L’Office d’investissement du RPC

L’Office d’investissement du RPC

26 mars 2007 15h06 HE

L'Office d'investissement du RPC adhère à l'extractive industries transparency initiative

Il annonce aussi des domaines clés dans le cadre de son programme d'engagement

CALGARY, ALBERTA--(CCNMatthews - 26 mars 2007) - Dans le discours d'ouverture de la Conférence nationale sur la RSE du Conference Board of Canada qui s'est tenue aujourd'hui à Calgary, l'Office a annoncé son intention de signer l'Extractive Industries Transparency Initiative (EITI, Initiative des industries extractives en faveur de la transparence).

L'EITI est une coalition de gouvernements, d'industries, d'investisseurs et de parties désireuses d'améliorer la gouvernance et la transparence dans les pays riches en ressources naturelles dans le but d'atténuer les risques liés à l'investissement dans les secteurs pétrolier, gazier et minier, et de contribuer à la croissance économique.

Dans son allocution, M. Donald Raymond, vice-président principal, Placements sur les marchés publics, a déclaré : "L'information est la clé qui permet aux investisseurs de mieux comprendre, évaluer et apprécier le risque et le rendement potentiels. Grâce à une transparence accrue, nous pensons que les sociétés qui adoptent les principes de l'EITI peuvent réduire le risque politique et le risque lié à la réputation, et améliorer leurs perspectives de création de valeur actionnariale à long terme."

Lancée lors du Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg en septembre 2002, l'EITI a reçu le soutien de plus de 70 institutions d'investissement internationales qui géraient plus de 12,3 billions de dollars américains d'actifs en octobre 2006. Pour en savoir plus sur l'EITI, visitez www.eitransparency.org.

La participation de l'Office à l'EITI est conforme à sa politique en matière d'investissement responsable. On trouvera une copie de la politique et le texte complet du discours de M. Raymond à l'adresse www.oirpc.ca.

"Notre politique repose sur la conviction qu'un comportement responsable des entreprises à l'égard des facteurs environnementaux, sociaux et relatifs à la gouvernance (ESG) peut généralement avoir une influence favorable sur le rendement à long terme" a ajouté M. Raymond.

Cette politique s'articule autour de trois éléments : 1) l'engagement à l'égard des sociétés dans le portefeuille de l'Office; 2) la participation au financement et à la conduite de recherches sur l'importance relative à long terme des facteurs ESG; et 3) l'intégration de ces facteurs dans le processus de placement.

L'Office a également annoncé aujourd'hui avoir défini trois domaines clés dans le cadre de son programme d'engagement : les industries extractives (pétrole, gaz et mines), les changements climatiques et la rémunération des cadres supérieurs.

"Nous pensons que ces domaines offrent le meilleur potentiel de croissance de la valeur à long terme de nos placements, et c'est là que nos activités d'engagement peuvent être les plus efficaces", a ajouté M. Raymond.

Lors du discours d'aujourd'hui, M. Raymond a expliqué que l'engagement de l'Office peut se faire indirectement, au moyen du vote par procuration et des coalitions d'investisseurs telles que EITI, le Carbon Disclosure Project et la Coalition canadienne pour une bonne gouvernance; ou par contacts directs avec la haute direction et les conseils d'administration des sociétés choisies dans son portefeuille.

A ce jour, l'Office s'est engagé directement auprès de sociétés dans plusieurs secteurs d'activité, dont le tabac, et l'énergie, afin d'encourager la présentation d'informations sur les facteurs ESG et d'améliorer les résultats dans ce domaine. En 2006, l'Office a participé au vote par procuration de 12 400 résolutions, dont on trouvera les détails à l'adresse www.oirpc.ca. Cependant, en règle générale, l'Office ne divulgue pas le nom des sociétés avec lesquelles il a choisi l'engagement direct, bien qu'il se réserve le droit de le faire si cela s'avérait nécessaire.

L'Office d'investissement du RPC en bref

L'Office investit les fonds dont le Régime de pensions du Canada n'a pas besoin pour financer les prestations de retraite courantes. Afin de diversifier le portefeuille du RPC, l'Office investit actuellement ses rentrées de fonds dans des actions cotées en bourse, des actions de sociétés fermées, de l'immobilier, des obligations indexées sur l'inflation et de l'infrastructure afin de compenser le portefeuille d'obligations d'Etat hérité. L'Office, qui se trouve à Toronto et dont la gouvernance et la gestion sont distinctes de celles du Régime de pensions du Canada, n'a pas de lien de dépendance avec les gouvernements. Au 31 décembre 2006, l'actif de la caisse du RPC s'élevait à 110,8 milliards de dollars canadiens, dont environ 98 milliards sont investis sur les marchés publics. On trouvera de plus amples renseignements sur l'Office à l'adresse www.oirpc.ca.

Renseignements