Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

03 oct. 2016 14h55 HE

L'inventaire fédéral sur l'amiante constitue une bonne première étape

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 3 oct. 2016) - Le CTC tient à féliciter le gouvernement du Canada pour le lancement d'aujourd'hui d'un inventaire en ligne des bâtiments du gouvernement canadien contenant de l'amiante. Les syndicats canadiens demandent que ce type de registre soit mis en œuvre depuis plus d'une décennie.

« C'est une excellente première étape vers une interdiction complète. Les provinces et les municipalités devraient suivre l'exemple du gouvernement fédéral et inclure leurs propres bâtiments publics à l'inventaire en ligne », a déclaré Hassan Yussuff, président du CTC.

« C'est à la fois pour protéger les travailleurs et la sécurité du public, étant donné que ces bâtiments sont accessibles au public. Le gouvernement doit maintenant présenter une mesure législative qui précise l'interdiction complète de l'utilisation, l'importation et l'exportation de l'amiante », a-t-il ajouté.

Cela comprendrait ce qui suit :

  • Créer un comité d'experts chargé de conseiller le Parlement sur la mise en œuvre;
  • Créer des registres nationaux à la fois des bâtiments contaminés à l'amiante et des cas de maladies attribuables à l'amiante;
  • Appuyer une réponse concertée des autorités sanitaires aux maladies causées par l'amiante;
  • Interdire l'utilisation de matériaux contenant de l'amiante dans le cadre des travaux d'infrastructure à financement fédéral;
  • Harmoniser les normes de réglementation du désamiantage;
  • S'assurer que le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT 2015) du Canada exige que tous les produits contenant de l'amiante soient accompagnés de fiches signalétiques salvatrices mettant les travailleurs et les travailleuses en garde contre la présence d'amiante;
  • Revendiquer l'addition de l'amiante chrysotile à la liste des produits chimiques dangereux dont le commerce nécessite un consentement préalable en connaissance de cause selon la Convention de Rotterdam.

Renseignements