Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

11 mai 2017 13h28 HE

Les syndicats du Canada organisent une fête de rue pour un #AvenirJuste à Toronto

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 11 mai 2017) - Des milliers de membres délégués représentant des syndicats de partout au Canada se sont massés dans le quartier financier de Toronto ce midi pour une fête de rue. Délégués, observateurs et invités à la 28e Assemblée générale du Congrès du travail du Canada ont brandi des drapeaux demandant l'équité, des emplois verts et la fin de l'islamophobie, qui sont des éléments clés d'un avenir juste pour tous les Canadiens et Canadiennes.

Les présentateurs à l'événement, organisé conjointement par le CTC et la Fédération du travail de l'Ontario, ont souligné la nécessité d'emplois décents et d'un salaire minimum de 15 $. Ils ont également indiqué que pour les syndicats du Canada, un avenir juste signifie aussi de lutter contre le racisme, l'islamophobie et la xénophobie.

« La vision d'un avenir juste signifie différentes choses pour différentes personnes. Vous tous ici aujourd'hui démontrez l'importance des syndicats canadiens dans la lutte afin de faire du Canada un pays meilleur pour tous les travailleurs et travailleuses », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

« Mais un trop grand nombre de Canadiens ont encore des emplois temporaires et précaires, ou doivent cumuler plusieurs emplois pour joindre les deux bouts. » Deux millions de travailleurs au Canada occupent des emplois temporaires, et un million de travailleurs canadiens cumulent plusieurs emplois. Nous devons améliorer la qualité des emplois de tous les travailleurs et travailleuses au Canada », a ajouté M. Yussuff.

« La lutte contre les emplois précaires et incertains est le plus important enjeu en matière d'équité et de justice sociale de notre époque, car ce sont les femmes, les personnes racialisées, les nouveaux Canadiens, les jeunes travailleurs et les personnes ayant un handicap qui sont les plus touchés », a déclaré Chris Buckley, président de la FTO. « Ici en Ontario, nous devons voir cette année à ce que des changements soient apportés à nos lois désuètes en matière d'emploi. »

Les leaders du mouvement étudiant ont également parlé de l'importance de bâtir un avenir juste pour les générations à venir.

« Les étudiantes et étudiants de l'Ontario paient les frais de scolarité les plus élevés au pays », a indiqué Rawan Habib, président de la Fédération étudiante de l'Université York. « Par conséquent, les étudiantes et étudiants des communautés les plus marginalisées doivent avoir deux ou trois emplois pour avoir accès à l'éducation et assurer leur subsistance. Cela nous place souvent dans des situations de travail précaire parmi une main-d'œuvre concurrentielle. »

Bilan Arte, présidente nationale de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants, a ajouté : « Les étudiants et les travailleurs doivent être unis dans notre lutte collective contre l'austérité et pour l'obtention de bons emplois, de la justice sociale et de l'équité. Un monde meilleur est possible - et unis, nous ne serons jamais vaincus! ».

Renseignements