Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

20 oct. 2005 11h04 HE

Les prestations d'emploi des familles sont maintenues

La décision de la Cour suprême ouvre la voie à la réforme du Régime d'a.-e. Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 20 oct. 2005) - Selon le Congrès du travail du Canada, la décision de la Cour suprême du Canada de confirmer le droit du gouvernement fédéral d'offrir des prestations de maternité et parentales dans le cadre du Régime d'assurance-emploi est une bonne nouvelle. Particulièrement pour les travailleuses et les jeunes familles.

La décision rendue aujourd'hui signifie que le gouvernement fédéral doit s'assurer que le régime d'a.-e. soit plus efficace qu'il ne l'est actuellement, ce que le mouvement syndical exige depuis longtemps.

« L'assurance-emploi est l'un des programmes les plus importants gérés par le gouvernement fédéral. Depuis des générations, il a assuré un revenu aux familles travailleuses des différentes parties du pays dans des circonstances, variant de la perte d'emploi à la maladie et au congé pour obligations familiales. C'est un important morceau de la mosaïque canadienne » indique Barbara Byers, vice-présidente exécutive du Congrès du travail du Canada.

Madame Byers dit que le jugement permet au gouvernement fédéral d'assumer la responsabilité de procéder aux modifications qu'il faut au Régime d'a.-e. Actuellement, il y a un grand écart entre ce que les travailleurs et travailleuses paient et ce qu'ils tirent du régime.

Seul le tiers - à peine plus de 30 % - des personnes en chômage ont droit à des prestations de chômage parce que les règles n'ont pas évolué en fonction de la façon dont les Canadiens et les Canadiennes travaillent. Madame Byers dit que s'il ramenait la période de référence à 360 heures dans l'ensemble du Canada, le gouvernement fédéral pourrait transformer le régime en une vraie assurance pour les travailleurs et les travailleuses d'aujourd'hui.

Elle dit qu'il est possible de modifier le régime d'a.-e. de manière à combler la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée et le manque de possibilités de formation des travailleurs et travailleuses.

« Il y a lieu d'élargir le régime d'a.-e. pour qu'il s'applique aux travailleurs et travailleuses en formation, y compris les personnes travaillant à temps partiel qui se perfectionnent ou celles qui risquent d'être mises à pied. On a une vraie occasion de renforcer le régime, en en faisant un qui soutient l'employabilité et qui contribue au renforcement de l'économie, comme il est censé faire », dit madame Byers.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site web : www.congresdutravail.ca
IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jeff Atkinson, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7425
    Numéro de téléphone secondaire: 613-863-1413
    Courriel: communications@clc-ctc.ca