Deloitte

Deloitte

01 févr. 2006 08h30 HE

Les révélations de la boule de cristal-Deloitte dévoile les 10 grandes tendances dans les secteurs des technologies, des médias et des télécommunications pour 2006 et les années à venir

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 1 fév. 2006) -

Les moteurs de recherche dépassent le courriel, les technologies s'humanisent, les jeux vidéo et la radio entrent dans une ère nouvelle : l'étude de Deloitte présente les tendances de fond et les grands enjeux

Au Canada et dans le monde, les secteurs des technologies, des médias et des télécommunications (TMT) feront face à des changements, à des défis et à des enjeux considérables en 2006 et pour les années à venir, selon une nouvelle étude publiée aujourd'hui par Deloitte. L'édition 2006 des prédictions de Deloitte pour les secteurs des TMT (Technology, Media and Telecommunications Predictions) regroupe les prévisions les plus complètes de l'industrie grâce à la participation de plus de 5 000 intervenants, clients d'entreprises et analystes des TMT.

"Le fossé technologique mondial se rétrécit rapidement, comme le montre l'abondance de nouveaux produits et services technologiques qui sont lancés au Canada, depuis la téléphonie Internet (VoIP) jusqu'à la nouvelle génération de consoles de jeux et de lecteurs MP3, en passant par la radio satellite, les communications sans fil et la télé haute définition (HDTV), indique André Vincent, leader national de l'industrie des télécommunications chez Deloitte. En 2006, les entreprises canadiennes des secteurs des TMT devront affronter une concurrence plus vive et relever des défis plus importants, tout en disposant de moins de temps pour s'adapter à l'évolution du marché et aux nouvelles percées technologiques. Les entreprises peuvent dominer les marchés nationaux et mondiaux, mais devraient tenir compte de ces changements, en plus de constamment réévaluer et ajuster leurs stratégies d'affaires pour prévoir l'avenir."

Voici les 10 grandes tendances dégagées par Deloitte pour le Canada dans sa série de trois rapports prévisionnels :

- La "Googlemania" - L'année 2006 a marqué un tournant pour les moteurs de recherche, qui sont en voie de supplanter le courriel à titre d'application numérique la plus utilisée, grâce à une fonctionnalité croissante, un volume toujours plus grand de données consultables et un accès Internet toujours plus rapide. Devant l'augmentation du contenu créé par des entreprises et des particuliers (jusqu'à 20 milliards de gigaoctets en 2006 seulement, selon certaines prévisions), il devient de plus en plus nécessaire de recourir aux moteurs de recherche pour mettre de l'ordre dans cette grande profusion de données numériques. Ainsi, le champ des recherches, même si celles-ci continueront de se fonder sur des mots clés dans des textes, s'étendra aux données contenues sur divers supports, comme les PC, les téléphones mobiles, les appareils photo numériques et les magnétoscopes numériques (PVR).

- "Téléportez-moi, Scotty !" - Il ne sera peut-être pas possible de voyager dans le temps en 2006, mais des percées dans des secteurs technologiques clés laissent entrevoir des améliorations considérables aux interfaces entre les gens et les machines. La reconnaissance de la parole en langage naturel et la synthèse vocale seront probablement jumelées à une forme d'intelligence artificielle de base permettant une gamme diversifiée de nouveaux services. Par exemple, l'industrie automobile y trouvera plusieurs applications possibles, comme la surveillance à distance, les systèmes anticollision et les commandes vocales par le conducteur.

- Les technologies révolutionnaires continuent de se multiplier - L'incidence globale des technologies sur le quotidien de la population du Canada et de la planète sera probablement encore plus prépondérante et généralisée que jamais en 2006. Les produits et services technologiques qui changent les habitudes des gens, comme les lecteurs MP3 qui permettent de transporter partout sa discothèque avec soi, les consoles de jeux de la nouvelle génération qui ont créé une nouvelle catégorie de divertissements, ainsi que les dispositifs mobiles évolués et la connectivité à large bande qui ont rendu le télétravail possible, continueront de dominer nos vies et d'exercer une influence déterminante.

- Des jeux vidéo conçus pour lui... et pour elle - Le marché mondial des jeux vidéo devrait poursuivre sa croissance en 2006 et pour les prochaines années, en générant un chiffre d'affaires annuel de 23 milliards de dollars. Cette année également, l'industrie devrait mener sa première offensive d'envergure pour augmenter la popularité de ses jeux, actuellement tributaires d'un public jeune et masculin, auprès des femmes avec des produits unisexes et d'un genre nouveau conçus pour plaire à un auditoire féminin. En 2006, l'industrie risque aussi de devoir affronter le tir de plus en plus nourri des groupes de parents et de pédagogues opposés à ces jeux. Certaines solutions, comme l'intégration d'une minuterie à l'écran et d'une fonction de fermeture automatique des consoles, pourraient permettre d'apaiser les craintes exprimées par ces groupes.

- Vous écoutez Radio 2.0 - Compte tenu du nombre croissant de formats de radiodiffusion, qu'il s'agisse de la radio analogique ou satellite, de la baladodiffusion et de la radiodiffusion en continu dans Internet, le modèle fonctionnel de ce média est à la veille de subir une transformation en profondeur. Les auditeurs de la radio, qu'on appellera bientôt des clients, seront plus à même de choisir ce qu'ils écoutent, à quel moment ils le font (en direct ou en différé) et avec quel appareil. L'année 2006 verra la fin de la radio comme produit de diffusion unique. Bienvenue sur les ondes de Radio 2.0 !

