Matamec Explorations inc.
TSX CROISSANCE : MAT
OTCQX : MHREF

Matamec Explorations inc.

04 sept. 2013 07h00 HE

Matamec annonce une étude de faisabilité positive pour le projet minier de terres rares lourdes de Kipawa JV

MONTRÉAL, QUÉBEC--(Marketwired - 4 sept. 2013) - Matamec Explorations Inc. ("Matamec" ou la "Société") (TSX CROISSANCE:MAT)(OTCQX:MHREF) est heureuse d'annoncer une étude de faisabilité positive (« ÉF ») pour le projet minier de terres rares lourdes (« HREE ») de Kipawa Joint-Venture (« JV ») (« le Projet »). L'ÉF a été préparée par Roche ltée et GENIVAR inc. avec le support de SGS Géostat et Golder Associés ltée. Les résultats de l'ÉF montrent que le projet est techniquement et économiquement viable. Il y aura un appel conférence pour les analystes financiers miniers à 10H00 HE aujourd'hui. À moins d'indication contraire, tous les montants sont en dollars canadiens.

Le but du Kipawa JV est de fournir des HREE à Toyota Tsusho Corp. (« TTC »), tel que le dysprosium, indispensables pour la production et la commercialisation de véhicules hybrides et électriques. Présentement, les partenaires du JV discutent et évaluent les prochaines étapes nécessaires à l'avancement du projet.

PROJET DE HREE DE KIPAWA -
FAITS SAILLANTS ÉCONOMIQUES DE l'ÉF
Valeur actuelle nette (« VAN10%») (avant impôt) 260 $ millions
Taux de rendement interne (« TRI ») (avant impôt) 21,6 %
Revenu 2,55 $ milliards
BAIIA 1,37 $ milliards
CAPEX (initial) 374 $ millions
OPEX (annuel) 78,5 $ millions
Période de récupération du capital initial (avant impôt) 3,9 ans
Durée de vie de la mine (« LOM ») 15,2 ans
Production de concentré (moyenne annuelle) 3 653 tonnes
  • La Société est convaincue qu'elle pourrait augmenter le TRI à un taux supérieur à 25 % en réduisant le CAPEX et l'OPEX, tout en optimisant le taux de récupération total.

« Matamec a franchi une des étapes les plus importantes de ses 16 ans d'histoire en démontrant que le projet minier de Kipawa est techniquement et économiquement viable, » a déclaré André Gauthier, président et chef de la direction de Matamec. « La Société a développé un plan d'affaires solide qui comprend un CAPEX modéré et un volume de production gérable tout en assurant que les normes environnementales requises seront respectées. Avec les résultats de l'étude de faisabilité en main, nous allons continuer de présenter aux citoyens du Témiscamingue les avantages économiques que ce projet pourrait créer pour leur région. Matamec est déterminée à bâtir une organisation misant sur les applications des énergies propres qui nécessitent des terres rares lourdes pour leur développement. »

