Institut professionnel de la fonction publique du Canada

Institut professionnel de la fonction publique du Canada

25 févr. 2008 17h51 HE

L'Institut professionnel réfute le mérite de l'ARC pour le prix du Conference Board

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwire - 25 fév. 2008) - L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada n'est pas du tout d'accord avec le Conference Board du Canada qui a choisi l'Agence du revenu du Canada (ARC) comme meilleur aspirant à son National Award in Governance dans le secteur public, en 2008.

Dans sa publication Winners' Circle, le Conference Board prétend qu'en misant sur son modèle et ses pouvoirs uniques de gouvernance, l'ARC a mis en place des réformes pour ses ressources humaines et ses opérations, réformes que le reste de la fonction publique commence à adopter. De plus, ces réformes auraient donné lieu à une augmentation de la satisfaction des employés, tout en facilitant l'acquisition de nouvelles entreprises.

En sa qualité de syndicat représentant plus de 10 000 professionnels à l'ARC, l'Institut ne s'est pas gêné pour critiquer vertement les réformes de l'ARC et recommander fortement à tous les ordres de gouvernement et à toutes les agences fédérales de se tenir loin des réformes de nature semblable.

Au sujet de la dotation, la Présidente de l'Institut, Michèle Demers, a déclaré :"Les réformes de l'ARC ne sont pas loin d'un désastre. Après de multiples tentatives de corrections infructueuses pendant neuf ans, le dépassement des coûts du programme de dotation est énorme et des contradictions dans l'application du régime des ressources humaines ont cours. L'ARC n'a pas été en mesure de révéler le coût total de son "nouveau" programme de dotation. Qu'est-ce que cela signifie au sujet de la norme de gouvernance de l'ARC? Combien ce nouveau régime coûte-t-il aux contribuables? En réalité, cette année, l'ARC a embauché un consultant de l'extérieur pour déterminer les coûts de son système de ressources humaines."

Nous sommes d'avis que le programme de dotation de l'ARC a entraîné une érosion du principe du mérite en raison de l'embauche d'amis des gestionnaires, plutôt que des meilleurs candidats. De plus, le mécanisme de recours du programme de dotation est tellement peu efficace et tellement injuste que l'Institut a eu recours à maintes reprises aux tribunaux pour forcer l'ARC à prendre des mesures correctives. Contrairement à ce que prétend le Conference Board, les réformes de la dotation ont engendré une grave insatisfaction chez les employés, et le moral est à son plus bas. Les sondages menés par l'ARC indiquent, à de nombreuses reprises, que la dotation est la principale cause d'insatisfaction.

La Présidente Demers a ajouté : "L'Institut exhorte les autres employeurs à ne pas suivre l'exemple de l'ARC pour les réformes des ressources humaines et des opérations. Nous avons été particulièrement ébranlés par la déclaration à l'effet que ces réformes ont engendré une augmentation de la satisfaction des employés alors que, en fait, les sondages effectués par l'ARC auprès de ses propres employés prouvent l'existence d'une situation tout à fait contraire."

La Présidente Demers a indiqué : "L'Institut professionnel se réjouit de voir que le Bureau du vérificateur général procède actuellement à une vérification de la performance de la gestion des ressources humaines à l'ARC, y compris la dotation. Cette vérification, au cours de laquelle on demandera à connaître les points de vue des représentants des syndicats, devrait présenter une image plus équilibrée et plus réaliste que la fiche de l'ARC en matière de gestion des ressources humaines."

L'Institut professionnel continue à demander des améliorations pour ses membres dans le domaine de la dotation. Toutefois, l'hésitation de l'ARC à fournir un système équitable et transparent en matière de recours efficace pour ses propres employés demeure une source perpétuelle de frustration profonde.

L'Institut professionnel est un syndicat national représentant 55 000 scientifiques et autres professionnels au Canada.



Renseignements

  • L'Institut professionnel de la fonction publique du Canada
    Chantal Lecours
    chef des communications
    613-228-6310, poste 2229
    www.pipsc.ca