Pêches et Océans Canada

Pêches et Océans Canada

26 juin 2014 19h46 HE

Les ministres poursuivent leur collaboration en faveur de la protection des pêches et du développement des industries canadiennes de la pêche et de l'aquaculture

Les ministres responsables des pêches clôturent la réunion annuelle du Conseil canadien des ministres des pêches et de l'aquaculture

CALGARY, ALBERTA--(Marketwired - 26 juin 2014) - Le 26 juin, la ministre fédérale et ses homologues provinciaux et territoriaux ont pris part à la réunion annuelle du Conseil canadien des ministres des pêches et de l'aquaculture (CCMPA), où ils ont réaffirmé leur engagement à favoriser la création d'emploi, la croissance économique et la prospérité à long terme tout en discutant de la durabilité et d'un grand nombre de sujets liés à la pêche et à l'aquaculture.

La réunion annuelle que coprésidaient l'honorable Gail Shea, ministre fédérale des Pêches et des Océans, et l'honorable Cal Dallas, ministre albertain des Relations internationales et intergouvernementales, a permis de rassembler les ministres responsables des pêches de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, de la Colombie-Britannique, de l'Île-du-Prince-Édouard, de Terre-Neuve-et-Labrador, de la Saskatchewan et du Nunavut. Le Québec était représenté par l'adjoint parlementaire de son ministre.

Les ministres ont discuté des deux ententes commerciales internationales récemment annoncées, à savoir l'Accord de libre-échange Canada-Corée et l'Accord économique et commercial global intervenu avec l'Union européenne. Ils ont souligné la nécessité toujours actuelle d'ouvrir d'autres marchés internationaux par des accords commerciaux afin d'assurer la croissance et la prospérité à long terme, et de créer des possibilités d'emploi pour les Canadiens. Les ministres ont fait remarquer que, pour tirer parti de ces nouveaux marchés, il faut avoir accès à une main-d'œuvre stable dans les secteurs de l'aquaculture, de la récolte et de la transformation.

La nouvelle réglementation des activités aquacoles pour encadrer le secteur de l'aquaculture, annoncée plus tôt aujourd'hui par la ministre Shea, démontre de quelle façon le gouvernement fédéral entend poursuivre un programme de réglementation ciblé et pragmatique et surmonter les principaux obstacles à la croissance de l'industrie, tout en protégeant l'environnement, dans le respect des compétences des provinces et territoires.

Les ministres ont aussi discuté de la réglementation proposée sur les espèces aquatiques envahissantes. Depuis plusieurs années, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux conjuguent leurs efforts pour protéger les eaux canadiennes contre les espèces aquatiques envahissantes. Les ministres ont convenu de l'importance de cette réglementation nouvellement élaborée, laquelle se veut un mécanisme clé de gestion de la menace que posent les espèces aquatiques envahissantes pour nos eaux, ce qui permettra de préserver nos intérêts économiques et nos espèces.

Les ministres ont par ailleurs pu entendre une présentation sur la mise en œuvre continue du Programme de protection des pêches, de même qu'un bilan du Programme de partenariats relatifs à la conservation des pêches récréatives (PPCPR), un programme financé à hauteur de 25 millions de dollars au total dans le cadre du Plan d'action économique. La pêche récréative est une industrie importante au Canada et contribue grandement à l'économie canadienne, surtout en zone rurale. En 2010, les pêcheurs à la ligne ont généré 8,3 mille milliards de dollars pour les économies locales.

Après la rencontre du CCMPA, le Conseil des ministres des pêches et de l'aquaculture de l'Atlantique s'est réuni pour discuter des défis importants qui se posent toujours à l'industrie du homard de l'Atlantique. Ils ont aussi discuté de la récente décision de l'Organisation mondiale du commerce dans le dossier de l'embargo sur le phoque de l'Union européenne.

