Congrès du travail du Canada

Congrès du travail du Canada

19 août 2005 10h22 HE

L'offensive publicitaire de la SRC indigne le mouvement syndical

Attention: Affectateur, Rédacteur financier , Directeur général et de l'information, Rédacteur à l'international, Rédacteur aux affaires politiques et gouvernementales OTTAWA--(CCNMatthews - 19 août 2005) - Ces derniers jours, la direction de la SRC a consacré beaucoup d'argent à une coûteuse offensive de relations publiques contre le personnel de la SRC, y compris une campagne-éclair de publicité dans les journaux et les stations de radio de tout le pays.

Ken Georgetti, président du Congrès du travail du Canada, trouve que cette tactique est irritante, et il croit que la plupart des Canadiens et Canadiennes partagent son avis.

« Le budget fédéral le plus récent a affecté des fonds supplémentaires à la SRC pour qu'elle puisse améliorer ses services. Plutôt que les utiliser pour produire de meilleures émissions, la SRC les gaspille en achetant de la publicité de ses concurrents! Elle s'en sert pour faire la promotion d'un ordre du jour qui insulte son personnel et trahit l'auditoire de la SRC », précise M. Georgetti.

Selon M. Georgetti, la SRC est censée être un radiodiffuseur public, un symbole national mettant en vedette la culture et la population du Canada ainsi que nos valeurs. Les cadres de Toronto et leurs patrons d'Ottawa devraient placer la barre plus haut.

« Quand la SRC prétend que de raconter les histoires des Canadiens et Canadiennes et de faire la promotion de la culture de notre pays n'est plus un choix de carrière valable, il y a vraiment quelque chose qui ne va pas », dit M. Georgetti.

Lundi, la SRC a mis en lock-out quelque 5 500 travailleurs et travailleuses spécialisés qui sont représentés par la Guilde canadienne des médias. Au coeur du conflit se trouve la revendication par la direction de la SRC de ce qu'elle appelle de la flexibilité mais qui se trouve en fait à être des emplois précaires.

Dans une lettre adressée aux personnes en lock-out, qui ont dressé des piquets devant les établissements de la SRC des différentes parties du pays, M. Georgetti les a incitées à tenir ferme et leur a assuré le soutien des plus de trois millions de membres du Congrès du travail du Canada et de leurs syndicats.

« Il n'est jamais facile de se faire mettre en lock-out et de voir son employeur menacer son gagne-pain. Cependant, l'histoire nous a appris que ce n'est qu'en nous serrant les coudes que nous pourrons riposter et gagner la lutte », a-t-il écrit.

Le Congrès du travail du Canada, voix nationale du mouvement syndical, représente 3 millions de travailleuses et travailleurs canadiens. Le CTC réunit les syndicats nationaux et internationaux du Canada, les fédérations provinciales et territoriales du travail et 137 conseils du travail régionaux. Site Web: www.congresdutravail.ca
/Renseignements: Jeff Atkinson, 613-526-7425 ou 613-863-1413/ IN: ÉCONOMIE, FINANCE, TRAVAIL, POLITIQUE, SOCIAL

Renseignements

  • Jean Wolff, Directeur, Service des Communications, Congrès du travail du Canada
    Numéro de téléphone: 613-526-7431
    Numéro de téléphone secondaire: 613-878-6040
    Courriel: communications@clc-ctc.ca