Conseil de l'orge du Canada

Conseil de l'orge du Canada

16 juin 2014 14h03 HE

L'industrie canadienne de l'orge a besoin de l'ALECC pour tirer profit du marché en pleine croissance

CALGARY, ALBERTA--(Marketwired - 16 juin 2014) - Le Conseil de l'orge du Canada (COC) appuie les démarches du gouvernement fédéral en vue de faire adopter l'Accord de libre-échange Canada-Corée du Sud (ALECC).

« Nous avons besoin de règles équitables pour être compétitifs en Corée du Sud », affirme Brian Otto, président du COC. « Grâce à cet accord, l'industrie canadienne de l'orge pourra tirer profit de ce marché en pleine croissance. »

Le texte de l'accord ayant été formalisé, il est impératif que l'ALECC demeure une priorité. La mise en œuvre de l'ALECC devrait éliminer graduellement les tarifs historiquement élevés des exportations agroalimentaires du Canada. Actuellement, le Canada exporte chaque année plus de 600 millions $ de produits agroalimentaires en Corée du Sud, par rapport à près d'un milliard $ en 2011.

« L'ALECC sera comparable aux accords de commerce conclus par l'Union européenne, les États-Unis et l'Australie avec la Corée », ajoute Otto. « Le marché coréen doit avoir accès à des aliments pour animaux, du malt et de l'orge de qualité, et la chaîne de valeur du Canada peut combler ce besoin. »

L'ALECC devrait également comporter de nombreux avantages pour les industries du bœuf et du porc. L'industrie canadienne de l'orge récoltera les fruits de ceci, car plus de 80 pour cent de la production d'orge sert à nourrir le bétail. L'accord aura également des répercussions positives sur le malt, que le Canda continue d'exporter à un rythme annuel de 25 000 tonnes en Corée du Sud.

Avec une population de plus 50 millions d'habitants, la Corée du Sud est le septième partenaire commercial en importance du Canada. Le Canada est le cinquième exportateur agroalimentaire au monde, avec des revenus annuels de plus de 40 milliards $ grâce à la vente de bœuf, l'orge brassicole, le porc, le blé et le canola.

Renseignements