Matamec Explorations inc.
TSX CROISSANCE : MAT
OTCQB : MHREF

Matamec Explorations inc.

15 mars 2017 08h33 HE

Matamec accueille une découverte majeure: Des scientifiques d'IBM ont pu stocker une donnée de 1 bit sur un seul atome d'holmium

Le gisement Kipawa de Matamec contient de l'holmium, l'élément de terres rares lourdes essentiel à une nouvelle technologie de stockage permettant à espace égal de stocker 1000x plus de données qu'auparavant

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 15 mars 2017) - Matamec Explorations Inc. (« Matamec » ou la « Société ») (TSX CROISSANCE:MAT)(OTCQB:MHREF) se félicite de la découverte récente par une équipe de chercheurs nano-scientifiques, principalement du centre de recherches Almaden d'IBM à San Jose, en Californie, de la capacité de stocker un bit (1 bit) de données sur un seul atome d'holmium (Ho). Les résultats de la percée ont été publiés dans la revue scientifique Nature un peu plus tôt ce mois-ci (cf. Nature, vol. 543 pp. 226-228, 9 mars 2017).

Les chercheurs ont pu utiliser un seul atome d'holmium comme « le plus petit aimant du monde » et, en passant un courant électrique à travers l'holmium, ils peuvent l'activer à un état « ouvert » représentant le «1» du code binaire, ou « fermé », qui représente l'état «0».

Les chercheurs ont essentiellement démontré que deux atomes magnétiques d'holmium pouvaient être activés ou désactivés indépendamment, même lorsqu'ils étaient séparés par un seul nanomètre - une distance d'un millionième de la largeur d'une tête d'épingle. Avec aussi peu d'espace requis pour stocker des données, la découverte pourrait conduire à la création de disques durs et de systèmes de stockage de données radicalement plus petits avec des capacités de stockage beaucoup plus importantes - environ 1000 fois plus denses que les disques durs actuels et les puces de mémoire à semi-conducteurs.

L'holmium (Ho - de numéro atomique 67) est un élément de terres rares lourdes (ÉTR lourdes) qui fait partie de la série des éléments des Lanthanides. La Coentreprise terres rares Kipawa, son projet phare développé en partenariat avec Ressources Québec, est l'un des projets de terres rares les plus avancés en Amérique du Nord. Le gisement Kipawa contient des éléments de terres rares légères et lourdes (ETR), et est enrichi en ÉTR lourdes, y compris l'holmium. Le projet est en phase de développement et devrait produire en moyenne 31,2 tonnes d'oxyde d'holmium par an pour la durée de vie de la mine, comme le montre l'étude de faisabilité du gisement Kipawa déposé sur SEDAR en octobre 2013. Le gisement Kipawa a généré avec succès un concentré de terres rares légères et lourdes et Matamec continue d'améliorer le processus métallurgique avec des laboratoires de recherche et des universités, principalement au Canada.

« C'est très excitant d'entendre parler de cette percée technologique et d'imaginer les ramifications pour les applications de stockage de données », a déclaré André Gauthier, président et chef de la direction de Matamec. « Alors que nous continuons à travailler avec les principales universités et centres de recherche sur plusieurs fronts pour explorer divers moyens d'améliorer globalement le projet Kipawa, sachant qu'il y aura probablement une demande accrue d'holmium dans les années à venir en raison de nouvelles applications potentiellement révolutionnaires, est assurément encourageant. Le principal objectif de Matamec est de développer le projet Kipawa afin d'assurer un approvisionnement sécurisé nord-américain de terres rares, y compris de l'holmium. »

Bien qu'il faudra un certain temps avant de voir arriver sur le marché les nombreuses applications commerciales possibles, la découverte de la capacité à enregistrer un seul bit de données sur un atome d'holmium représente un pas de géant dans la technologie de stockage de données et elle recèle un potentiel énorme pour l'informatique. Le disque dur d'un ordinateur entier pourrait éventuellement être stocké dans un bijou ou cousu dans un vêtement, par exemple, et des périphériques de stockage de données plus petits pourraient grandement améliorer l'évolution des applications «internet des choses», où de plus en plus d'objets quotidiens peuvent être connectés à l'Internet.