COMPARAISON FINANCIÈRE -ETUDE ÉCONOMIQUE PRÉLIMINAIRE (EEP) 2012 VS ÉTUDE DE FAISABILITÉ (EF) 2013
Critère de mesure EEP Quantité Mars 2012 EF Quantité Août 2013 Unités
Revenu miner total 2,822 2,548 $ milliard
BAIIA 1,68 1,37 $ milliard
Dépenses en capital pré-production (initiales) 315,8 374,4 $ million
Dépenses en capital durant opération (restauration inclus) 38,2 37,7 $ million
Fond de roulement additionnel requis 9,9 11,2 $ million
Coûts de restauration 7,5 23,1 $ million
Coûts d'opération totaux 1,142 1,181 $ milliard
Flux de trésorerie avant impôt total 1,335 960 $ million
«Panier de prix » moins facteur raffinage 42,08 50,12 $ /kg
HREO* « panier de prix » - concentré - 39,79 $ /kg
LREO** « panier de prix » - concentré - 10,33 $ /kg
Économique (avant impôt)
TRI 36,9 21,6 %
VAN @ (EEP 5 %) (EF 6 %) 811 450 $ million
VAN @ 8 % 606 344 $ million
VAN @ 10 % 500 260 $ million
VAN @ 12 % - 191 $ million
Période de récupération 2,4 3,88 ans
Économique (après impôt)
TRI - 16,8 %
VAN @ (EEP 5 %) (EF 6 %) - 257 $ million
VAN @ 8 % - 185 $ million
VAN @ 10 % - 128 $ million
VAN @ 12 % - 81 $ million
Période de récupération - 4,12 ans
Extraction minière
Réserves minérales 19,00 19,77 million de tonnes
Taux de production (minerai) 4 110 3 650 tonnes par jour
Durée de vie de la mine 12,9 15.2 ans
CAPEX total (basé sur 3 653 tpa) 86,50 102,57 $ /kg (+18 %)
OPEX total (basé sur 3 653 tpa) 24,44 21,53 $ /kg (-13 %)
Coûts d'opération totaux 24,44 21,53 $ /kg
Général et administration 8,84 11,6 $ million par année
Extraction minière 16,61 18,1 $ million par année
Procédé 58,35 48,7 $ million par année
Taux de récupération total*** 81 70 %
Moyenne pour les lourdes - 74 %
Moyenne pour les légères - 65 %
*HREO - Oxyde de terres rares lourdes (Sm, Eu, Gd, Er, Tb, Dy, Ho, Yb, Tm, Lu et Y)
**LREO - Oxyde de terres rares légères (Ce, La, Nd et Pr)
***Les échantillons utilisés pour l'EEP ne représentaient que la section ouest du gîte tandis que les échantillons utilisés pour la EF représentent tout le gîte
SOMMAIRE DES RÉSULTATS DE L'ÉTUDE DE FAISABILITÉ
Processus environnemental et permis
Une étude complète de références environnementales sera complétée à l'automne 2013 et une étude d'impacts environnemental et social sera disponible au T1 2014. Une description de projet a été déposé à l'Agence Canadienne d'Évaluation Environnementale au T1 2013 et ceci dans le but d'initier le processus fédéral d'évaluation environnementale. Quant à l'application officielle pour le certificat d'autorisation du Ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (« MDDEFP »), elle est prévue pour l'hiver 2014.
Acceptabilité sociale
Depuis 2009, Matamec s'est engagée à consulter les communautés du Témiscamingue afin de prendre en considération leurs commentaires dans le développement du Projet.
Estimation de ressources minérales
Les ressources mesurées et indiquées totalisent 23 857 tonne à une teneur d'oxyde de terres rares mixte (TREO) de 0,407 %, ce qui représente 88 % des ressources totales.
Réserve minérale
Mine - le tonnage total de minerai s'élève à 19,8 millions de tonnes avec une teneur de TREO diluée de 0,4105 %.
Extraction Minière
Il est planifié d'extraire 1,33 million de tonnes de minerai par année (3 650 tonnes par jour) avec un ratio stérile/minerai moyen de 0,94 pour une durée de vie de mine de 15,2 ans (excluant une période de pré-production de deux ans).
Site de l'usine métallurgique
Les produits finaux de l'usine de traitement se présenteront sous la forme d'un concentré de chlorure de HREE et un concentré de LREO. La récupération est moins élevée que dans l'EEP, mais les résultats montrent que le procédé fonctionne pour l'ensemble du gisement et également où il doit être optimisé pour améliorer la récupération. Un nouveau « Master Composite » de minerai est prêt pour un deuxième pilotage prévu à l'automne 2013 afin d'améliorer le procédé.
DÉVELOPPEMENT DE PROJET - PROCHAINES ÉTAPES PLANIFIÉES
Événements clés Calendrier
Deuxième usine pilote Automne 2013
Étude d'impacts environnemental et social T1 2014
Processus environnemental - fédéral et provincial Présent à T1 2015
Développement de l'accord « off-take » 2014
Financement CAPEX 2014
Ingénierie détaillée 2014 à mi-2015
Construction de la mine T1 2015 à T4 2016
Début des opérations minières T4 2016

