BMO Groupe financier

BMO Groupe financier
Institut et hôpital neurologiques de Montréal

01 sept. 2011 11h48 HE

Les patients du Neuro bénéficient d'un nouvel outil chirurgical grâce à BMO Groupe financier

Un pas de plus dans l'amélioration des interventions chirurgicales au cerveau

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 1 sept. 2011) -

A l'attention des journalistes en santé

Un don de 500 000 $ de BMO Groupe financier a permis à l'Institut et hôpital neurologiques de Montréal, le Neuro de l'Université McGill, d'installer un outil d'imagerie chirurgicale vital, la plateforme O-arm. La nouvelle technologie permet aux neurochirurgiens de réaliser des interventions pointues avec une grande précision, d'accroître l'efficience en salle de chirurgie et d'améliorer les résultats pour les patients.

« La santé est une grande priorité du programme d'investissement communautaire de BMO Groupe financier », a indiqué M. Alan Desnoyers, vice-président, Montréal métropolitain, BMO Banque de Montréal. « Nous sommes fiers d'harmoniser nos objectifs à la mission du Neuro, grand innovateur de la prestation de soins de pointe et empathiques, et nous sommes heureux de faciliter la fourniture de traitement médical de qualité supérieure. »

« Offrir les meilleurs traitements de pointe aux patients est une mission fondamentale du Neuro », a souligné Phil Barker, directeur par intérim de l'Institut. « Le financement de source privée est indispensable pour que nous puissions acquérir de l'équipement et des outils perfectionnés et nous savons gré à BMO de son soutien exceptionnel. Le Neuro est un chef de file en matière d'interventions neurochirurgicales complexes, ainsi qu'un pionnier de la mise au point et de l'application de la technologie de neurochirurgie assistée par imagerie médicale. L'O-arm nous permet de relever notre niveau d'excellence et de prodiguer les meilleurs soins qui soient aux patients », a dit Martine Alfonso, directrice par intérim de l'Hôpital.

La plateforme O-arm combine l'imagerie peropératoire et la chirurgie assistée par imagerie (des systèmes de repérage chirurgical, analogues à un système GPS) et fournit des images en 3D de qualité optimale et en temps réel de l'anatomie d'un patient qui sont essentielles en contexte chirurgical. Chaque année, des milliers de Canadiens ont besoin d'une intervention chirurgicale pour éliminer ou contrôler les symptômes de maladies comme l'épilepsie, les tumeurs au cerveau et le parkinson.

« La différence dans la qualité de vie de sujets parkinsoniens avant et après la chirurgie est considérable », explique le Dr Abbas Sadikot, neurochirurgien au Neuro et chef du Service de neurochirurgie fonctionnelle du CUSM. Étant donné les tremblements, la raideur ou la lenteur associés à la maladie, les sujets parkinsoniens ont souvent de la difficulté à effectuer les tâches les plus simples, comme de prendre un verre d'eau ou d'arriver à écrire de façon lisible. Or pour certaines personnes, le soulagement tient à l'actionnement d'un commutateur. L'implantation par voie chirurgicale d'un appareil de stimulation cérébrale profonde (SCP) qui active électriquement certaines parties du cerveau peut soulager considérablement les symptômes de tremblements, de rigidité, de raideur, de lenteur des mouvements et de troubles de la marche.

Une des étapes cruciales de la réussite de l'intervention est de déterminer si le dispositif implanté a été placé correctement. « L'O-arm se révèle essentiel pour ces interventions et nous permet de vérifier que le stimulateur est bien situé dans le cerveau. Les patients n'ont ainsi pas à subir une deuxième intervention aux fins d'ajustements. Avant l'acquisition de l'O-arm, la vérification s'effectuait par l'IRM postopératoire, et les patients devaient revenir pour une chirurgie de reprise », explique le Dr Sadikot. Au nombre des avantages figure l'augmentation de l'efficience en salle de chirurgie en raison de la rapidité de l'accès aux images – l'O-arm ne prend que quelques minutes pour combiner la TDM peropératoire et l'IRM préopératoire – ce qui accroît la sécurité du personnel en salle d'opération, car cela minimise l'exposition aux rayonnements. Surtout utilisé pour traiter le parkinson, l'O-arm pourrait aussi servir au traitement de sujets souffrant de névralgie faciale ou d'algie vasculaire de la face et lors de certaines chirurgies à la colonne vertébrale.

Le Neuro mène actuellement sa campagne de financement la plus substantielle. Cette initiative quinquennale, L'avenir en tête, investira dans les individus et développera les structures et services du Neuro. Plus de 42 millions de dollars ont été recueillis à ce jour. La Campagne aidera le Neuro, un des sept Centres nationaux d'excellence en commercialisation et en recherche, à réaliser le centre d'imagerie cérébrale le plus important et novateur au monde, à trouver de nouvelles solutions de traitement pour les maladies du cerveau, à instituer un centre avant-gardiste de soins neuropalliatifs et un centre de renommée mondiale de réparation de la colonne vertébrale et de la moelle épinière, et à conserver son leadership mondial en matière de compréhension et de réparation du cerveau.

L'Institut et hôpital neurologiques de Montréal

L'Institut et hôpital neurologiques de Montréal, le Neuro, est un centre médical universitaire unique qui se consacre aux neurosciences. Cet institut de recherche et de formation rattaché à l'Université McGill est au cœur de la mission en neurosciences que s'est donnée le Centre universitaire de santé McGill. Fondé en 1934 par le réputé Dr Wilder Penfield, le Neuro est reconnu dans le monde entier pour la manière dont il intègre la recherche, des soins prodigués avec compassion aux patients et la formation de pointe, autant de facteurs sans lesquels la science et la médecine ne pourraient progresser. Ses chercheurs sont des chefs de file mondiaux dans les neurosciences cellulaires et moléculaires, en imagerie cérébrale, en neurosciences cognitives ainsi que dans l'étude et le traitement de l'épilepsie, de la sclérose en plaques et des troubles neuromusculaires. Dans son budget de 2007, le gouvernement fédéral a fait de l'Institut neurologique de Montréal un des sept centres d'excellence du Canada, ce qui a lui a permis d'obtenir 15 millions de dollars pour financer ses recherches et ses activités de commercialisation dans le domaine des maladies neurologiques et des neurosciences.

BMO Groupe financier

Fondée en 1817 sous le nom de Banque de Montréal, BMO Groupe financier est reconnu pour son engagement communautaire et a versé plus de 54 millions de dollars en dons et commandites en 2010 pour soutenir des organismes caritatifs et sans lut lucratif, appuyant notamment de nombreuses institutions de santé et d'enseignement supérieur au Québec. Le premier don de BMO remonte à 1835 et un hôpital en fut le récipiendaire.

Renseignements