Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

16 déc. 2014 08h27 HE

Les taux d'inoccupation sont relativement stables au Nouveau-Brunswick

MONCTON, NOUVEAU-BRUNSWICK--(Marketwired - 16 déc. 2014) - Le taux d'inoccupation moyen des appartements locatifs1 dans les centres urbains2 du Nouveau-Brunswick se situait à 8,0 % en octobre 2014, en baisse par rapport à celui de 8,9 % enregistré un an plus tôt. C'est ce que révèlent les résultats de l'Enquête sur les logements locatifs de l'automne diffusés aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

« Dans les trois grands centres urbains du Nouveau-Brunswick, le nombre d'appartements achevés au cours de la dernière année a été inférieur aux moyennes historiques récentes, et les ajouts limités à l'offre ont contribué à maintenir le taux d'inoccupation à un niveau relativement stable, tant à Moncton qu'à Fredericton. Parmi les grands centres urbains de la province, c'est Fredericton qui a affiché la plus faible proportion de logements vacants, soit 5,8 %. Pour leur part, Moncton et Saint John ont présenté des taux respectifs de 8,7 et 9,0 % », a déclaré Claude Gautreau, analyste principal de marché au Centre d'affaires de l'Atlantique de la SCHL.

Un coup d'œil aux centres urbains plus petits de la province révèle que Campbellton et Miramichi ont affiché des taux d'inoccupation respectifs de 5,6 % et de 3,3 %, tous deux inférieurs à la moyenne provinciale. À Bathurst comme à Edmundston, le pourcentage moyen de logements vacants a été nettement plus élevé que la moyenne provinciale; il a atteint 10,9 % dans le premier cas et 10,8 % dans le second. Dans ces quatre centres, les taux d'inoccupation sont restés inchangés sur le plan statistique en raison de la stabilité des facteurs démographiques.

Dans les immeubles des centres urbains du Nouveau-Brunswick qu'ont en commun les univers des enquêtes de 2013 et de 20143, le loyer moyen des logements de deux chambres s'est accru de 1,2 %. À l'échelle de la province, les appartements de deux chambres se louaient en moyenne 735 $ par mois, comparativement à 809 $ à Fredericton, à 762 $ à Moncton et à 714 $ à Saint John. Dans les centres urbains plus petits de la province, le loyer mensuel moyen de ces logements s'est situé entre 529 et 587 $.

Pour consulter les données sur le marché locatif, en français ou en anglais, veuillez cliquer sur le lien suivant : Rapports sur le marché locatif - Automne.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché du logement et du système financier, elle vient en aide aux Canadiens dans le besoin et elle fournit des résultats de recherches et des conseils objectifs aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation.

Suivez la SCHL sur Twitter @SCHL.ca.

1 L'Enquête sur les logements locatifs porte sur les immeubles d'initiative privée comptant au moins trois appartements locatifs.

2 Un centre urbain compte au moins 10 000 habitants.

3 Comparer, d'année en année, les loyers moyens des logements neufs et existants confondus peut mener à des conclusions légèrement trompeuses, car les unités neuves ont tendance à se louer plus cher que celles de construction moins récente. En excluant les immeubles neufs pour ne garder que les immeubles existants qu'ont en commun l'Enquête d'octobre 2013 et celle d'octobre 2014, il est possible de se faire une meilleure idée de l'augmentation réelle qu'ont assumée les locataires.

Données supplémentaires disponibles sur demande.

(Also available in English)

Pour voir le tableau associé à ce communiqué de presse, veuillez visiter le lien suivant : http://file.marketwire.com/release/984256f.pdf

Renseignements

  • Centre d'analyse de marché
    Claude Gautreau, analyste principal de marché
    506-851-2742
    506-866-9002 (cell.)
    cgautrea@schl.ca

    Relations avec les médias
    Caroline Arsenault, Communications et Marketing
    902-426-8127
    902-452-4448 (cell.)
    cmarsena@schl.ca