Agriculture et Agroalimentaire Canada

Agriculture et Agroalimentaire Canada

13 oct. 2012 17h12 HE

L'innovation porte ses fruits pour les pomiculteurs canadiens

VANCOUVER, COLOMBIE-BRITANNIQUE--(Marketwire - 13 oct. 2012) -

Note aux rédacteurs : Une photo est associée à ce communiqué de presse.

Les amateurs de pommes auront une nouvelle variété à se mettre sous la dent, variété qui fera son apparition dans certains magasins cet automne. Aujourd'hui, l'honorable Ron Cannan, député de Kelowna-Lake Country, au nom du ministre de l'Agriculture, Gerry Ritz, a révélé le nom de cette nouvelle variété de pommes, soit la SalishMC, à l'occasion du festival annuel de la pomme de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC).

« Il s'agit d'un délicieux exemple de collaboration entre le gouvernement et l'industrie pour offrir à nos agriculteurs de nouvelles possibilités de marché, a déclaré le député Cannan. Lorsque vous croquez dans la SalishMC, vous goûtez aux douces récompenses de nombreuses années de recherche et d'investissement dans l'innovation qui seront payantes pour les producteurs de cette savoureuse réalisation. »

La SalishMC est juteuse et très croustillante et elle a un goût piquant. Elle est de taille moyenne, et sa pelure est jaune légèrement lavée de rouge tirant sur le rose. Cette pomme a certaines caractéristiques qui non seulement plaisent aux consommateurs, comme son apparence, sa texture et sa saveur, mais aussi qui sont recherchées par les pomiculteurs canadiens, soit sa date de récolte tardive, une bonne durée de conservation et d'entreposage, son haut rendement et son bon profil de croissance dans les vergers à forte densité.

Auparavant connue uniquement sous le nom SPA493, la pomme SalishMC a été mise au point et testée par les scientifiques d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), en partenariat avec l'Okanagan Plant Improvement Corporation (PICO). Comme toutes les variétés d'AAC, cette nouvelle pomme a été mise au point au moyen des méthodes traditionnelles de pollinisation croisée. Elle tire son origine d'un croisement entre les cultivars « Splendour » et « Gala » élaborés en 1981 au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique de l'AAC, à Summerland (Colombie-Britannique).

Une fois que les scientifiques d'AAC sont parvenus aux caractéristiques souhaitées, la PICO a beaucoup travaillé pour mettre à l'essai et évaluer la nouvelle variété avec le concours des pomiculteurs. Le partenariat entre AAC et la PICO est gratifiant et a donné lieu à l'introduction d'importantes variétés de fruits de verger et de baies. La PICO homologue de nouvelles variétés de fruits de verger, tant à l'échelle nationale qu'internationale, qui plaisent aux consommateurs et aux producteurs et qui permettent de perfectionner les pratiques horticoles.

« Alors que quinze arboriculteurs se sont déjà engagés à produire la SalishMC, nous entrevoyons une production qui s'accroîtra année après année, a indiqué M. John Kingsmill, directeur général et PDG de la PICO. Cette savoureuse pomme promet d'être l'une des meilleures. »

Les nouvelles variétés de pommes aident les fruiticulteurs canadiens à accroître leur production et leur procurent un avantage concurrentiel sur les marchés mondiaux. La commercialisation de ces nouvelles variétés stimule également l'économie en accroissant la production nationale ainsi que les exportations des fruits de verger. L'industrie canadienne de la pomiculture génère également une activité économique considérable, non seulement à la ferme, mais aussi tout au long de la chaîne de valeur en horticulture, grâce à l'emballage, la transformation, la vente et le transport des pommes. Leur valeur à la ferme atteignant 160 millions de dollars, les pommes arrivaient au deuxième rang des fruits canadiens ayant le plus de valeur en 2011, et, avec l'arrivée de cette nouvelle variété, les pomiculteurs peuvent être assurés que leur secteur poursuivra sa croissance.

Pour en savoir plus sur la science à AAC, veuillez consulter le www.agr.gc.ca.

DOCUMENT D'INFORMATION

Au sujet de la SalishMC

La SalishMC tire son nom de la langue parlée à Thompson, à Okanagan-Colville et à Shuswap. Les chercheurs d'Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC) œuvrant au Centre de recherches agroalimentaires du Pacifique (CRAPAC), à Summerland, ont dirigé la mise au point de la SalishMC et ont travaillé en étroite collaboration avec l'Okanagan Plant Improvement Corporation (PICO) pour la mettre à l'essai avec le concours des pomiculteurs.

