SOURCE: La Légion royale canadienne

La Légion royale canadienne

21 août 2014 17h41 HE

LETTRE AU REDACTEUR : Réaction de la Légion à l'Enquête sur la santé mentale dans les Forces armées canadiennes

OTTAWA, ON--(Marketwired - 21 août 2014) - De récents articles dans les médias ont souligné les défis auxquels les vétérans et les militaires canadiens font face quant vient le temps d'obtenir de l'aide et du soutien liés au syndrome de stress post-traumatique (SSPT) et à d'autres problèmes mentaux. Or, en mai 2012, La Légion royale canadienne avait exprimé ses inquiétudes sur les services à offrir en matière de santé mentale au ministre de la Défense nationale.

La Légion s'était réjouie de l'annonce d'un financement additionnel pour la prestation de services en santé mentale et du progrès réalisé jusqu'à ce jour dans l'embauche additionnelle de professionnels en santé mentale. Or, il y a encore du travail à accomplir.

Les enjeux liés à la santé mentale soulèvent de plus en plus de problèmes au sein des communautés militaires et de vétérans, et l'augmentation du nombre de cas de SSPT n'est pas exceptionnelle compte tenu du rythme opérationnel des deux dernières décennies où les opérations de combat et de maintien de la paix ont été monnaie courante. Les défis qui attendent les vétérans, en service ou à la retraite, sont nombreux et les cas qui apparaissent sont uniques selon les rôles et les responsabilités qu'ils ont assumés lorsqu'en service. Certains militaires des Forces armées canadiennes et membres de la Gendarmerie royale du Canada ont eu à souffrir de graves blessures, de la perte de collègues et d'amis, de traumatismes liés au stress opérationnel, de problèmes de santé mentale dont le SSPT, et de difficultés à vivre la transition vers la vie civile.

De toute évidence, les vétérans canadiens ont besoin d'aide. De récents articles publiés dans les médias font état de soldats qui craignent d'être libérés pour raisons médicales s'ils demandent de l'aide pour leur problème. La crainte d'être étiqueté comme une personne faible si l'on demande de l'aide doit être surmontée; à cet égard, nous encourageons les membres à obtenir les soins médicaux et professionnels dont ils ont besoin sans crainte de représailles ou d'une libération pour raisons médicales. C'est là une question de leadership, alors que le rôle des services de santé mentale vise le rétablissement de la personne et son retour au service actif.

La Légion existe pour soutenir les vétérans et leur famille, comme cela a toujours été. Bien que nous ne puissions offrir une aide directe dans le domaine spécialisé qu'est la santé mentale, notre réseau d'officiers d'entraide est en mesure de vous diriger vers de nombreux programmes et services accessibles aux vétérans et à leur famille pour recevoir l'aide dont ils on besoin. Pour en savoir davantage sur les services et les ressources de santé mentale, visitez www.legion.ca/sante-mentale.

La Légion peut aussi venir en aide aux vétérans qui ont à composer avec le processus éprouvant que peut-être l'accès aux prestations. Si vous êtes un vétéran, à la retraite ou en service actif, et avez besoin d'aide afin de mieux comprendre vos droits aux prestations, de remplir un formulaire de demande de prestation d'invalidité auprès d'Anciens Combattants Canada, ou de vous y retrouver dans le processus d'appel du Tribunal des anciens combattants (révision et appel), nous sommes là pour vous venir en aide et vous guider.

La Légion royale canadienne continuera de militer pour des changements qui verront à améliorer les soins à apporter à tous les vétérans et à leur famille toute leur vie durant.

Nous nous souviendrons

Tom Eagles
Président de la Direction nationale
Légion royale canadienne

Renseignements

  • Pour plus d'informations, veuillez contacter
    M. Bruce Poulin
    Direction nationale
    (613) 591 3335 poste 241
    Cell (613) 292 8760
    bruce.poulin@legion.ca