Les ministres ont souligné l'importance des consultations et des démarches des derniers mois pour s'attaquer aux enjeux de l'industrie du homard. Ils ont aussi reconnu les défis auxquels l'industrie des pêches fait face, tels que les pénuries criantes régionales de main-d'œuvre dans le secteur de la transformation.

L'Ontario accueillera la prochaine réunion du Conseil canadien des ministres des pêches et de l'aquaculture en 2015.

Faits en bref

  • Le Canada et l'Union européenne sont parvenus à un accord de principe en octobre 2013 portant sur un accord commercial global qui permettra de stimuler grandement les échanges commerciaux et les investissements entre les deux partenaires, de créer des emplois et d'offrir des débouchés pour les Canadiens. À l'entrée en vigueur de l'accord commercial conclu entre le Canada et l'Union européenne, près de 96 p. 100 de tous les tarifs douaniers imposés par l'Union européenne sur le poisson et les produits de la mer canadiens seront éliminés et les 4 p. 100 restants disparaîtront à la septième année de l'accord.
  • Les pêches commerciales jouent un rôle crucial dans l'économie du Canada, en particulier dans les régions côtières. En 2013, le Canada a exporté pour 4,4 milliards de dollars de poisson et de produits de la mer, soit une augmentation de 268 millions de dollars par rapport à 2012.
  • L'industrie aquacole canadienne équivaut présentement à plus de 14 000 postes stables, à temps plein et à l'année dans les communautés rurales, côtières et autochtones.
  • Près de 50 p. 100 des produits de la mer consommés dans le monde proviennent de l'aquaculture. D'ici 2030, on estime que la demande pourrait être supérieure de 40 millions de tonnes à l'offre.
  • Les prochaines étapes du programme de réforme réglementaire comprendront un certain nombre d'initiatives réglementaires, comme des modifications au Règlement du Pacifique sur l'aquaculture. Celles-ci établiront une grille de paiement des droits de permis pluriannuels pour les exploitants d'aquaculture en plus de leur permettre d'effectuer des versements échelonnés annuellement pour ces permis.
  • Les espèces aquatiques envahissantes représentent une menace sérieuse et grandissante pour les écosystèmes marins et d'eau douce du Canada en plus d'avoir des répercussions sur de nombreux secteurs de l'économie canadienne. À l'heure actuelle, il n'y a pas de réglementation de portée nationale au Canada, de sorte qu'il est difficile de protéger nos précieuses voies navigables contre les nouvelles espèces aquatiques envahissantes et celles qui sont déjà établies.

Citations

« Des océans et eaux en santé ainsi que l'aquaculture et les pêches récréatives et commerciales occupent une place importante dans l'économie du Canada. Notre gouvernement s'est engagé à collaborer avec ses partenaires provinciaux et territoriaux dans le but de maximiser la création d'emplois et la croissance économique dans ces secteurs tout en appliquant des normes rigoureuses en matière d'environnement et de conservation. »

L'honorable Gail Shea, ministre des Pêches et des Océans

« En tant qu'hôte de la réunion annuelle du Conseil canadien des ministres des pêches et l'aquaculture, l'Alberta se réjouit de jouer un rôle de premier plan en contribuant à maintenir et à promouvoir le statut productif des pêches dans tout le pays. Les Albertains entendent gérer de manière durable nos ressources naturelles et nous croyons que les résultats de cette rencontre nous aideront à parvenir à cet objectif. »

L'honorable Cal Dallas, ministre albertain des Relations internationales et intergouvernementales

Documents connexes

- Communiqué sur le projet de règlement sur les activités d'aquaculture

- Fiche d'information sur le projet de règlement sur les activités d'aquaculture

Lien connexe

http://www.dfo-mpo.gc.ca

Suivez-nous sur Twitter! www.Twitter.com/MPO_DFO

Renseignements

  • Frank Stanek
    Relations avec les médias
    Pêches et Océans Canada
    Ottawa, Ontario
    613-990-7537

    Sophie Doucet
    Directrice des communications
    Cabinet de la ministre
    Pêches et Océans Canada
    613-992-3474