Ministère de la Défense nationale

Ministère de la Défense nationale

17 janv. 2012 12h25 HE

Les ministres MacKay et Fantino annoncent la participation du Canada au Système mondial de communications par satellite à large bande

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 17 jan. 2012) - Les honorables Peter MacKay, ministre de la Défense nationale, et Julian Fantino, ministre associé de la Défense nationale, ont annoncé, aujourd'hui, la signature d'un protocole d'entente qui répondra aux besoins des Forces canadiennes en matière de communications stratégiques par satellite au cours des vingt prochaines années.

« Les récents efforts des Forces canadiennes (FC) en Libye et en Afghanistan ont mis en lumière l'importance critique de la rapidité à laquelle les renseignements sont échangés entre les quartiers généraux et les forces déployées », a déclaré le ministre MacKay. « Ce partenariat avec nos alliés répondra aux besoins concernant la transmission sécurisée de données et de communications vocales qui sont essentielles à la réussite des opérations militaires modernes.»

En signant ce protocole d'entente, le Canada se joint à l'Australie, à la Nouvelle-Zélande, au Danemark, au Luxembourg, aux Pays-Bas et aux États-Unis. Ce partenariat concernant le Système mondial de communications par satellite à large bande permettra aux pays participants d'avoir accès à des canaux de communications indépendants à partir de fréquences internationales utilisées par le gouvernement. Le Canada effectuera un versement unique fixé selon le protocole d'entente pour la construction d'un neuvième satellite mondial à large bande, ce qui lui garantira l'accès immédiat et futur au système.

« Notre gouvernement s'est engagé à fournir aux Forces canadiennes les capacités modernes nécessaires pour que nos braves soldats aient la meilleure des chances de réussir leurs missions », déclare le ministre Fantino. « Le Canada est fier de participer à ce partenariat international essentiel à la réussite des futures missions des Forces canadiennes ».

« Cet investissement comporte des avantages à long terme pour les Forces canadiennes et l'économie canadienne, en particulier pour l'industrie spatiale du Canada », a déclaré l'honorable Christian Paradis, ministre de l'Industrie. « Grâce à la Politique des retombées industrielles et régionales (RIR), ce projet offrira du travail aux entreprises du pays.»

Conformément à la Politique des RIR, la société Boeing, fabriquant des satellites en question, devra confier à l'industrie canadienne des contrats de grande valeur correspondant à 100 pour cent de sa part dans la contribution canadienne au Système mondial de communications par satellite à large bande. Puisque Boeing est une tierce partie du protocole d'entente entre le Canada et les États-Unis, son obligation de RIR pour le projet Mercury Global est de 240 M$. Le solde de 100 M$ comprend un montant de 39,3 M$ en frais d'opération et de service étalé sur vingt ans de même que d'autres coûts destinés à l'appui du programme que Boeing ne défrayera pas. Ainsi, le montant de 100 M$ investi dans le protocole d'entente n'est pas assujetti aux RIR proprement dites étant donné que la Politique ne s'applique qu'aux entreprises.

Cette entente s'ajoute aux 63 grandes acquisitions actuelles qui sont assujetties à la politique, avec plus de 22 G$ de RIR provenant des principaux entrepreneurs de la sécurité et de la défense.

Pour plus d'information concernant la participation du Canada au Système mondial de communications par satellite à large bande, consultez la documentation suivante : http://www.forces.gc.ca/site/news-nouvelles/news-nouvelles-fra.asp?id=4061

Renseignements