Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

21 mars 2005 14h13 HE

Les syndicats au PM : « Dites non! »

Il est temps de défendre le Canada, pas de le jouer Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Rédacteur municipal, Directeur général et de l'information, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 21 mars 2005) - Le Congrès du travail du Canada demande au premier ministre d'établir sans équivoque que le gouvernement du Canada rejette le plan de plus grande intégration avec les États-Unis proposé par quelques chefs d'entreprises et son ancien collègue du Cabinet, John Manley.

« Les travailleurs et travailleuses du Canada ont besoin d'entendre que cette intégration n'est pas au programme de la rencontre entre M. Martin et les présidents Bush et Fox, au Texas, cette semaine, déclare Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada. Le premier ministre doit établir clairement que le Canada continuera d'établir des politiques indépendantes en fonction de nos propres intérêts et valeurs et que nous nous attendons à ce que les États-Unis respectent leurs obligations en vertu des lois sur le commerce international. »

M. Georgetti trouve pour le moins surprenant de voir que l'on propose une plus grande intégration canado-américaine alors qu'il est parfaitement évident que le gouvernement américain ne respecte aucunement les accords commerciaux qu'il a signés et ratifiés. Les disputes continuelles sur le bois d'oeuvre et sur le commerce du boeuf nous en donnent la preuve tous les jours.

Selon M. Georgetti, le premier ministre doit rejeter complètement ce scénario d'intégration plus poussé, patroné sans mandat par un groupe de travail mû seulement par ses intérêts étroits.

« John Manley et Brian Mulroney ont laissé l'arène démocratique et ne parlent pas au nom des Canadiens et Canadiennes. Quant au Conseil canadien des chefs d'entreprise dans les assemblées générales d'actionnaires de l'année dernière, nous ne trouvons aucune résolution validant sa position. Ils ne semblent pas représenter leurs compagnies sur ces questions. »

Comme en a discuté récemment le sous-comité de la Chambre des communes sur le commerce international, les différends commerciaux et les investissements internationaux, les objectifs immédiats des travailleurs et travailleuses du Canada sont un examen minutieux de l'ALÉNA, incluant l'élimination du désastreux chapitre 11, le remplacement de l'illusoire chapitre 19 par quelque chose de plus musclé et la réévaluation de l'Accord additionnel de l'ALÉNA sur le travail afin d'instaurer réellement justice et améliorations dans les milieux de travail nord-américains.

Selon M. Georgetti, le gouvernement devrait s'efforcer d'établir des accords commerciaux équitables qui aideront à soutenir et à créer des emplois subvenant aux besoins des familles canadiennes.

« Les Canadiens et Canadiennes veulent que des dispositions sensées régissent la collaboration et les liens économiques avec les États-Unis. Mais ils veulent aussi préserver et rehausser notre souveraineté dans les domaines qui importent le plus : les libertés publiques, les droits des travailleurs et des travailleuses, la politique d'immigration, la culture, la défense et la politique étrangère, l'énergie et l'environnement ainsi que les politiques sociales », conclut M. Georgetti.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site web : www.clc-ctc.ca /Renseignements: Jeff Atkinson, (613) 526-7425 ou (613) 863-1413/ IN: ÉCONOMIE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL, COMMERCE

Renseignements

  • Jean Wolff, Directeur, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7431
    Numéro de téléphone secondaire: 613-878-6040
    Courriel: communications@clc-ctc.ca