Société canadienne d'hypothèques et de logement

Société canadienne d'hypothèques et de logement

11 juin 2014 09h00 HE

Marché locatif du Nouveau-Brunswick en avril 2014

MONCTON, NOUVEAU-BRUNSWICK--(Marketwired - 11 juin 2014) - Le taux d'inoccupation moyen des appartements locatifs(1) dans les centres urbains(2) du Nouveau-Brunswick se situait à 9,1 % en avril 2014, en hausse par rapport à celui de 7,6 % enregistré en avril 2013. C'est ce que révèlent les résultats de l'Enquête sur les logements locatifs (ELL) du printemps diffusés aujourd'hui par la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL).

« Le recul de la demande des logements locatifs par suite d'une émigration accrue et d'un ralentissement sur le marché de l'emploi, conjugué à l'accroissement de l'offre sur certains marchés de la province, s'est soldé par une hausse des taux d'inoccupation dans la plupart des centres urbains du Nouveau-Brunswick », a déclaré Claude Gautreau analyste principal de marché à la SCHL pour le Nouveau-Brunswick. Parmi les grands centres urbains de la province, c'est Fredericton qui a affiché la plus faible proportion de logements vacants, à 6,2 %. Le taux d'inoccupation s'est fixé à 10,7 % à Moncton et à 10,0 % à Saint John.

Au printemps, le taux d'inoccupation dans trois des plus petits centres urbains du Nouveau-Brunswick était inférieur à la moyenne provinciale. Bathurst a fait exception à la règle, affichant le taux le plus élevé de la province, à savoir 11,8 %. Campbellton et Edmundston ont connu des taux d'inoccupation de 7,4 et de 8,8 %, respectivement. Les taux d'inoccupation de ces centres sont demeuré statistiquement inchangé étant donné les facteurs démographiques stables. Miramichi a enregistré le taux le plus bas de la province, à savoir 3,4 %.

Le loyer moyen d'un logement de deux chambres au Nouveau-Brunswick s'est élevé à 725 $ au printemps 2014. Il s'est fixé à 790 $ à Fredericton et à 768 $ à Moncton, tandis qu'il se situait à 687 $ à Saint John. Dans les petits centres urbains de la province, il se situait entre 507 et 590 $ par mois.

Pour consulter les données sur le marché locatif, en français ou en anglais, veuillez cliquer sur le lien suivant : Rapports sur le marché locatif - Printemps.

Mettant à contribution plus de 65 ans d'expérience à titre d'organisme national responsable de l'habitation au Canada, la SCHL aide les Canadiens à accéder à un éventail de logements durables, abordables et de qualité. Elle offre également des données, des analyses et des rapports fiables, impartiaux et actuels sur le marché de l'habitation pour aider les consommateurs et le secteur de l'habitation à prendre des décisions éclairées.

Suivez la SCHL sur Twitter @SCHL_ca

(1) L'Enquête sur les logements locatifs porte sur les immeubles d'initiative privée comptant au moins trois logements locatifs.

(2) Un centre urbain compte au moins 10 000 habitants.

Données supplémentaires disponibles sur demande

(Also available in English)

Pour voir le tableau associé à ce communiqué de presse, veuillez visiter le lien suivant : http://file.marketwire.com/release/951336f.pdf

Renseignements

  • Centre d'analyse de marché
    Claude Gautreau, analyste principal de marché
    506-851-2742
    506-866-9002 (cell.)
    cgautrea@schl.ca

    Relations avec les médias
    Katherine LeBlanc, communications et marketing
    902-426-6581
    902-789-5709 (cell.)
    krleblan@schl.ca