SOURCE: Kelly Services

Kelly Services

04 mai 2011 11h51 HE

Les réseaux sociaux changent le paysage canadien de la recherche d'emploi, révèle l'Indice Kelly(MD) sur la main-d'œuvre mondiale

TORONTO--(Marketwire - May 4, 2011) - Selon les dernières conclusions d'une étude menée par Les Services Kelly(MD), chef de file mondial en matière de solutions de main-d'œuvre, plus du quart des personnes sondées au Canada effectuent leur recherche d'emploi en ligne, mais plusieurs s'inquiètent des conséquences possibles que leur contenu personnel sur les sites de réseautage social peut avoir sur leur carrière.

Ces conclusions font partie de l'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale qui a obtenu l'opinion d'environ 97 000 personnes dans 30 pays, dont plus de 4 000 au Canada.

L'étude indique que 27 pour cent des répondants ont décroché leur dernier poste par l'entremise d'une offre d'emploi en ligne, la principale source d'emploi, devant le � bouche à oreille �, méthode privilégiée par 21 pour cent des répondants, les entreprises de recrutement et de dotation (19 pour cent), les contacts directs des employeurs (15 pour cent), � d'autres � méthodes (10 pour cent), les annonces imprimées (7 pour cent) et les sites de médias sociaux (1 pour cent).

Même si seulement un faible pourcentage de personnes ont obtenu leur dernier emploi grâce aux réseaux sociaux, près du quart (24 pour cent) se servent des sites de médias sociaux, comme Facebook®, LinkedIn® et Twitter® pour trouver des occasions d'emploi ou d'avancement professionnel.

L'étude, menée entre octobre 2010 et janvier 2011, indique que tandis que la popularité des médias sociaux est en hausse en tant qu'outil de recherche d'emploi, il en va de même pour la crainte des torts qu'ils peuvent causer à la carrière. Plus du tiers des répondants admet modifier volontairement le contenu de leurs pages sur les réseaux sociaux pour éviter des problèmes professionnels.

� Même si les babillards d'emploi en ligne demeurent la ressource par excellence au Canada, le recours aux médias sociaux comme outil de recherche d'emploi devient de plus en plus fréquent �, indique Karin French, vice-présidente et directrice générale des opérations canadiennes chez Les Services Kelly. � Comme les candidats et les employeurs sont plus habiles à utiliser ce média, de plus en plus de personnes se serviront des réseaux sociaux pour trouver un emploi. �

Les résultats de l'étude au Canada indiquent que :

  • Facebook est le site de médias sociaux le plus populaire auprès de la génération Y (de 18 à 29 ans) pour chercher du travail, alors que LinkedIn est la plateforme privilégiée de la génération X (de 30 à 47 ans) et des baby-boomers (de 48 à 65 ans).
  • 24 pour cent des répondants indiquent qu'ils sont inquiets que des renseignements sur leurs sites de réseaux sociaux puissent affecter leur carrière.
  • 34 pour cent des répondants de la génération Y indiquent qu'il est essentiel d'être actif sur les médias sociaux pour faire avancer leur carrière, mais seulement 28 pour cent des répondants de la génération X et 20 pour cent des baby-boomers sont du même avis.
  • Un tiers des répondants indiquent que leur employeur dispose de politiques relatives aux réseaux sociaux qui régissent leur utilisation au travail.
  • Les secteurs dans lesquels les employés sont les plus actifs dans les conversations en ligne sont, entre autres, les TI, l'ingénierie, les services commerciaux et le domaine des sciences et de la pharmaceutique.
  • Les personnes les plus actives en recherche d'emploi en ligne vivent en Colombie-Britannique, où 27 pour cent des gens se servent des réseaux sociaux pour chercher du travail, suivis des Néo-Écossais (26 pour cent), des Ontariens (25 pour cent), des Québécois (24 pour cent), des Saskatchewannais (21 pour cent), et des Albertains (19 pour cent).

Malgré la hausse de popularité des réseaux sociaux, la grande majorité des répondants (68 pour cent) passent une heure ou moins par jour sur les sites de médias sociaux, alors que 20 pour cent n'y passent pas de temps du tout. Seulement 12 pour cent y consacrent au moins une heure chaque jour.

� Il est évident que les réseaux sociaux modifient la façon dont les gens cherchent du travail et entament des conversations sur les occasions d'emploi. Comme pour toute technologie émergente, les chercheurs d'emploi se sensibiliseront aux aspects positifs et négatifs de ces outils et se serviront des meilleurs éléments des sites de médias sociaux pour faire progresser leur carrière �, conclut madame French.

À propos de l'Indice Kelly(MD) sur la main-d'œuvre mondiale L'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale est une étude d'opinions annuelle portant sur le travail et le milieu de travail d'un point de vue générationnel. Les conclusions de ces études menées auprès de 97 000 personnes en Amérique du Nord, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie-Pacifique seront publiées chaque trimestre au cours de l'année 2011. Les Services Kelly a remporté en 2010 un prix MarCom Platine et en 2009 un prix MarCom Or pour l'Indice Kelly sur la main-d'œuvre mondiale dans la catégorie recherche/étude.

À propos de Kelly Kelly Services, Inc. (NASDAQ: KELYA) (NASDAQ: KELYB) est un chef de file mondial en matière de solutions de main-d'œuvre qui offre un éventail complet de services d'impartition des effectifs, de services-conseils en ressources humaines et de dotation de personnel sur une base temporaire, temporaire à permanente et permanente. Kelly dessert des clients à l'échelle mondiale et emploie plus de 530 000 personnes chaque année. Les revenus de l'entreprise en 2010 étaient de 5 milliards de dollars. Consultez notre site à www.kellyservices.com.

Renseignements