Ombudsman Ontario

Ombudsman Ontario

29 nov. 2012 11h00 HE

L'Ombudsman de l'Ontario enquêtera sur les services de la province aux adultes ayant une déficience intellectuelle, en situation de crise

TORONTO, ONTARIO--(Marketwire - 29 nov. 2012) - L'Ombudsman de l'Ontario, André Marin, a annoncé aujourd'hui une enquête sur les services de la province aux adultes ayant une déficience intellectuelle qui se trouvent en situation de crise. L'Ombudsman a décidé d'enquêter car plusieurs familles désespérées se sont plaintes que des êtres qui leur sont chers risquaient d'être placés dans des refuges pour sans-abri ou en prison, parce qu'il n'y avait nulle part pour les accueillir.

Les plaintes au Bureau de l'Ombudsman à propos de la réaction du ministère des Services sociaux et communautaires à de telles situations ont régulièrement augmenté au cours des deux dernières années, a fait remarquer M. Marin - passant de 35 en 2010 à 45 en 2011, puis à 64 jusqu'à présent pour 2012.

Dans bien des cas, les parents d'enfants aux besoins particuliers importants se sont plaints que les services offerts disparaissent fondamentalement lorsque ceux-ci atteignent 18 ans. Beaucoup de parents se sont plaints du manque de planification et de financement, de longs retards et d'une mauvaise coordination des soins par les organismes qui ont passé un contrat avec le Ministère. Certaines familles se sont plaintes que des services de soutien leur avaient été refusés en raison des grands besoins et des comportements difficiles de leurs proches.

« Des parents âgés ou malades nous ont raconté des histoires déchirantes de leur fils ou de leur fille adulte, qui présente un danger pour lui ou elle et pour les autres, et qui a besoin de soins constants qui ne peuvent pas lui être donnés à domicile - mais ces parents n'ont nulle part où aller pour de l'aide », a dit M. Marin. « Certains de ces aidants sont au bord de l'effondrement émotif et physique. Nous avons enquêté sur des cas antérieurs où des gens ayant ces handicaps graves ont été envoyés dans des refuges et même en prison. Ce qui est particulièrement troublant, c'est que nos plaintes n'ont fait qu'augmenter, en dépit d'une nouvelle loi et de changements apportés par le Ministère au cours des dernières années. »

La Loi de 2008 sur les services et soutiens favorisant l'inclusion sociale des personnes ayant une déficience intellectuelle a créé les Services de l'Ontario pour les personnes ayant une déficience intellectuelle. Ces services ont été mis en place l'an dernier pour traiter les demandes et déterminer l'admissibilité des demandeurs. Depuis, les plaintes à l'Ombudsman ont plus que doublé. Des services sont offerts aux adultes ayant une déficience intellectuelle par quelque 300 organismes communautaires travaillant à contrat pour le Ministère et financés par lui.

L'enquête sera ciblée sur deux questions - à savoir si le Ministère réagit adéquatement aux situations d'urgence des adultes ayant une déficience intellectuelle, et si le Ministère prend suffisamment de mesures pour coordonner, suivre et faciliter l'accès à ces services pour eux.

« Depuis deux ans, le Bureau de l'Ombudsman enquête sur des plaintes individuelles à ce sujet, dont quelques-unes ont fait l'objet de rapports dans les médias. Toutefois, l'augmentation du nombre de plaintes indique qu'il y a peut-être un problème systémique et qu'une enquête plus vaste est justifiée, » a déclaré M. Marin.

Il a souligné que, l'an dernier, le rapport du vérificateur général de l'Ontario avait conclu à l'insuffisance de la surveillance exercée par le Ministère sur les 472 millions $ qu'il transfère à des organismes chargés d'assurer des services aux personnes ayant une déficience intellectuelle. « Mon enquête s'appuiera sur ce constat et déterminera si le Ministère fait tout son possible pour réagir dans les situations de crise et pour offrir un accès juste et équitable aux services », a ajouté M. Marin. « Il s'agit de réagir de façon opportune aux situations de crise. Il s'agit de garantir que les gens qui ont besoin d'aide ne sont pas laissés sans soutien, sans domicile. »

Les adultes qui vivent les situations évoquées dans les plaintes à l'Ombudsman souffrent de divers troubles mentaux et physiques, étant notamment dans l'incapacité de communiquer verbalement, de se vêtir et de prendre soin d'eux, ont des fonctions mentales de bas niveau et des comportements imprévisibles et violents, exigeant des services et des soins hautement spécialisés.

L'Ombudsman demande à quiconque dispose de renseignements pertinents pour cette enquête de communiquer avec son Bureau au 1-800-263-1830, de remplir un formulaire de plainte en ligne à www.ombudsman.on.ca ou d'envoyer un courriel à info@ombudsman.on.ca.

Cette enquête, qui sera menée par l'Équipe d'intervention spéciale de l'Ombudsman (EISO), devrait durer environ six mois. Depuis 2005, l'EISO a effectué quelque 30 vastes enquêtes systémiques sur des problèmes qui touchent de très nombreux Ontariens. Les recommandations faites par l'Ombudsman dans ces causes ont été acceptées en très grande majorité, entraînant de multiples réformes, entre autres une amélioration du dépistage des maladies chez les nouveau-nés, une meilleure indemnisation des victimes d'actes criminels, un accès renforcé au financement des médicaments anticancéreux, une refonte du système d'imposition foncière et une sécurité accrue des loteries.

Also available in English

Renseignements