M. Gauthier explique que « la Société continue à travailler avec les autorités gouvernementales afin de s'assurer que tous les domaines environnementaux soient bien couverts pour faciliter l'acquisition des permis. Nous avons réuni une équipe hautement qualifiée qui se concentre sur ΓÇïΓÇïl'identification de tous les risques environnementaux possibles afin de s'assurer que l'environnement soit respecté et protégé pour les générations futures. La Société poursuivra ses efforts de sensibilisation développés durant les quatre dernières années auprès des communautés afin de créer une plus grande compréhension et visibilité pour le projet. Nous estimons et apprécions les commentaires des citoyens du Témiscamingue et nous voulons travailler ensemble pour construire un plan de développement durable. »

Possibilités d'optimisations supplémentaires pour le Projet minier de Kipawa

Matamec a identifié un certain nombre de possibilités qui ont le potentiel d'augmenter la valeur du projet, les voici :

  1. Une deuxième usine pilote devrait être effectuée en plus des travaux déjà faits à l'échelle du laboratoire et de la première usine pilote. Cette deuxième usine pilote pourrait confirmer la taille de certains équipements du procédé métallurgique avant de passer à l'ingénierie détaillée. Jusqu'à maintenant une certaine surcapacité a été incluse dans la conception de l'usine, cependant elle pourrait être réduite avec les résultats de la seconde usine pilote lors de l'ingénierie de détail. La deuxième usine pilote permettrait aussi de confirmer une amélioration du taux de récupération puisque les chiffres utilisés dans l'ÉF sont conservateurs.
  2. Il serait intéressant d'effectuer certains tests pour séparer les terres rares individuellement pour augmenter la valeur du projet.
  3. Dépendamment des marchés, il serait intéressant d'évaluer d'autres scénarios de production de concentré de terres rares légères et lourdes pour optimiser le TRI avant de passer à l'ingénierie de détail.
  4. Lorsque le projet sera bien établi, des tests pourraient être faits pour évaluer la possibilité de récupérer le zirconium et autres métaux mineurs comme sous-produits des zones minéralisées de terres rares et de la zone de syénite.
  5. Les ressources minérales du dépôt Kipawa pourraient être augmentées par des forages dans les extensions latérales et aval du gisement.
  6. De par les derniers résultats à l'ÉF, il est maintenant connu que la conception de la fosse à ciel ouvert pourrait être potentiellement améliorée en phase d'ingénierie de détails.

Considérant les quelques points mentionnés ici plus haut, la compagnie croit fermement que la valeur du projet pourrait être augmentée avec un TRI supérieur à 25 % et cela en réduisant un peu le CAPEX et l'OPEX, tout en optimisant la récupération.

Examen du modèle de développement pour l'ÉF du Projet

L'ÉF couvre tous les aspects du développement du projet, incluant : l'exploitation minière, la concentration des minéraux, le traitement hydrométallurgique et la production de concentrés de terres rares légères et de terres rares lourdes, ainsi que les infrastructures connexes. Roche a développé l'estimé des coûts en capital et d'opération principalement à partir de cotations et d'estimés de fournisseurs, de manufacturiers et d'entrepreneurs et de leur expérience acquise en travaillant sur des projets similaires au Canada et à l'étranger. L'estimation des coûts en capital et d'opération a été évaluée avec un niveau prévu de précision de l'ordre de ± 15 %.

Localisation du projet

Le gîte de Kipawa (voir la carte ci-dessous) est situé sur la propriété Zeus, à 50 km à l'est de la ville de Témiscaming et à 140 km au sud de Rouyn-Noranda, Québec. Tous les titres miniers sont valides et aucune redevance ne grève le gîte de Kipawa.

