Conseil canadien du porc

Conseil canadien du porc
Canada Pork International

Canada Pork International

23 févr. 2011 13h45 HE

L'industrie porcine accueille favorablement l'annonce d'une étude conjointe avec le Japon sur l'avenir de nos relations économiques et espère une reprise des négociations avec la Corée du Sud

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 23 fév. 2011) - L'industrie canadienne du porc accueille favorablement l'annonce de la tenue d'une étude conjointe entre les gouvernements du Canada et du Japon sur l'avenir des relations économiques entre les deux pays. Cette étude permettra de mieux informer nos représentants canadiens sur les enjeux des négociations advenant la décision de négocier une entente de libre-échange.

« Les exportations canadiennes de porc au Japon sont une réussite et augmentent constamment d'année en année », affirme le président du Conseil canadien du porc, M. Jurgen Preugschas. « Le gouvernement a tout notre appui dans son initiative éventuelle de libéraliser davantage le commerce et les investissements entre nos deux pays. »

« Le Japon est un important marché en pleine croissance pour le porc canadien », explique Édouard Asnong, président de Canada Porc International. « Notre premier bureau en dehors du Canada s'est ouvert cette année à Tokyo dans le but de renforcer les relations avec nos clients et de promouvoir la qualité supérieure et les caractéristiques du porc canadien ».

Le marché japonais est très précieux pour tous les intervenants de l'industrie porcine canadienne, avec des ventes de 225 000 tonnes de porc d'une valeur de 852 millions de dollars en 2010. Cela représente 20 % des exportations totales de porc en volume et 31 % en valeur. Il est donc évident qu'une démarche visant à renforcer les liens avec le Japon et à aplanir les barrières commerciales ne peut qu'être bienvenue par le secteur porcin.

Parallèlement, l'industrie canadienne du porc espère que cette étude ne diminuera pas l'importance accordée à la reprise des négociations de libre-échange avec la Corée du Sud. Nous craignons en effet que le report des pourparlers de libre-échange avec ce pays ne compromette la compétitivité de notre secteur. La stagnation des négociations avec la Corée du Sud a d'importantes répercussions sur notre part de marché actuelle puisque tous nos principaux concurrents ont déjà conclu ou négocié des ententes de libre-échange avec la Corée. À défaut de parvenir à une entente similaire, on peut présumer que le commerce actuel du porc canadien avec la Corée disparaîtra complètement.

Si le Canada retarde la mise en vigueur des calendriers de réduction des tarifs par rapport aux États-Unis et à l'Union européenne, les conséquences négatives sur les exportations canadiennes se prolongeront tout au long de la période de réduction. Un échec des négociations de libre-échange avec la Corée sera très néfaste pour l'industrie canadienne du porc et le Canada deviendra alors un exportateur de seconde classe pour la prochaine décennie, en raison de ces lacunes en matière de réduction de tarifs.

Le CCP représente l'ensemble des producteurs de porcs du Canada. Le Conseil est une fédération qui regroupe neuf associations provinciales du secteur porcin et dont les activités visent à assurer le dynamisme et la prospérité de l'industrie du porc au Canada.

Canada Porc International est l'agence de développement des exportations de l'industrie canadienne du porc, issue d'un partenariat entre le Conseil canadien du porc et le Conseil des viandes du Canada.

Renseignements

  • Conseil canadien du porc
    Gary Stordy
    Directeur des relations publiques
    613-236-9239, poste 277
    stordy@cpc-ccp.com