BMO Groupe financier

TSX : BMO
NYSE : BMO


BMO Groupe financier
BMO Banque privee Harris



BMO Banque privee Harris

18 avr. 2013 12h42 HE

Les marchés internationaux se trouvent ébranlés par la crise chypriote, mais les économies du Canada et des États-Unis demeurent solides, selon les perspectives de BMO Banque privée Harris

- La zone euro fait toujours face à des difficultés suite au sauvetage économique accordé à Chypre et aux chiffres élevés du chômage

- L'économie américaine prend de la vigueur dans tous les secteurs, et le marché de l'immobilier s'améliore, alors que les ventes de maisons existantes et de maisons neuves sont en hausse et que les taux d'intérêt demeureront faibles dans un avenir prévisible

- Le gouvernement du Canada peut encore atteindre son objectif d'obtenir l'équilibre budgétaire en 2015

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 18 avril 2013) - Selon les perspectives de BMO Banque privée Harris sur la situation des marchés pour le mois d'avril, la crise bancaire observée récemment sur l'île de Chypre démontre que la zone euro n'a pas encore trouvé une solution à ses problèmes structurels.

Selon le rapport, alors que Chypre a connu un élan positif après avoir adhéré à l'Union européenne, une grande partie de sa prospérité économique a été perdue au sommet de la crise de la dette, en 2010, essentiellement à la suite de prêts non rentables et d'une mauvaise gestion de ses banques. Cela a poussé la Banque de Chypre à demander des aides économiques de sauvetage auprès de la Banque centrale européenne, de la Commission européenne, du Fonds monétaire international et de la Russie, chacun d'eux étant assorti de modalités et de conditions.

« Malgré le caractère inévitable d'une aide économique de sauvetage pour renflouer les coffres de Chypre, la distribution de cette aide démontre que les décideurs européens éprouvent encore des difficultés à garder le contrôle des problèmes auxquels l'Europe doit faire face », a expliqué Daniel Thériault, stratège en chef en produits de placements, BMO Banque privée Harris. « Dans un certain nombre de pays, en particulier l'Espagne et la Grèce, les chiffres du chômage demeurent désespérément élevés, et de nombreuses économies de la zone euro sont toujours en récession. Même à la fin du trimestre, l'Italie se trouvait toujours dans une impasse politique, qui a entraîné des retards pour s'attaquer à des problèmes fondamentaux, tels que la gestion de la dette et la façon de stimuler la croissance économique. »

Autres conclusions du rapport :

D'autres bonnes nouvelles en provenance des États-Unis

Aux États-Unis, le marché et l'économie continuent à s'améliorer. Voici quelques indicateurs-clés :

  • les marchés boursiers ont poursuivi leur progression, l'indice S&P 500 terminant le trimestre en hausse de 10,61 pour cent;
  • tous les secteurs ont obtenu de bons résultats, ceux des soins de santé, des biens de consommation de base, des services publics et de la consommation discrétionnaire ayant montré la voie, et les facteurs économiques fondamentaux ont affiché une amélioration persistante;
  • bien que les 88 000 nouveaux emplois créés au mois de mars aient été inférieurs aux attentes des analystes, les résultats d'ensemble du trimestre sont encourageants car ils ont un lien direct avec les dépenses de consommation;
  • le marché de l'immobilier s'améliore aux États-Unis, alors que les ventes de maisons existantes et de maisons neuves sont en hausse, que les prix augmentent, et que le nombre de propriétés en défaut de paiement est en baisse;
  • les gains des grandes entreprises s'améliorent de façon constante, alors que de nombreuses sociétés cotées en bourse offrent des dividendes intéressants et présentent des résultats en hausse importante.

« La Réserve fédérale américaine a également indiqué qu'elle maintiendrait les taux d'intérêt à des niveaux peu élevés jusqu'à ce que le taux de chômage à l'échelle nationale descende à moins de 6,5 pour cent », a ajouté M. Thériault. « L'ensemble de ces facteurs indiquent que l'économie américaine et les marchés au pays continueront à s'améliorer tout au long de l'année 2013. »

Le budget fédéral du Canada

Le rapport fait remarquer que la présentation du budget fédéral pour l'exercice 2013-2014 a beaucoup fait l'objet des nouvelles financières au Canada. Le budget de cette année, bien que ne s'attaquant pas aussi directement que celui de l'année dernière aux questions des stimulants financiers et des recettes fiscales, s'intéresse à différents secteurs de l'économie et aux dépenses associées. Ainsi :

  • l'industrie de la construction recevra 47 milliards de dollars de nouveaux investissements pour les infrastructures, tandis que le secteur manufacturier profitera d'une prolongation des allègements fiscaux et recevra de nouveaux investissements;
  • au cours des cinq prochaines années, la somme d'un milliard de dollars sera allouée au secteur automobile du sud de l'Ontario, tandis qu'un montant équivalent sera distribué à l'industrie aérospatiale;
  • une somme de 500 millions de dollars sera réservée chaque année pour permettre aux Canadiens qui sont sans emploi ou sous-employés d'acquérir des compétences qui sont recherchées par les employeurs;
  • les droits de douane à l'importation seront abolis sur les vêtements pour bébé et sur l'équipement sportif, de façon à rendre certains articles plus abordables;
  • de nouveaux allègements fiscaux seront accordés pour la production d'énergie propre;
  • de nouvelles réformes fiscales seront mises en place, dont l'élimination d'un certain nombre d'échappatoires fiscales et la rétribution des délateurs qui dénonceront les fraudeurs de l'impôt.

« L'économie canadienne est actuellement dans une bonne situation, et l'objectif d'atteindre l'équilibre budgétaire en 2015 semble toujours à portée de main si l'économie décide de coopérer », a expliqué M. Thériault.

Pour lire le rapport dans son intégralité, consultez notre site Internet, à l'adresse suivante : http://www.bmo.com/pdf/hpb/BHGPI-Commentaire-sur-les-marches-avril-2013.pdf.

Renseignements