Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

12 déc. 2013 08h15 HE

Marché locatif de Peterborough en octobre 2013

TORONTO, ONTARIO--(Marketwired - 12 déc. 2013) - Le taux d'inoccupation des appartements locatifs(1) était de 4,8 % en octobre 2013 dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Regina, en hausse par rapport à celui de 2,7 % enregistré en octobre 2012. C'est ce que révèlent les résultats de l'Enquête sur les logements locatifs de l'automne diffusés aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

« La hausse du taux d'inoccupation était attribuable à une combinaison du recul de la migration, du taux d'emploi à son plus bas en dix ans et de la concurrence livrée par d'autres types de logements achevés, notamment les appartements en copropriété, les maisons en rangée en copropriété et les nouvelles résidences pour étudiants à l'Université Trent », a déclaré Olga Golozub, analyste de marché à la SCHL pour Peterborough.

Dans les immeubles faisant partie de l'univers qu'ont en commun les enquêtes de 2012 et de 2013(2), le loyer moyen des logements de deux chambres a augmenté de 2,6 % dans la RMR de Peterborough, en hausse par rapport à l'accroissement de 1,6 % enregistré en octobre 2012.

Pour consulter les données sur le marché locatif, en français ou en anglais, veuillez cliquer sur le lien suivant : Rapports sur le marché locatif - RMR

Mettant à contribution plus de 65 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité. Elle offre également des données, des analyses et des rapports fiables, impartiaux et actuels sur le marché de l'habitation pour aider les consommateurs et le secteur de l'habitation à prendre des décisions éclairées.

Suivez la SCHL sur Twitter @SCHL.ca

(1) L'Enquête sur les logements locatifs porte sur les immeubles locatifs d'initiative privée comptant au moins trois logements.

(2) Comparer, d'année en année, les loyers moyens des logements neufs et existants confondus peut mener à des conclusions légèrement trompeuses, car les unités neuves ont tendance à se louer plus cher que celles de construction moins récente. En excluant les immeubles neufs pour ne garder que les immeubles existants qu'ont en commun les univers des enquêtes d'octobre 2012 et d'octobre 2013, il est possible de se faire une meilleure idée de l'augmentation réelle qu'ont subie les locataires.

Données supplémentaires disponibles sur demande.

(Also available in English)

Un tableau est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/917332f.pdf

Renseignements