SOURCE: Ontario Federation of Labour and UNITE HERE

Ontario Federation of Labour and UNITE HERE

06 mars 2012 10h39 HE

Les travailleuses et travailleurs de Novotel dénoncent le harcèlement, l'intimidation et les représailles de la part de l'employeur

TORONTO--(Marketwire - Mar 6, 2012) - Lors d'une conférence de presse tenue à Queen's Park aujourd'hui, les travailleuses et travailleurs des hôtels Novotel à Ottawa et à Toronto ont partagé leurs expériences en ce qui concerne les sanctions, la suspension et le licenciement après avoir été identifiés comme partisanes et partisans du syndicalisme. Malgré l'engagement mondial d'Accor, la société mère de Novotel, à « ne pas s'opposer aux efforts de syndicalisation de ses employées et employés », 14 des 25 partisanes et partisans du syndicalisme des deux hôtels ont été ciblés. Une campagne syndicale qui prend place à un troisième emplacement Novotel à North York n'est pas encore passée au vote et un partisan du syndicalisme a déjà fait l'objet de sanctions.

Ignacio Dadap, un préposé aux chambres du Novotel Mississauga a déclaré que depuis qu'il s'est dit partisan du syndicalisme, il a fait l'objet de sanctions à répétition, entre autres, pour avoir distribué de l'information sur le syndicat à ses collègues pendant sa pause. Il a ajouté qu'il a vu ses collègues perdre leurs quarts de travail une fois qu'ils avaient été identifiés comme partisanes et partisans du syndicalisme. Et que la direction l'avait averti de faire attention et de penser à sa famille. La semaine dernière, il a de nouveau fait l'objet de sanctions et on lui a dit qu'il se pourrait bien que ce soit le dernier avertissement.

Esperance Umwizaninde, une mère seule de cinq enfants, qui travaillait depuis quatre ans comme préposée aux chambres au Novotel Ottawa avant son licenciement, a déclaré qu'elle croyait fermement qu'elle avait été congédiée simplement parce qu'elle avait exercé son droit de former un syndicat. Elle a ajouté que cette situation s'était avérée pénible pour toute sa famille.

Selon la Fédération du travail de l'Ontario, la situation à laquelle font face les travailleuses et travailleurs de Novotel souligne le besoin de nouvelles lois pour protéger les travailleuses et travailleurs à faible salaire, dont la majorité est composée de femmes, de personnes racialisées ou de nouvelles immigrantes et nouveaux immigrants qui tentent d'offrir une vie meilleure à leur famille.

Sid Ryan, président de la Fédération du travail de l'Ontario a déclaré que l'adhésion à un syndicat est l'un des moyens le plus efficaces pour les travailleuses et travailleurs faisant face à des difficultés d'améliorer la vie de leur famille. Il a ajouté que les travailleuses et travailleurs syndiqués au Canada gagnent en moyenne 5 $ de plus l'heure et sont deux fois plus susceptibles d'avoir une pension et des avantages sociaux que leurs homologues non syndiqués. En ce qui concerne les femmes, les avantages sociaux sont encore plus marqués.

La FTO a demandé au gouvernement de l'Ontario de mettre en vigueur les réformes suivantes de la loi du travail :

--  Éducation des travailleuses et travailleurs sur leurs droits
--  Réintégration immédiate des travailleuses et travailleurs privés de
    leur emploi durant une campagne syndicale
--  Accréditation syndicale fondée sur les cartes d'adhésion
--  Établissement des droits du successeur pour les personnes dans le
    secteur des contrats

Ryan a conclu en disant que toute travailleuse ou tout travailleur en Ontario mérite de pouvoir exercer ses droits démocratiques sans crainte de représailles, mais les lois du travail actuelles permettent aux employeurs de harceler, d'intimider et de congédier ses employées et employés en toute impunité. La démocratie en milieu de travail est une illusion en Ontario. Il a ajouté que nous devons restaurer l'équilibre dans la Loi sur les relations de travail de l'Ontario et fournir aux travailleuses et travailleurs vulnérables les outils dont ils ont besoin pour se sortir de la pauvreté.

La Fédération du travail de l'Ontario (FTO) représente 54 syndicats et un million de travailleuses et travailleurs en Ontario. Pour plus de renseignements sur la campagne des travailleuses et travailleurs de Novotel, visitez : www.accornovotelwatch.org

Renseignements