- Les fruits de la fragmentation - En 2006 et pour les prochaines années, la fragmentation de l'auditoire, longtemps considérée comme un inconvénient par l'industrie des médias, devrait devenir pour cette dernière un moyen de dynamiser la croissance. En plus de permettre aux entreprises médiatiques de toucher des auditoires mieux ciblés, les nouveautés en matière de technologies, de formats et de plateformes leur permettent d'étendre les canaux de publicité à ces groupes, grâce à l'intégration d'annonces aux consoles de jeux, de bannières publicitaires aux téléphones mobiles et de segments de pubs audio dans les baladodiffusions. Dans l'ensemble, l'industrie médiatique devrait connaître une sorte de renaissance en 2006.

- La convergence rend plus fort - Les services Internet de vidéo sur demande (VoD), la multidiffusion IP, la baladodiffusion, entre autres, de même que divers dispositifs pour utilisateur final, comme les passerelles multimédias pour la maison, les lecteurs médias portatifs et les téléphones multimédias mobiles devraient progresser toute l'année grâce à la convergence des technologies, des plateformes et du contenu. Cependant, même si les responsables de l'étude de Deloitte prévoient que la convergence profitera à certains médias (par exemple la VoD sur réseau à large bande, la multidiffusion IP et la baladodiffusion), ils reconnaissent également que la télévision mobile, qui vient d'être lancée au Canada, risque de constituer l'exemple le plus frappant d'une convergence ratée en 2006.

- Les accros de la vitesse - Au cours de la prochaine année, la vitesse sera l'enjeu de la concurrence que se livreront beaucoup d'entreprises de télécommunications, dans les secteurs filaires ou sans fil. Les entreprises de services filaires sont déjà en train de déployer une variété de nouvelles infrastructures, comme la fibre optique (FTTH) et l'ADSL 2, pour offrir une connectivité haute vitesse. Pendant ce temps, les entreprises de télécommunications mobiles commenceront à rivaliser avec les entreprises de services filaires dans une course qui pourrait déboucher sur une recherche effrénée de rapidité au détriment d'autres facteurs décisifs, comme les besoins réels du marché et la rentabilité des modèles fonctionnels.

- Les gagnants et les perdants de la convergence - De nouvelles applications, comme la voix sur IP (VoIP), les systèmes vidéo de sécurité, le commerce électronique et la musique en ligne, demeureront probablement tributaires d'un accès Internet à large bande. Toutefois, contrairement aux maisons de disques et aux cyberentreprises qui facturent chaque téléchargement ou transaction, les entreprises de télécommunications qui offrent la bande passante pourraient ne pas enregistrer de produits d'exploitation supplémentaires, car elles perçoivent des tarifs fixes sur la connectivité et non sur les services utilisés. Ainsi, en 2006, les entreprises de télécommunications pourraient devenir les grandes perdantes de la convergence à moins qu'elles n'établissent de nouveaux modèles fonctionnels fondés sur les événements capables de générer des produits d'exploitation additionnels pour chaque service utilisé sur leur plateforme, comme le téléchargement d'une chanson, un appel téléphonique sur Internet, une lecture vidéo en transit ou une recherche dans Internet.

- La possibilité de deux VoIP - Deux types de services VoIP pourraient prendre forme en 2006; chacun d'eux empruntant une voie nettement distincte. Les services VoIP gérés offerts par des fournisseurs spécialisés et des entreprises de télécommunications accapareront rapidement des parts de marché. Au contraire, la VoIP ad hoc, dont la plateforme de services est le réseau ouvert Internet, pourrait avoir du mal à gagner des parts de marché et à générer des produits d'exploitation constants.

A propos de l'étude

L'édition 2006 des prédictions de Deloitte pour les secteurs des TMT se fonde sur une recherche approfondie et la participation de plus de 5 000 partenaires, administrateurs et dirigeants de Deloitte dans ce domaine, ainsi que sur des conversations avec des clients d'entreprises et d'importants analystes financiers et analystes de l'industrie du monde entier. L'étude présente 10 prévisions pour chacun des secteurs de l'industrie, ainsi que les conclusions, les suggestions et les perspectives du groupe des TMT de Deloitte pour chaque prévision.

Pour obtenir un exemplaire de ces rapports ou plus d'information sur le groupe des TMT de Deloitte, veuillez consulter le site Web www.deloitte.ca.

Deloitte

Deloitte, l'un des cabinets de services professionnels les plus importants au Canada, offre des services dans les domaines de la certification, de la fiscalité, de la consultation et des conseils financiers grâce à un effectif de plus de 6 200 personnes réparties dans 50 bureaux. Au Québec, Deloitte exerce ses activités sous l'appellation Samson Bélair/Deloitte & Touche s.e.n.c.r.l. Le Cabinet est déterminé à aider ses clients et ses gens à exceller. Deloitte est le cabinet membre canadien de Deloitte Touche Tohmatsu. La marque Deloitte représente une ou plusieurs entités de Deloitte Touche Tohmatsu, une Verein suisse, ses cabinets membres ainsi que leurs filiales et sociétés affiliées respectives. Deloitte Touche Tohmatsu est une Verein (association) suisse et, à ce titre, ni Deloitte Touche Tohmatsu ni aucun de ses cabinets membres ne peuvent être tenus responsables des actes ou des omissions de l'un ou de l'autre. Chaque cabinet membre constitue une entité juridique distincte et indépendante exerçant ses activités sous les noms de Deloitte, Deloitte & Touche, Deloitte Touche Tohmatsu ou d'autres raisons sociales similaires. Les services sont fournis par les cabinets membres ou par leurs filiales ou leurs sociétés affiliées, et non par la Verein Deloitte Touche Tohmatsu.

Renseignements

  • Deloitte
    Jean-Michel Laberge
    (514) 393-5046
    ou
    Cohn & Wolfe
    Barb Bryson
    (416) 924-5700, poste 4057