Agence des services frontaliers du Canada

Agence des services frontaliers du Canada

15 sept. 2010 22h36 HE

M. Toews, ministre de la Sécurité publique, et M. Kenney, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, félicitent l'Agence des services frontaliers du Canada ...

...pour la déportation de Mohammed Said Jama, un dangereux criminel

WINNIPEG, MANITOBA--(Marketwire - 15 sept. 2010) - Aujourd'hui, l'honorable Vic Toews, ministre de la Sécurité publique, et l'honorable Jason Kenney, ministre de la Citoyenneté et de l'Immigration, ont félicité l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) à l'occasion du renvoi du Canada de Mohammed Said JAMA, âgé de 41 ans. Il a été déporté sous escorte par des agents de l'ASFC le 14 septembre 2010. La déportation s'est déroulée selon la procédure prévue et sans problème.

«L'expulsion de ce criminel endurci de notre pays est une bonne nouvelle pour la sécurité de nos collectivités. Je sais que les Manitobains et de nombreux Canadiens attendaient ce jour avec impatience, a déclaré Vic Toews, ministre de la Sécurité publique. Je félicite l'ASFC qui, au prix de longs et incessants efforts, a réussi à expulser ce criminel reconnu coupable de crimes graves du Canada. Nous ne tolérerons pas les personnes qui viennent dans notre pays et commettent des crimes violents.»

Jama a de longs antécédents de violence au Canada. Sa déportation a été ordonnée en 2007. En raison de la gravité de son passé criminel et de sa nature violente, il a été conclu qu'il constituait un danger pour le public au Canada en 2008. Il était détenu par l'ASFC pendant les mois qui ont précédé son renvoi du Canada.

«Le renvoi de criminels étrangers violents, comme Mohammed Said Jama, est primordial au maintien de l'intégrité du système d'immigration du Canada et à la protection des Canadiens et Canadiennes, a déclaré le ministre Kenney. Bien que la loi donne à des individus comme Jama de multiples occasions de faire appel avant qu'ils ne soient déportés, la position du gouvernement devant les tribunaux est, et demeurera, invariablement de défendre la sécurité du public canadien.»

La capacité de renvoyer les personnes dangereuses est indispensable afin de protéger la sécurité du Canada, de maintenir l'intégrité du programme d'immigration et d'assurer l'équité pour les personnes qui entrent légalement dans ce pays.

Renseignements

  • Agence des services frontaliers du Canada
    Lisa White
    Agente des communications
    403-292-4011