Cameco
TSX : CCO
NYSE : CCJ

Cameco

02 sept. 2014 18h23 HE

L'interruption de production continue à McArthur River et Key Lake en raison d'un conflit de travail

SASKATOON, SASKATCHEWAN--(Marketwired - 2 sept. 2014) -

Cameco (TSX:CCO)(NYSE:CCJ) a annoncé aujourd'hui que la production continue d'être suspendue à la mine de McArthur River et aux installations de Key Lake dans le nord de la Saskatchewan en raison d'un conflit de travail.

Le syndicat des Métallos de la section locale 8914 a avisé Cameco le mardi 26 août de son intention d'entamer une grève à minuit le 30 août 2014. En réponse à l'avis de grève, Cameco a émis un préavis de lock-out afin d'assurer un arrêt sécurisé et méthodique de ses installations, assurant la protection de l'environnement.

Cameco a présenté son offre finale au comité syndical de négociation le jeudi 28 août et a demandé qu'elle soit soumise à un vote de l'affiliation syndicale. Le comité syndical de négociation a rejeté l'offre et a avisé Cameco que l'offre ne serait pas soumise à un vote de l'affiliation syndicale.

Afin d'assurer le départ sécurisé et ordonné des employés syndiqués des sites éloignés du Nord, Cameco a commencé à évacuer par avion les employés syndiqués vers leurs résidences d'origine à 19h, le vendredi 29 août.

Les installations seront maintenues en état d'arrêt sûr par des employés salariés de Cameco et du personnel syndiqué en vertu d'une entente sur les services essentiels avec le syndicat.

L'arrêt de travail implique environ 535 employés syndiqués aux deux sites. Les négociations contractuelles ont débuté en novembre 2013. Le contrat précédent de quatre ans a expiré le 31 décembre 2013. En juillet, l'entreprise et le syndicat ont conjointement présenté une demande de conciliation en vertu du Code canadien du travail.

L'arrêt de travail ne devrait pas affecter les engagements en matière de livraison d'uranium par la société à l'égard de ses clients en 2014.

Profil de la société

Cameco est l'un des plus gros producteurs d'uranium au monde, un fournisseur important de services de conversion et un des deux fabricants de combustible CANDU au Canada. Notre avantage concurrentiel tient dans le fait que nous détenons les plus grands gisements de qualité et les exploitations les plus économiques du monde. Nos produits à base d'uranium sont utilisés pour produire de l'électricité propre et faire fonctionner des centrales nucléaires dans le monde entier. Nous exploitons également de l'uranium aux États-Unis, en Australie et en Asie. Nos actions se négocient à la bourse de Toronto et de New York. Notre siège social se situe à Saskatoon, en Saskatchewan.

Mise en garde au sujet des informations et énoncés prospectifs

Certaines informations figurant dans ce communiqué de presse sont des « informations prospectives » ou des « énoncés prospectifs » au sens des lois canadiennes et américaines sur les valeurs mobilières. Parmi ces déclarations, on peut compter que l'arrêt de travail ne devrait pas affecter les engagements en matière de livraison d'uranium par la société à l'égard de ses clients en 2014. Ces informations se fondent sur un certain nombre de suppositions qui, même si elles sont estimées raisonnables par la direction, sont soumises à d'importantes incertitudes et éventualités. Nous avons considéré que : nos fournisseurs d'uranium s'acquitteront de leurs engagements en matière de livraison ; nos autres sites d'exploitation atteindront la production planifiée ; nous obtiendrons ou conserverons les permis et autorisations nécessaires des autorités publiques ; la production de nos autres sites d'exploitation et nos livraisons, notamment de l'inventaire, ne seront pas interrompues ou réduites à la suite de phénomènes naturels, de conflits sociaux, de risques politiques, de blocus ou d'autres actes d'activisme social ou politique, de difficultés techniques, de pannes d'équipement ou d'autres raisons.

Ces informations prévisionnelles comprennent également des risques, des incertitudes et d'autres facteurs connus et inconnus qui peuvent produire des résultats ou des évolutions sensiblement différents de ceux qui sont explicitement ou implicitement évoqués. Parmi ces risques, on peut compter : nos fournisseurs d'uranium ne parviennent pas à remplir leurs engagements de livraison ; certains de nos autres sites d'exploitation ne parviennent pas à atteindre la production planifiée ; nous ne sommes pas en mesure d'obtenir ou conserver les permis et autorisations nécessaires des autorités publiques ; des phénomènes naturels, des conflits sociaux, des risques politiques, des blocus ou autres actes d'activisme social ou politique, des difficultés techniques, des pannes d'équipement ou d'autres raisons perturbent ou réduisent la production de nos autres sites d'exploitation ou de nos livraisons, notamment de l'inventaire. Veuillez aussi consulter les versions les plus récentes de notre formulaire d'information annuel, notre rapport de gestion annuel et notre rapport de gestion trimestriel pour d'autres risques et hypothèses concernant certains énoncés prospectifs figurant dans le présent communiqué de presse. Nous fournissons cette information prospective pour vous aider à comprendre l'avis de la direction quant à l'impact de l'arrêt de travail à la mine de McArthur River et aux installations de Key Lake sur les engagements de livraison d'uranium par la société à l'égard de ses clients en 2014 et ces déclarations peuvent ne pas convenir à d'autres fins. Cameco n'assume aucune obligation de mettre à jour ou de réviser l'information prospective, que ce soit pour tenir compte de nouveaux renseignements, d'événements futurs ou pour toute autre raison, sauf si les lois applicables l'y obligent.

Renseignements

  • Cameco
    Relations avec les investisseurs :
    Rachelle Girard
    (306) 956-6403

    Relations avec les médias :
    Rob Gereghty
    (306) 956-6190