Eliza Ngai, M.Eng, P.Eng, métallurgiste de Matamec et Al Hayden, P.Eng, ingénieur métallurgiste, consultant pour le projet Kipawa, sont les personnes qualifiées selon la norme IN 43-101 et sont responsables du contenu technique de ce communiqué de presse.

À propos de Matamec

Localisée à Montréal (Québec), Matamec Explorations Inc. est une société junior d'exploration minière, dont les activités portent sur deux axes principaux de développement: l'or, et les éléments essentiels pour les technologies liées à l'énergie, avec des propriétés contenant, entre autres, du lithium (Tansim-détenue à 100%), du cobalt (Fabre-détenue à 100%), du nickel (Vulcain-détenue à 100%) et des terres rares (Kipawa-détenue à 72%).

L'activité principale de la Société est le développement du gisement d'éléments de terres rares lourdes de Kipawa en co-entreprise avec Ressources Québec à hauteur de 72 % par Matamec et de 28 % par RQ (à titre de mandataire du Gouvernement du Québec), et Toyota Tsusho Corp. (Nagoya, Japon) détient une redevance de 10% sur le profit net dans le gisement.

En plus des activités dans le secteur de l'énergie, la Société explore aussi pour l'or, sur les trois propriétés suivantes: HMR (1% NSR détenue), Matheson JV (détenue à 50%) et Pelangio (détenue à 100%), situées dans le secteur oriental de la mine Hoyle Pond à Timmins en Ontario, ainsi que trois propriétés situées sur le territoire couvert par le Plan Nord du Québec. Celles-ci incluent les propriétés Sakami (détenue à 50%) et Opinaca Gold West (détenue à 100%) dans un contexte géologique similaire à la mine Éléonore à la Baie-James au Québec.

Carte indiquant l'emplacement des propriétés aurifères et celles reliées à l'énergie de Matamec est disponible à l'adresse suivante : http://media3.marketwire.com/docs/1088868_map_fr.jpg

Information prospective

Le présent communiqué de presse contient de l' « information prospective » au sens de la législation en valeurs mobilières applicable au Canada. Les énoncés prospectifs sont généralement reconnaissables par l'utilisation des termes « pouvoir », « devoir », « continuer », « s'attendre à », « anticiper », « perspective », « prévision », « estimer », « croire », « avoir l'intention de », « prévoir » ou « projeter », ou leur négatif ou des variantes de ces mots, expressions ou déclarations sur lesquels des interventions, des événements et des résultats « peuvent », « pourraient », « devraient » ou « seront » prises, se produiront ou pourront être réalisés. Les énoncés prospectifs sont basés sur des présomptions qui, de l'opinion de la direction, sont raisonnables au moment où de tels énoncés sont faits. Aucune assurance ne peut être donnée quant à l'exactitude de ces énoncés prospectifs puisque les événements futurs ou résultats réels de la compagnie pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits dans ces énoncés prospectifs. Par conséquent, le lecteur ne devrait pas accorder une importance indue aux énoncés prospectifs. Bien que Matamec ait tenté de répertorier les facteurs importants par suite desquels les résultats réels pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits dans les énoncés prospectifs, il peut y avoir d'autres facteurs par suite desquels les résultats pourraient différer de ceux prévus, estimés ou escomptés. Les facteurs par suite desquels les résultats pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits dans les énoncés prospectifs inclus, l'incertitude reliée à la décision de la Coentreprise terres rares Kipawa d'extraire des minéraux du gisement Kipawa, sans s'y limiter les facteurs de risque énoncés dans le rapport de gestion de Matamec pour l'année financière se terminant le 31 décembre 2015 ou tout autre document d'information pouvant être consulté sous le profil SEDAR de la compagnie à www.sedar.com. Les renseignements prospectifs qui figurent dans les présentes sont donnés en date du présent communiqué de presse et Matamec n'assume aucune obligation de les mettre à jour, que ce soit pour tenir compte de nouveaux renseignements, de faits ou de résultats futurs ou pour toute autre raison, sauf si les lois sur les valeurs mobilières applicables l'exigent.

« La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué ».

Renseignements