondent pas des familles parce qu'ils n'ont pas - ni à la maison, ni au travail - l'indépendance sociale et économique que leurs parents leur souhaitaient. Si nous voulons vraiment assurer un meilleur avenir à cette génération, nous devons procéder à des changements sans tarder », a-t-elle déclaré.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. IN: ÉCONOMIE, ÉDUCATION, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE

Renseignements

  • Jeff Atkinson, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7425
    Numéro de téléphone secondaire: 613-863-1413
    Courriel: communications@clc-ctc.ca