Natural Resources Canada

Natural Resources Canada

05 avr. 2005 09h20 HE

L'industrie automobile et le gouvernement s'entendent sur des mesures destinées à aborder les changements climatiques

WINDSOR, le 5 avril - Une entente historique sur des mesures
destinées à aborder les changements climatiques a été signée aujourd'hui par
le gouvernement du Canada et l'industrie canadienne de l'automobile. En vertu
d'un protocole d'entente, les constructeurs d'automobiles s'engagent à réduire
volontairement les émissions de gaz à effet de serre (GES) des véhicules sur
les routes au Canada, pour qu'en 2010 les réductions annuelles de ces
émissions atteignent 5,3 mégatonnes. La signature du protocole a eu lieu à
Auto 21, une installation de l'Université de Windsor consacrée aux techniques
de l'automobile.

Le protocole a été signé par l'honorable R. John Efford, ministre des
Ressources naturelles du Canada, M. Joe Hinrichs, président du conseil de
l'Association canadienne des constructeurs de véhicules automobiles et PDG de
Ford du Canada, et M. Marcus Breitschwerdt, président du conseil de
l'Association des fabricants internationaux d'automobiles du Canada et PDG de
Mercedes Benz Canada. Toutes les sociétés canadiennes influentes de
l'industrie automobile sont partie au protocole.

"C'est une bonne entente, tant pour l'économie que pour l'environnement
et les consommateurs. Au bout du compte, elle profitera à tous les Canadiens,
car ceux-ci pourront ainsi bénéficier de la mise en marché de nouvelles
technologies permettant d'atteindre l'objectif visé, a déclaré le ministre
Efford. Je suis particulièrement heureux que nous ayons décidé de conclure
cette entente historique de notre propre chef, ce qui démontre bien que
l'industrie automobile est prête à y mettre du sien pour relever le défi des
changements climatiques. Je désire féliciter tous ceux qui ont contribué à
réaliser cette entente."

"Ce n'est pas d'hier que l'industrie automobile du Canada met au point de
nouvelles technologies destinées à rendre ses véhicules moins polluants et
plus sécuritaires, a affirmé M. Hinrichs. Tournés vers l'avenir, nous restons
déterminés à faire notre juste part pour réduire les émissions de GES tout en
aidant l'économie du pays à prospérer."

"Nous sommes très fiers d'avoir pu conclure une entente volontaire qui
aura du poids, de dire M. Breitschwerdt. Le succès qu'engendre pour nous
l'approche volontaire canadienne est indéniable et cette entente deviendra,
tant pour notre industrie que pour le gouvernement, un outil précieux qui nous
permettra de continuer à progresser vers l'atteinte de nos buts communs."

Le gouvernement du Canada et l'industrie automobile ont travaillé de
concert pour conclure une entente volontaire capable à la fois de présenter
aux consommateurs une variété d'options permettant de réaliser des économies
de carburant, de mettre l'accent sur la prise de mesures immédiates en vue de
réduire les émissions de GES et d'offrir une solution rentable, tant pour le
gouvernement que pour l'industrie et les consommateurs.

Pour atteindre l'objectif du gouvernement en matière de réduction des
émissions de GES, l'industrie canadienne de l'automobile offrira une vaste
gamme de technologies dont elle fera aussi la promotion. C'est à cette fin
qu'elle a mit au point des technologies comme le groupe propulseur hybride, la
désactivation des cylindres, le carburant diesel à haut rendement et les
technologies nouvelles. Ce secteur continuera également d'améliorer la
conception de ses véhicules sans compromettre la sécurité de leurs occupants.
Par ailleurs, il mettra au point de nouvelles technologies favorisant
l'adoption d'habitudes de conduite plus éconergétiques.

Pour aider le gouvernement à atteindre ses objectifs en matière de
changements climatiques, l'industrie continuera à sensibiliser les Canadiens
et les Canadiennes aux mesures qu'ils peuvent prendre pour réduire les
émissions de GES. En outre, elle incitera les consommateurs et les conducteurs
de l'ensemble du pays à bien choisir, entretenir et utiliser leur automobile
ou leur camion léger et continuera de travailler de concert avec le
gouvernement et les fournisseurs de carburants pour garantir
l'approvisionnement en carburants appropriés, dont les carburants de
remplacement.

"De plus en plus, nous considérons la durabilité écologique comme l'un
des fondements de la compétitivité économique, a déclaré l'honorable Stéphane
Dion, ministre de l'Environnement. Cette entente est l'expression d'un
engagement ferme de l'industrie automobile à travailler conjointement avec le
gouvernement du Canada et la population canadienne en vue de profiter d'une
belle prospérité économique et d'un environnement sain."

"A titre d'Ontarien et de Canadien, je sais combien l'industrie
automobile profite à la province et au pays, a déclaré l'honorable Joe Volpe,
ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration et ministre responsable de
l'Ontario. Cette entente permettra à nos enfants de continuer à profiter des
avantages économiques que procurent tant une industrie automobile forte, de
par sa culture et sa capacité à innover, qu'un environnement plus sain."

"De nombreux citoyens appartenant à ma circonscription, Whitby-Oshawa,
comptent sur l'industrie automobile pour gagner leur vie, de dire l'honorable
Judi Longfield, secrétaire parlementaire du ministre du Travail et du
Logement. Ces gens sont très fiers de la contribution de leur industrie à
notre économie. Aujourd'hui, ils peuvent aussi se féliciter d'avoir participé
activement à la protection de l'environnement."

"Une industrie automobile forte est une pierre angulaire de l'économie,
au pays comme en Ontario, a ajouté l'honorable David L. Emerson, ministre de
l'Industrie. En poursuivant son expansion, ce secteur, à l'instar de quelques
autres, continuera à mettre au point les technologies et les procédés
innovateurs dont nous avons besoin pour fournir des emplois spécialisés et
bien rémunérés aux Canadiens et aux Ontariens et pour améliorer notre
environnement."

Un élément clé de l'entente réside dans le suivi annuel qu'offriront
ensemble le gouvernement et l'industrie pour évaluer le rendement annuel de
l'industrie en fonction de projections provisoires de réduction des GES et
s'assurer que celui-ci progresse.

L'industrie automobile peut se targuer de nombreuses réalisations ayant
résulté de la conclusion d'ententes volontaires. Depuis 1977, elle a conclu et
appliqué avec succès plus d'une douzaine d'ententes, que celles-ci portent sur
des améliorations techniques rehaussant la sécurité des véhicules, comme la
protection des véhicules contre les chocs latéraux et les coussins gonflables,
ou d'autres enjeux comme l'amélioration de l'efficacité énergétique ou la
réduction des émissions.

POUR LES DIFFUSEURS :

Aujourd'hui, à Windsor, le gouvernement du Canada et l'industrie
canadienne de l'automobile ont signé une entente historique pour aborder le
défi des changements climatiques. En vertu de cette entente, les constructeurs
d'automobiles prendront volontairement des mesures pour porter la réduction
des émissions de gaz à effet de serre des véhicules à 5,3 mégatonnes par année
d'ici 2010.

Renseignements

  • les journalistes peuvent s'adresser à : Ghyslain
    Charron, Relations avec les médias, Ressources naturelles Canada,
    Ottawa, (613) 992-4447; Tom Ormsby, Directeur des communications, Cabinet du
    ministre, Ressources naturelles Canada, Ottawa, (613) 996-2007