HOPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT

HOPITAL MAISONNEUVE-ROSEMONT

22 juil. 2005 10h00 HE

A l'hôpital Maisonneuve-Rosemont : Tous les patients atteints d'un cancer reçoivent leurs traitements de radio-oncologie dans les délais prévus

MONTREAL, QUEBEC--(CCNMatthews - 22 juillet 2005) - Depuis plusieurs mois, la vaste majorité des patients de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont traités pour un cancer reçoivent leurs traitements de radio-oncologie dans des délais médicalement acceptables. Cette situation est liée d'une part à la priorité donnée par le ministère de la Santé et des Services sociaux et aux investissements réalisés dans ce domaine et d'autres part aux efforts quotidiens de chacune des équipes des centres de radio-oncologie dont l'HMR. Par conséquent, en date d'hier moins de 20 patients atteints d'un cancer étaient hors délai à travers le Québec, selon le ministère de la Santé et des Services sociaux, ce qui est une nette amélioration par rapport à la situation qui a déjà prévalu.

C'est ce qu'a tenu à préciser Mme Carole Deschambault, directrice générale de l'hôpital Maisonneuve-Rosemont (HMR) à la suite de propos erronés rapportés par les médias au cours des derniers jours. Des reportages laissaient en effet sous-entendre que les règles d'utilisation adoptées par l'HMR en radio-oncologie ont des impacts négatifs sur le respect des délais de traitement des patients.

"Il est important de préciser que nous traitons plus de 3 000 patients par année en radio-oncologie et que la première mission d'un hôpital comme le nôtre est d'assurer aux patients des soins de qualité et sécuritaires, dans les délais reconnus médicalement dans le cadre des ressources disponibles. Nous répondons aux besoins de l'ensemble de nos patients et non pas aux besoins d'un seul médecin", a déclaré Mme Deschambault, en faisant allusion aux démarches juridiques d'une radio-oncologue de l'HMR entreprises pour faire traiter en priorité ses patientes atteintes d'un cancer du sein.

"Nous disposons d'appareils de traitement en radio-oncologie qui nous permettent, après l'élaboration d'un plan de traitement par un médecin radio-oncologue, de traiter un patient. L'entrée en traitement d'un patient est influencée principalement par le type de cancer, le stade la maladie, les autres traitements en cours par exemple la chimiothérapie et les délais médicalement reconnus", a-t-elle ajouté.

Pour ce qui est de la répartition des plages de traitement entre les médecins, Mme Deschambault a expliqué qu'il s'agissait d'une façon de s'assurer de l'utilisation optimale des ressources disponibles en fonction du nombre de professionnels présents pour traiter les patients qui requièrent un traitement. Dans un département de radio-oncologie d'un hôpital affilié à une université, les radio-oncologues qui y pratiquent ont des connaissances de pointe dans un domaine spécifique du cancer. Dans cette perspective, l'objectif poursuivi est de référer un patient atteint par exemple du cancer du rectum au médecin dont ce type est sa spécialité.

De plus, afin de respecter les délais médicalement reconnus, il n'est pas exclu de proposer au patient son transfert à un autre médecin que celui à qui il a été référé, en tenant compte du nombre de patients à traiter et en respectant la spécialisation. Cependant, cette façon de faire se fait toujours avec le consentement du patient, après lui avoir donné les informations complètes.

Par ailleurs, Mme Deschambault a annoncé qu'un projet d'agrandissement de la radio-oncologie était en développement à l'HMR, avec l'autorisation et l'appui du Ministère de la Santé et des Services sociaux. De plus, l'hôpital a amorcé une période intensive de recrutement de nouveaux médecins en radio-oncologie, ce qui facilitera la prise en charge spécialisée des patients et favorisera les indispensables missions d'enseignement et de recherche d'une institution comme l'HMR.

Renseignements

  • André Bouthillier
    Monique Guay
    (514) 732-4114