Fondation NeuroTrauma Marie-Robert

Fondation NeuroTrauma Marie-Robert

09 nov. 2010 10h11 HE

L'hiver et son cortège d'accidents est à nos portes-C'est le moment d'offrir des neurones sur DefiCasseTete.ca pour sensibiliser aux risques de traumatismes crâniens

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwire - 9 nov. 2010) - Le spectre des routes verglaçantes nous menace, la saison de hockey des jeunes est déjà commencée et les pentes de ski sont sur le point d'éveiller la témérité des planchistes et des skieurs… L'approche de l'hiver est le moment d'informer la population des graves séquelles des traumatismes crâniens. Le cerveau contient près de 100 milliards de neurones qui, lorsque perdus, ne se régénèrent pas. Alors perdus les souvenirs, la faculté de parler, de comprendre, de lire, de bouger, de reconnaître ses amis, de trouver son chemin… Tout le monde a besoin de neurones! La population est donc invitée à offrir des neurones virtuels à des amis et à des proches en se rendant sur DefiCasseTete.ca. Pour 3 $, on peut envoyer des neurones pour souligner un trait marquant de personnalité tout en sensibilisant sur les traumatismes crâniens et en soutenant d'importants travaux de recherche réalisés par des centres hospitaliers universitaires de Montréal et de Québec.

Chaque jour, des cas de traumatismes cranio-cérébraux (TCC) font la manchette, et ils ne sont que la pointe de l'iceberg. On recense annuellement au Québec 13 000 cas de personnes ayant subi des TCC, dont 5 000 nécessitent une hospitalisation. De ce nombre, 500 personnes ont subi un TCC modéré ou grave, ce qui signifie des lésions au cerveau, de l'œdème, une accumulation d'eau sous le crâne, ou encore un coma profond. Chaque année, 200 personnes hospitalisées meurent, plus de 100 victimes restent dans un état végétatif, tandis que 400 gardent des séquelles permanentes trop souvent invalidantes. Les victimes de TCC graves verront leur vie et celle de leurs proches profondément transformées. Devenus aidants naturels, les proches devront soutenir les victimes et leur prodiguer des soins pour les aider à recouvrer une certaine autonomie, à subvenir à leurs besoins essentiels et à améliorer leur qualité de vie au quotidien.

À ce jour, on connaît encore très peu ce qui provoque l'aggravation des dommages au cerveau dans les quinze premiers jours suivant un choc à la tête. C'est pourquoi la Fondation NeuroTrauma Marie-Robert, dont la mission consiste à améliorer la qualité de vie des personnes ainsi blessées en leur offrant des traitements plus efficients, doit amasser des fonds pour la recherche. Elle a donc lancé sa campagne « Offrez des neurones sur DefiCasseTete.ca ». Elle contribuera au financement de projets de recherche assurant la découverte des meilleures pratiques cliniques à avoir dans les quinze premiers jours suivant un impact à la tête. Ces pratiques procureront au cerveau blessé les conditions optimales à sa récupération; la qualité de vie des survivants sera ainsi considérablement améliorée et favorisera une réinsertion sociale supérieure. 

La science neurologique constitue une force au Québec, et les fonds amassés pour la financer la font progresser de façon spectaculaire. Par exemple, de nouvelles méthodes de monitoring du cerveau, comme la mesure de l'oxygénation cérébrale à l'Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal et la mesure du métabolisme cérébral avec microdialyse à l'Hôpital général de Montréal, sont appliquées dans les cas de traumatismes cranio-cérébraux graves. Par ailleurs, depuis plusieurs années, l'Université McGill évalue les séquelles des commotions cérébrales chez les sportifs.

À propos de la campagne « Offrez des neurones sur DefiCasseTete.ca »

Lancée par la Fondation NeuroTrauma Marie-Robert, la campagne de financement « Offrez des neurones sur DefiCasseTete.ca » incite de manière ludique la population à acheter des « neurones virtuels » pour les offrir à un proche sous forme de vœu envoyé par courriel, faisant ainsi un don destiné à financer la recherche sur les traumatismes crâniens. DefiCasseTete.ca joue un rôle éducatif et de sensibilisation, puisqu'il permet d'en apprendre davantage sur le cerveau, sur les causes et séquelles d'un traumatisme crânien, en plus de permettre aux victimes, à leurs proches et au personnel soignant de déposer des témoignages.

La campagne a pour porte-parole Élianne Parent, victime d'un TCC en 2007. Après son accident, Élianne a dû dire adieu à ses souvenirs, à ses études en bioécologie, à ses compétitions de vélo de montagne et à ses voyages. Malgré ses nombreux deuils, Élianne a choisi la vie. Elle mène un combat quotidien pour vivre une vie aussi normale que possible et pour se construire de nouveaux souvenirs. Élianne ne croit pas à l'irrémédiable, ni pour elle ni pour les autres personnes accidentées. La recherche est gage d'espoir en un avenir qui pourra offrir une meilleure qualité de survie à tous; c'est la grande motivation de son engagement envers le DefiCasseTete.ca. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site www.deficassetete.ca.

À propos de la Fondation NeuroTrauma Marie-Robert

Inaugurée en 1993, la Fondation NeuroTrauma Marie-Robert rappelle à tous et à la communauté médicale, au monde scientifique et au milieu des affaires, de même qu'aux autorités concernées, la gravité des dommages engendrés par les traumatismes crâniens. La Fondation concentre ainsi ses efforts sur la cueillette et l'octroi de fonds nécessaires à l'avancement des connaissances dans ce domaine. Elle souhaite ainsi que soient découverts de nouveaux traitements à prodiguer dans les quinze premiers jours suivant l'accident. En effet, de la simple commotion cérébrale au coma profond, l'avenir des personnes blessées se détermine au cours de ces premiers jours. Pour en savoir davantage, prière de visiter le site www.fondationneurotrauma.ca.

Renseignements

  • Simard Hamel Communications
    Céline Lavoine
    514-287-9811, poste 14
    c.lavoine@shc.ca
    ou
    Simard Hamel Communications
    Stéphanie Mongeau
    514-287-9811, poste 23
    s.mongeau@shc.ca