Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

25 nov. 2015 18h00 HE

Les patients cardiaques qui passent beaucoup de temps assis sont en moins bonne santé, même s'ils font de l'exercice

Les patients atteints d'une coronaropathie passent en moyenne huit heures assis chaque jour; les hommes sont plus sédentaires que les femmes

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 25 nov. 2015) - Selon une étude de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa (ICUO), dont les résultats sont publiés aujourd'hui dans le European Journal of Cardiovascular Prevention1, les patients cardiaques qui passent beaucoup de temps assis sont en moins bonne santé, même s'ils font de l'exercice.

« Pour améliorer sa santé, il faut se lever et bouger toutes les 30 minutes. »

« Limiter le temps passé assis pourrait être aussi bénéfique pour la santé qu'augmenter son niveau d'activité physique », explique l'auteure principale de l'article, Stephanie Prince, Ph.D., chercheuse boursière de niveau postdoctoral à la Division de prévention et de réadaptation de l'ICUO. « Être assis, regarder la télévision, travailler à l'ordinateur et conduire sont des comportements sédentaires que nous devons absolument entrecouper de pauses ».

Des études antérieures ont montré que la sédentarité augmentait le risque de cardiopathie, mais jusque-là ses effets sur les patients cardiaques n'étaient pas connus.

La présente étude, menée auprès de 278 patients atteints d'une coronaropathie, a permis d'examiner différents niveaux de sédentarité et leurs effets sur la santé. Les patients ont suivi un programme de réadaptation cardiaque au cours duquel ils ont appris comment augmenter leur niveau d'activité physique à long terme.

Les patients ont ensuite porté un moniteur pour surveiller leur niveau d'activité sur neuf jours pendant les périodes d'éveil. Les données enregistrées par ces moniteurs ont permis aux chercheurs de mesurer la durée des périodes de sédentarité des patients et celle des périodes d'activité physique d'intensité faible, modérée et forte.

Les chercheurs ont commencé par évaluer des indicateurs comme l'indice de masse corporelle (IMC, en kg/m2) et la santé cardiorespiratoire. Ils ont ensuite examiné les liens entre la durée des périodes de sédentarité (le plus souvent, la position assise) et ces indicateurs.

Les résultats obtenus par les chercheurs ont montré que la période de sédentarité des patients atteints d'une coronaropathie avait duré en moyenne huit heures par jour. « Cela nous a surpris, parce que, contrairement à ce que nous pensions, ces patients demeuraient sédentaires la majorité du temps, alors qu'ils avaient suivi des cours sur les diverses façons d'augmenter leur niveau d'activité physique », indique Mme Prince.

Les hommes passaient plus de temps assis que les femmes - en moyenne une heure de plus par jour. Cela s'explique surtout par le fait que les femmes consacrent davantage de temps à des activités de faible intensité, comme accomplir de petites tâches ménagères, se rendre à la boîte aux lettres à pied ou faire les courses.

« Les femmes atteintes d'une coronaropathie restaient assises moins longtemps que les hommes, mais nous devons pousser nos recherches pour comprendre pourquoi. Les résultats de précédentes études semblent indiquer que, vers 60 ans, les hommes deviennent plus sédentaires que les femmes et passent davantage de temps devant leur téléviseur », observe Mme Prince.

Les chercheurs ont remarqué que les patients qui passaient le plus de temps assis avaient un IMC supérieur. Ces patients avaient également une moins bonne santé cardiorespiratoire, évaluée par la consommation maximale d'oxygène (VO2max). Cette mesure correspond à la capacité cardiorespiratoire, c'est-à-dire au volume maximal d'oxygène que le cœur, les poumons et les muscles consomment lors d'une épreuve d'effort.

« Ces observations ne variaient pas en fonction de l'âge, du sexe ou du niveau d'activité physique, précise Stephanie Prince. En d'autres termes, les patients qui restaient assis pendant les périodes les plus longues avaient un poids plus élevé et une capacité cardiorespiratoire plus faible, et ce, quel que soit leur niveau d'activité physique. »

Conseils pratiques pour être actif physiquement :

  • Levez-vous et bougez toutes les 30 minutes;
  • Quand vous regardez la télévision, mettez-vous debout durant les annonces publicitaires ou, mieux encore, faites des exercices d'intensité légère pendant vos émissions;
  • Réglez une minuterie pour faire des pauses régulièrement quand vous êtes à votre bureau;
  • Prenez vos repas dehors plutôt qu'à votre bureau;
  • Au lieu de regarder la télévision, couchez-vous plus tôt pour profiter des bienfaits du sommeil;
  • Examinez vos habitudes de vie pour déterminer quels sont les moments où vous êtes le plus sédentaire.

« Le fait de passer moins de temps assis ne remplace toutefois pas l'exercice, souligne Mme Prince. Il est important de réduire la durée des périodes que l'on passe assis, mais aussi d'accroître son niveau d'activité physique, précise-t-elle. Après l'exercice, la sédentarité est certainement un point sur lequel les programmes de réadaptation cardiaque devraient insister. »

SOURCES DE FINANCEMENT : Stephanie Prince a reçu une bourse de recherche stratégique de la Fondation de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa et une bourse de recherche des Instituts de recherche en santé du Canada. L'étude ECO-PCR est financée par la Fondation des maladies du cœur et de l'AVC de l'Ontario (subvention n° 000109).

DIVULGATION : Les auteurs n'ont aucun conflit d'intérêts à déclarer ni divulgation à faire concernant cette étude.

Référence

1Prince S.A., Blanchard C.M., Grace S.L., Reid R.D. « Objectively-measured sedentary time and its association with markers of cardiometabolic health and fitness among cardiac rehabilitation graduates », European Journal of Cardiovascular Prevention. 2015 : DOI: 10.1177/2 047 487 315 617 101

À propos du European Journal of Preventive Cardiology http://cpr.sagepub.com/ (site en anglais)

Le European Journal of Preventive Cardiology est la revue spécialisée en cardiologie préventive la plus prestigieuse du monde; elle occupe une place centrale dans la réduction du fardeau mondial associé aux maladies cardiovasculaires.

À propos de la Société européenne de cardiologie www.escardio.org (site en anglais)

La Société européenne de cardiologie représente plus de 90 000 professionnels de la cardiologie en Europe et dans les pays méditerranéens. Sa mission consiste à réduire le fardeau associé aux maladies cardiovasculaires en Europe.

À propos de l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa www.ottawaheart.ca

À titre de centre de santé cardiovasculaire le plus important et le plus innovateur au Canada, qui se consacre à la recherche, au traitement et à la prévention des maladies du cœur, l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa (ICUO) offre des soins de pointe personnalisés, façonne la pratique de la médecine cardiovasculaire et révolutionne notre compréhension des maladies du cœur et de leur traitement.

Renseignements

  • Personne-ressource pour les médias :
    Vincent Lamontagne
    Directeur, Communications institutionnelles
    Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa
    613-761-4427 / 613-899-6760 (cellulaire)
    vlamontagne@ottawaheart.ca