BMO Groupe financier
TSX : BMO
NYSE : BMO

BMO Groupe financier

15 juil. 2013 15h53 HE

Les ventes de maisons au Canada affichent leur plus forte croissance trimestrielle depuis 2010, selon le service des Études économiques de BMO

- Les ventes de propriétés ont augmenté de 3,3 pour cent au mois de juin, et de 6,4 pour cent par rapport au trimestre précédent

- Les prix sont en hausse dans 80 pour cent des principaux marchés; Vancouver continue d'afficher les signes d'une reprise impressionnante

- BMO recommande aux acheteurs potentiels d'effectuer une simulation de crise en tenant compte d'un taux d'intérêt hypothécaire plus élevé, afin de s'assurer de pouvoir payer son hypothèque tgage affordability

MONTRÉAL, QUEBEC--(Marketwired - 15 juillet 2013) - Selon Robert Kavcic, économiste principal de BMO, les plus récentes données publiées par l'Association canadienne de l'immeuble (ACI) indiquent que le marché de l'immobilier au Canada demeure équilibré et continue à bien réagir. Les ventes de maisons existantes ont augmenté pour le quatrième mois d'affilée au mois de juin, affichant une hausse corrigée des variations saisonnières de 3,3 pour cent par rapport au mois précédent, et une baisse d'à peine 0,6 pour cent comparativement aux résultats d'il y a un an.

« Ces chiffres représentent une nouvelle déconfiture pour les tenants d'un ralentissement actuel du marché de l'immobilier au Canada », a expliqué M. Kavcic. « Les statistiques du mois de juin permettent au deuxième trimestre se démarquer par rapport au trimestre précédent, avec une hausse impressionnante de 6,4 pour cent des ventes, soit la performance la plus solide depuis 2010. En fait, les ventes sont maintenant revenues aux niveaux observés avant que n'entrent en vigueur les derniers resserrements des règles en matière de prêts hypothécaires, au début du mois de juillet. Elles ont par ailleurs été aidées par des taux hypothécaires qui sont demeurés très bas pendant une bonne partie du printemps. »

Selon M. Kavcic, la hausse récente des taux fixes sur cinq ans - qui voisinent désormais les 3,5 pour cent alors qu'ils étaient encore inférieurs à trois pour cent voilà à peine plus d'un mois - pourrait avoir dynamisé les ventes au mois de juin, en incitant les acheteurs à bouger avant l'expiration de leurs contrats à taux peu élevés. « Cela pourrait laisser présager une nouvelle période de ralentissement cet été. Peu importe le taux, les mesures en faveur d'un rééquilibrage du marché se resserrent clairement, alors que le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions se trouve de nouveau légèrement au-dessus des normes historiques, et que les inventaires du mois enregistrent une baisse pour la troisième fois au cours des quatre derniers mois. »

Sur le plan régional, la plupart des marchés se sont activés au cours des derniers mois, incluant un revirement spectaculaire à Vancouver, où les ventes se situent désormais à 52 pour cent des nouvelles inscriptions, en hausse par rapport au plancher de 36,6 pour cent atteint à la fin de l'année dernière. À Toronto, le marché est solidement équilibré, tandis qu'à Calgary, il penche de nouveau en faveur des vendeurs.

M. Kavcic a également expliqué que l'accroissement des ventes et la diminution des inventaires n'ont certainement pas écarté toute menace d'un recul imminent des prix. « Les prix moyens ont augmenté de 4,8 pour cent au mois de juin par rapport aux niveaux d'il y a un an, alors que 80 pour cent des marchés sondés ont enregistré une hausse des prix par rapport à l'année dernière. Vancouver et Regina observent toujours des prix inférieurs à ce qu'ils étaient il y a un an, bien qu'ils aient cessé de descendre à Vancouver au cours des derniers mois. Le marché de Calgary est clairement celui qui se démarque, avec une solide hausse des ventes de 6,7 pour cent par rapport à l'année précédente, et des niveaux qui sont maintenant inférieurs par moins de trois pour cent aux sommets observés en 2007. »

« Il est indispensable que les acheteurs d'une propriété effectuent une simulation de crise en tenant compte d'un taux d'intérêt hypothécaire plus élevé, afin de s'assurer de pouvoir supporter toute hausse subséquente des taux d'intérêt », a expliqué Laura Parsons, experte hypothécaire, BMO Banque de Montréal. « Il est également recommandé de choisir une hypothèque assortie d'une période d'amortissement raccourcie, ce qui aidera les propriétaires à se libérer de leur dette plus rapidement. »

Mme Parsons a ajouté que ceux qui sont prêts à se lancer à la recherche d'une propriété peuvent prendre de l'avance sur leur planification en obtenant dès maintenant un prêt hypothécaire préapprouvé, avant d'arrêter leur choix sur la maison de leurs rêves.

À propos de BMO Groupe financier

Fondé en 1817 sous le nom de Banque de Montréal, BMO Groupe financier est une société nord-américaine de services financiers hautement diversifiés. Fort d'un actif de 555 milliards de dollars au 30 avril 2013 et d'un effectif de plus de 46 000 employés, BMO Groupe financier offre une vaste gamme de produits et de solutions dans les domaines des services bancaires de détail, de gestion de patrimoine et de banque d'affaires et de services aux sociétés.

Renseignements