Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

24 juil. 2009 12h58 HE

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada : Salubrité des aliments ou "responsabilité financière"?

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 24 juillet 2009) - Le dévoilement au début de la semaine du Rapport de l'enquêteure indépendante sur l'éclosion de listériose de 2008 illustre de façon éloquente l'ampleur du glissement dans lequel s'engouffre l'infrastructure canadienne de santé publique, aux antécédents pourtant enviables, estime l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada (l'Institut), le syndicat qui représente environ 600 vétérinaires à l'emploi de l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA).

"A de nombreuses occasions, nous avons dénoncé les dispositions insistantes du gouvernement fédéral en matière de "responsabilité financière", la déréglementation, l'autoréglementation et le recours à la sous-traitance et au secteur privé pour des services qui devraient être effectués par le personnel de la fonction publique, des pratiques qui mettent en danger la santé et la sécurité des Canadiens", explique Gary Corbett, le président de l'Institut. "C'est tragique qu'il ait fallu un désastre de cette magnitude pour qu'une attention soit enfin portée à ces questions cruciales."

Il semble pourtant que l'idéologie politique du gouvernement et l'opportunisme dont il fait preuve continuent d'avoir préséance sur la raison et le bon sens lorsque vient le temps de prendre des décisions. Un sondage réalisé à l'automne 2008 indique clairement qu'une très forte majorité de Canadiens n'approuvent pas les projets du gouvernement de sabrer dans d'importants programmes de salubrité alimentaire, ni l'accroissement des responsabilités confiées aux entreprises sur le plan de l'autoréglementation. Des initiatives telles que le remplacement de l'inspection à temps plein par la supervision de l'inspection des viandes, le processus constant d'Examen stratégique au sein des agences clés du gouvernement, et les compressions budgétaires dont souffrent les programmes scientifiques gouvernementaux contribuent à rendre la population canadienne davantage vulnérable à des crises de santé et de sécurité publiques.

"La sécurité des Canadiens doit toujours passer avant l'aspect financier", ajoute Gary Corbett. "Ce gouvernement doit revoir ses priorités, mettre en place une stratégie cohérente en matière de santé publique, et s'assurer que des ressources adéquates sont affectées à nos infrastructures nationales de santé et de recherche scientifique, qui faisaient jadis l'envie de tous les pays".

L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada représente 57 000 professionnels et scientifiques du secteur public partout au Canada.

Renseignements

  • Pierre Villon
    613-228-6310, poste 2228
    613-794-9369 (cell.)