Des jurys officiels de dégustation ont constamment accordé à la SalishMC une cote élevée en raison de sa saveur piquante et de sa texture croustillante, et du fait qu'elle est juteuse. Dans le cadre d'un projet conjoint avec le Programme de sélection d'AAC et PICO, le programme de sélection de la pomme du CRAPAC a effectué d'autres tests auprès de consommateurs à l'occasion du festival de la pomme de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC). La SalishMC a généré un grand nombre de réponses positives et les festivaliers revenaient souvent pour demander cette pomme en particulier. Quelques magasins spécialisés de la région de Vancouver ont même réussi à faire des adeptes de cette pomme.

Des quantités limitées de SalishMC seront vendues dans des magasins du Grand Vancouver et de Kelowna cet automne. (Consultez la liste des détaillants au www.picocorp.com/news - disponible en anglais seulement)

Pomiculture en Colombie-Britannique

En 2011, la Colombie-Britannique produisait environ 24 % de toutes les pommes au Canada et était le troisième producteur en importance après l'Ontario et le Québec. En 2011, le volume de production commercialisée des pommes de la Colombie-Britannique se chiffrait à 96 614 tonnes métriques et atteignait une valeur à la ferme de 36,7 millions de dollars (CAN). Cela représentait environ 26 % de la valeur à la ferme à l'échelle nationale (Statistique Canada).

Environ 60 % des vergers de la Colombie-Britannique sont consacrés à la culture de la pomme. Près de 92 % des pommes cultivées sont vendues fraîches, les résidents de la Colombie-Britannique consommant environ 25 % des pommes cultivées dans la province. Le reste de la culture est transformé; le jus de pommes est le produit transformé le plus populaire.

Sur les 14,4 millions de dollars de pommes fraîches exportées depuis la Colombie-Britannique, 74 % ont été expédiées aux États-Unis. Parmi les dix plus importants marchés d'exportation des pommes de la Colombie-Britannique, six se situent en Asie et deux en Amérique du Sud.

Que faut-il pour créer une nouvelle variété de pommes?

Depuis 1924, les chercheurs, dans le cadre du programme de sélection de la pomme du CRAPAC, se consacrent exclusivement aux méthodes de sélection classiques qui ont donné quelques-unes des pommes parmi les plus populaires sur la planète, comme la Spartan. C'est aussi l'un des premiers programmes au monde à faire appel à des comités officiels d'analyse du goût, de la texture et de l'apparence des variétés sélectionnées.

Il faut au moins 20 ans pour créer une nouvelle variété. Chaque année, des milliers de nouveaux pommiers sont ajoutés aux vergers d'expérimentation, alors que ceux de moindre qualité sont retirés. AAC s'associe à l'industrie pour faire passer à chaque nouvelle variété une évaluation en trois étapes avant que celle-ci puisse être vendue sur le marché :

1. Étape des plantules : Entre 25 000 et 30 000 types différents de plantules sont introduits et l'on utilise un arbre de chacun pour la sélection préalable.

2. Étape de sélection : Moins de 1 % des plantules évaluées lors de la première étape sont multipliées. À ce stade, il y a environ 400 types comptant de quatre à dix arbres chacun.

3. Essai à l'exploitation : Au plus, cinq des cultivars les plus prometteurs sont mis à l'essai dans des vergers commerciaux soumis à des conditions climatiques et d'exploitation différentes. Chaque pomiculteur peut avoir de cinq à plusieurs centaines d'arbres.

Au sujet de PICO

PICO possède les droits exclusifs d'évaluation, de distribution, de propagation et de commercialisation du matériel végétal mis au point dans le cadre des programmes de sélection des pommes et des cerises du CRAPAC à Summerland (Colombie-Britannique), ainsi que les droits non exclusifs à l'égard du matériel végétal mis au point dans le cadre des programmes de sélection des baies et des fruits mous du CRAPAC, à Agassiz (Colombie-Britannique). Appartenant à la British Columbia Fruit Growers' Association, PICO est un chef de file mondial dans le domaine de la gestion des obtentions végétale et s'occupe actuellement des droits de propriété intellectuelle dans plus de 12 pays. PICO participe aussi aux activités de recherche et développement (R et D) en son propre nom et en celui des organismes de producteurs au Canada. La R et D est axée sur l'accroissement de la compétitivité des producteurs de fruits de verger et de baies du Canada. Pour plus d'information, veuillez consulter le site www.picocorp.com/media (disponible en anglais seulement).

Pour voir la photo associée à ce communiqué, veuillez consulter le lien suivant : http://www.marketwire.com/library/20121013-Apple800.jpg

Renseignements

  • Relations avec les médias
    Agriculture et Agroalimentaire Canada
    Ottawa (Ontario)
    613-773-7972
    1-866-345-7972

    Jeff English
    Attaché de presse
    Cabinet de l'honorable Gerry Ritz
    613-773-1059

    Tracy Cobb
    Conseillère en communications,
    Okanagan Plant Improvement Corporation (PICO)
    250-550-9598
    tracy@skycommunications.ca

Multimédia