Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

27 juil. 2016 12h00 HE

L'évaluation de la SCHL souligne l'impact potentiel de la hausse des prix des habitations à Vancouver et à Toronto sur le marché canadien

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 27 juillet 2016) - Les signes de conditions problématiques dans l'ensemble du marché de l'habitation du Canada sont passés de faibles à modérés depuis le rapport précédent, selon le dernier rapport Évaluation du marché de l'habitation (EMH) publié aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL). À Vancouver, il y a maintenant suffisamment de signes pour faire passer au niveau élevé notre évaluation globale des conditions problématiques du marché de l'habitation de Vancouver.

L'EMH est un système d'avertissement anticipé qui nous permet de prévenir les Canadiens des aspects préoccupants qui émergent sur les marchés de l'habitation, pour qu'ils puissent agir de manière à favoriser la stabilité du marché.

Faits saillants du rapport

  • Les conditions problématiques les plus courantes dans les 15 centres visés par l'EMH demeurent la surévaluation et la construction excessive.
  • La surévaluation est détectée dans neuf RMR et la construction excessive, dans sept d'entre elles.
  • Globalement, depuis l'évaluation précédente, les signes de conditions problématiques ont augmenté à l'échelle du pays et à Vancouver.
  • Les signes de conditions problématiques sont élevés à Vancouver, à Toronto, à Calgary, à Saskatoon et à Regina. À Toronto et à Vancouver, les signes élevés s'expliquent par l'accélération des prix et la surévaluation, tandis qu'à Calgary, à Saskatoon et à Regina, ils sont attribuables à la surévaluation et à la construction excessive.
  • Les signes de conditions problématiques sont modérés à l'échelle du pays, ainsi qu'à Edmonton, à Winnipeg, à Hamilton, à Montréal et à Québec.
  • Depuis l'évaluation précédente, les signes de surévaluation ont augmenté à l'échelle du pays et à Hamilton.
  • Globalement, depuis l'évaluation précédente, les signes de conditions problématiques ont diminué à Ottawa.

La SCHL définit les signes de conditions problématiques comme étant des déséquilibres sur le marché de l'habitation. Les déséquilibres se produisent lorsque les indicateurs de la construction excessive, de la surévaluation, de la surchauffe ou de l'accélération des prix - ou une combinaison de ces indicateurs - s'écartent nettement de leurs moyennes historiques. Pour obtenir des exemples, veuillez consulter la section « Aperçu » du rapport national.

Tous les résultats de l'EMH, à l'échelle du Canada et des RMR, sont disponibles sur notre site Web.

Ce communiqué inclut une capsule vidéo.

Pour avoir accès aux publications futures du Centre d'analyse de marché de la SCHL, veuillez vous abonner à L'Observateur du logement en ligne.

En tant qu'autorité en matière d'habitation au Canada, la SCHL contribue à la stabilité du marché de l'habitation et du système financier, vient en aide aux Canadiens dans le besoin et fournit des résultats de recherches et des renseignements objectifs aux gouvernements, aux consommateurs et au secteur de l'habitation du Canada.

Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter notre site Web ou suivez-nous sur Twitter, YouTube, LinkedIn et Facebook.

CITATIONS

« Pour l'ensemble du Canada, nous détectons des signes élevés de surévaluation. Par conséquent, notre évaluation globale est passée de faible à modérée depuis le rapport précédent. En outre, le plus grand nombre de signes de conditions problématiques à Vancouver nous mène à conclure qu'il y a des signes élevés de conditions problématiques dans notre évaluation globale du marché de l'habitation de Vancouver ».

Bob Dugan, Chef économiste, Société canadienne d'hypothèques et de logement

« À l'heure actuelle, nous observons des signes modérés de surchauffe et d'accélération des prix à Vancouver parce que l'offre n'arrive pas à suivre la demande. Nous observons aussi des signes élevés de surévaluation, essentiellement parce que les prix des maisons individuelles sont plus élevés que les niveaux soutenus par les facteurs économiques fondamentaux. »

Robyn Adamache, Chef analyste, Analyse de marché (Vancouver), Société canadienne d'hypothèques et de logement

Un document d'information est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/1063918f.pdf

Renseignements