Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa

24 sept. 2013 08h27 HE

L'utilité des cigarettes électroniques pour cesser de fumer reste à être démontrée

OTTAWA, ONTARIO--(Marketwired - 24 sept. 2013) - Une récente analyse de la littérature scientifique réalisée par l'Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa (ICUO) et portant sur l'utilisation des cigarettes électroniques au Canada n'a pas permis d'établir leur efficacité en matière d'abandon du tabac. L'analyse, dont les résultats sont publiés cette semaine dans le Journal de l'Association médicale canadienne [en anglais seulement], insiste sur cinq éléments importants qui doivent être pris en compte par les médecins canadiens pour conseiller leurs patients sur les méthodes les plus efficaces pour renoncer au tabac.

Les cigarettes électroniques sont des dispositifs en forme de cigarette qui permettent de simuler l'action de fumer.

Les cigarettes électroniques sont munies d'une résistance, ou « atomiseur », qui chauffe un liquide contenu dans une cartouche. Les cigarettes électroniques ne contiennent pas forcément de nicotine et leur concentration en arômes, en propylène glycol, en glycérine, en eau et en autres produits chimiques varie énormément selon les fabricants et les distributeurs. Comme les utilisateurs de cigarettes électroniques inhalent de la vapeur plutôt que de la fumée, on utilise les néologismes « vapoter » et « vapotage » pour décrire l'action de les consommer.

Au Canada, la vente de cigarettes électroniques n'est ni réglementée ni approuvée.

Même si la vente de cigarettes électroniques n'est pas approuvée au Canada, celles-ci peuvent être achetées en ligne ou chez des détaillants. Un sondage réalisé dans 4 pays auprès de fumeurs et d'anciens fumeurs, dont le Canada figurait, a montré que sur les 1 581 Canadiens interrogés, 40 % d'entre eux connaissaient l'existence des cigarettes électroniques et 10 % en avaient fait l'essai. Et bien que le tabagisme soit en déclin depuis plusieurs décennies, on observe un intérêt croissant des consommateurs pour les cigarettes électroniques.

Même si les fumeurs perçoivent les cigarettes électroniques comme une solution de rechange moins nocive, leur innocuité n'a pas encore été évaluée.

À l'heure actuelle, on ignore si l'inhalation du cocktail de produits chimiques présents dans la vapeur des cigarettes électroniques présente un danger. D'après les données existantes, les cigarettes électroniques contiennent des traces d'impuretés et de carcinogènes (nitrosamines spécifiques du tabac). Des inquiétudes subsistent à l'égard d'un possible effet de maintien de la dépendance à la nicotine chez les fumeurs et de l'induction d'une dépendance chez les non-fumeurs.

En matière d'abandon du tabac, l'efficacité des cigarettes électroniques n'a pas été pleinement évaluée.

À ce jour, un essai clinique comparatif avec répartition aléatoire d'une durée de six mois a été mené pour évaluer l'efficacité de cigarettes électroniques contenant de la nicotine comme aide au sevrage tabagique; la puissance statistique de l'étude était insuffisante pour permettre de conclure à une supériorité des cigarettes électroniques sur les timbres à la nicotine.

Des interventions efficaces en matière d'abandon du tabac sont offertes aux personnes qui désirent cesser de fumer.

Plusieurs traitements pharmacologiques et thérapies comportementales éprouvés permettent d'augmenter le taux d'abandon du tabac (www.cmaj.ca/lookup/suppl/doi:10.1503/cmaj.130806/-/DC1). Ces stratégies visent à aider les patients à prendre en charge leurs symptômes de sevrage de la nicotine et à développer des compétences comportementales favorisant l'autodiscipline, en plus de leur fournir un soutien social et instrumental.

Le Modèle d'Ottawa pour l'abandon du tabac (MOAT) de l'ICUO est une intervention à composantes multiples visant à aborder la question du tabagisme chez les fumeurs dans les milieux cliniques. Le MOAT a été conçu pour intégrer les connaissances existantes en matière de modification du comportement dans les contextes cliniques et les approches fondées sur des données probantes pour les interventions antitabagiques. La principale philosophie du Modèle est de générer « plus de tentatives d'abandon du tabac soutenues, plus souvent » en fournissant systématiquement des conseils pour l'abandon du tabac durant des moments propices à l'apprentissage dans des milieux cliniques clés comme stratégie axée sur la santé des populations, qui vise à lutter contre le tabagisme.

Renseignements

  • Vincent Lamontagne
    Gestionnaire principal, Affaires publiques
    Institut de cardiologie de l'Université d'Ottawa
    613-761-4427
    613-899-6760 (cell)
    vlamontagne@ottawaheart.ca