Fédération des Chambres immobilières du Québec

Fédération des Chambres immobilières du Québec

12 avr. 2013 10h00 HE

Marché immobilier résidentiel des Laurentides : pas de fausse note pour Mont-Tremblant au premier trimestre de 2013

Statistiques de ventes résidentielles Centris® de la région des Laurentides

PIEDMONT, QUEBEC--(Marketwired - 12 avril 2013) - Selon la base de données provinciale des courtiers immobiliers, la Chambre immobilière des Laurentides indique que le marché résidentiel a connu une baisse de régime au premier trimestre de 2013 dans la plupart des agglomérations des Laurentides. Les agglomérations de Sainte-Adèle (111 transactions), Saint-Sauveur (151 transactions) et Mont-Tremblant (74 transactions) ont connu des diminutions de ventes de 9 %, 14 % et 18 % respectivement. Quant à l'agglomération de Sainte-Agathe-des-Monts (45 transactions), elle a affiché une stabilité en ce qui a trait au nombre de ventes réalisées lors des mois de janvier à mars 2013 comparativement au premier trimestre de 2012.

Les inscriptions en vigueur ont augmenté dans trois des quatre agglomérations des Laurentides, soit Saint-Sauveur, Sainte-Adèle et Sainte-Agathe-des-Monts. « L'augmentation de l'offre, jumelée à la diminution des ventes, ont eu pour effet de détendre davantage les conditions de marché déjà fortement à l'avantage des acheteurs dans ces agglomérations », explique Daniel Vandal, directeur général de la Chambre immobilière des Laurentides et porte-parole de la FCIQ pour cette région.

Le prix médian des unifamiliales dans ces trois agglomérations a légèrement diminué en comparaison avec le premier trimestre de 2012. À Saint-Sauveur (226 500 $), le prix médian de l'unifamiliale a diminué de 7 %, il a reculé de 6 % à Sainte-Agathe-des-Monts (167 500 $) et de 6 % à Sainte-Adèle (180 000 $).

Pour l'agglomération de Mont-Tremblant, on y constate un scénario inverse à plusieurs égards. Elle est la seule à avoir affiché une diminution (-5 %) du nombre de propriétés offertes sur le marché. Pour la copropriété, la baisse des inscriptions était de 8 %. « Les conditions de marché se sont légèrement resserrées à Mont-Tremblant et le prix médian des copropriétés a enregistré une hausse de 4 % par rapport à l'année dernière », souligne M. Vandal.

Ralentissement du marché immobilier québécois au premier trimestre de 2013

Selon la base de données provinciale des courtiers immobiliers, la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) indique que 18 939 propriétés résidentielles ont été vendues au premier trimestre de 2013 au Québec, soit 16 % de moins que lors du même trimestre de 2012.

La baisse des ventes a été généralisée à toutes les régions métropolitaines et à la grande majorité des plus petits centres urbains de la province. Seules les agglomérations de Rouyn-Noranda (+25 %), de Salaberry-de-Valleyfield (+6 %) et de Shawinigan (+6 %) ont déjoué la tendance en affichant plutôt des augmentations. À l'inverse, les agglomérations de Sept-Îles (-36 %), de Val-d'Or (-27 %) et de Drummondville (-28 %) ont connu les diminutions de ventes les plus prononcées.

À l'échelle de la province, le prix médian des unifamiliales a atteint 225 000 $, soit seulement 1 000 $ de plus que lors du premier trimestre de 2012. Les croissances de prix les plus marquées, pour l'unifamiliale, ont été enregistrées dans les agglomérations de Val-d'Or (+15 %), Saint-Lin-Laurentides (+8 %), Saint-Hyacinthe (+8 %) et Sept-Îles (+7 %). En ce qui a trait aux régions métropolitaines de recensement (RMR), c'est celle de Saguenay qui a affiché la plus forte augmentation du prix médian des unifamiliales, avec 4 %.

Du côté de la copropriété, le prix médian provincial s'est élevé à 208 000 $ au premier trimestre de 2013, en hausse de 1 % par rapport à la même période un an auparavant. La croissance a surtout été importante à ce chapitre dans les agglomérations de Granby (+13 %) et de Saint-Hyacinthe (+8 %), ainsi que dans la RMR de Québec (+7 %).

Le nombre de propriétés offertes était en hausse pour un 12e trimestre consécutif, avec en moyenne 70 239 propriétés inscrites sur le système Centris® au premier trimestre de 2013, une augmentation de 7 % par rapport à la même période l'année dernière. « La hausse de l'offre et la diminution des ventes ont entraîné, dans la plupart des centres urbains, une détente des conditions de marché, ce qui a ralenti la progression des prix et allongé les délais de vente moyens » explique Paul Cardinal, directeur du service Analyse de marché à la FCIQ.

À propos de la Chambre immobilière des Laurentides

La Chambre immobilière des Laurentides regroupe quelque 600 courtiers immobiliers et poursuit sa mission de promouvoir, représenter et développer les intérêts professionnels, économiques et sociaux de ses membres, et ce, depuis maintenant 30 ans. La Chambre immobilière des Laurentides veille également à ce que ses membres se conforment à un code d'éthique et aux nombreux règlements, en plus d'améliorer leurs compétences par la tenue de diverses formations dans le but d'offrir en tout temps un service professionnel aux consommateurs.

À propos de la Fédération des chambres immobilières du Québec

La Fédération des chambres immobilières du Québec est une association à but non lucratif regroupant les douze chambres immobilières du Québec, de même que plus de 14 000 courtiers immobiliers qui en sont membres. Sa mission est de promouvoir et de protéger les intérêts de l'industrie immobilière du Québec afin que les chambres et les membres accomplissent avec succès leurs objectifs d'affaires.

À propos de Centris®

Centris®, une division de la Chambre immobilière du Grand Montréal, offre exclusivement aux 12 chambres immobilières québécoises et à leurs 14 000 courtiers immobiliers des ressources technologiques. Centris.ca est le site Web de l'industrie immobilière québécoise destiné aux consommateurs, où toutes les propriétés à vendre par les courtiers immobiliers au Québec sont réunies à la même adresse.

Pour plus d'information sur les statistiques Centris® de chacune des régions de la province, ne manquez pas la sortie du Baromètre FCIQ.

Renseignements