Pour voir la carte du gîte de Kipawa, veuillez cliquer sur le lien suivant : http://media3.marketwire.com/docs/130904_Kipawa.pdf.

Description générale des infrastructures du projet

Environ 50 km de la route Maniwaki seront partagés avec le public et les compagnies forestières pour accéder au site du Projet Kipawa. Ensuite, 4 km de route devront être construites pour arriver au site de l'usine de traitement du minerai.

Le site minier du Projet Kipawa sera composé d'une mine à ciel ouvert, d'une halde à stérile, d'une réserve de minerai à basse teneur et d'un site de chargement de minerai à haute teneur. Un atelier d'entretien mécanique pour les équipements miniers sera aussi localisé près de la mine.

L'usine de traitement du minerai sera localisée au sud de la mine et de la rivière Kipawa. Une route de transport de 10 km sera construite pour relier la mine à l'usine. Sur ce site, une usine de traitement du minerai combinera le concassage, le broyage, le circuit de séparation magnétique et le circuit hydrométallurgique. Finalement, un bâtiment administratif et de service, un entrepôt et un laboratoire d'analyse complèteront le site de l'usine.

Il y aura deux sites de résidus asséchés: un parc à résidus pour les rejets de la séparation magnétique sera en fonction près de l'usine de traitement et un parc à résidus pour les rejets hydrométallurgiques sera construit à environ 4 km au sud de l'usine de traitement.

Le stationnement pour les employés et la sous-station électrique principale seront localisés près de la Ville de Témiscaming. La construction d'une ligne électrique de 44Kv le long de la route forestière de Maniwaki est prévue pour alimenter la mine et les bâtiments de traitement.

Géologie, minéralogie et minéralisation

Le gisement de Kipawa est défini par trois horizons superposés enrichis en terres rares situés dans le complexe syénitique de Kipawa. Le Complexe intrusif alcalin de Kipawa est composé de syénites et granites peralcalins ayant en moyenne une épaisseur de moins de 200 mètres. Le complexe intrusif est de type allongé en forme de « v » plissé autour d'un grand anticlinal plongeant vers le sud-est. La branche ouest de ce pli comprend le gîte Kipawa, qui est entièrement inclus dans la couche de syénite à la base du complexe. Cette couche de syénite minéralisée est une feuille concordante d'une épaisseur de 50 à 80 mètres montrant un pendage de 20 à 30 degrés vers le sud-ouest. Le gîte affleure sur plus de 1,4 km. De plus, un affleurement minéralisé a été découvert à 220 mètres au nord-ouest durant la campagne d'exploration de l'été 2011.

La minéralisation de terres rares-yttrium-zirconium du gîte de Kipawa est contenue dans des minéraux silicatés de grosseur moyenne. Les grains sont distincts et généralement bien cristallisés. Présentement, trois minéraux sont considérés comme étant économiques, soit l'eudialyte (un silicate sodique), l'yttro-titanite/mosandrite (silicate de titane) et la britholite (silico-phosphate calcique) pour les terres rares et l'yttrium, avec la présence de quantités mineures d'apatite. L'eudialyte (silicate sodique) ainsi que la vlasovite/gittensite (silicates sodiques) sont aussi considérées comme une source potentielle de zirconium en sous-produit.

Trois zones minéralisées empilées verticalement ont été définies basé sur leurs caractéristiques spatiales: la zone Eudialyte (60 % des ressources existantes en terre rares-yttrium), la zone Mosandrite (25 % des ressources existantes en terre rares-yttrium) et la zone Britholite (15 % des ressources existantes de terre rares-yttrium). Malgré leur nom, ces différentes zones contiennent en fait un mélange de minéraux potentiellement économiques. Le nom indique simplement le minéral des terres rares qui domine dans chaque zone. Par exemple, la zone Eudialyte est composée d'un mélange d'eudialyte (51 %), de mosandrite/yttro-titanite (39 %) et de traces de britholite (10 %). Elle se trouve près du haut de la zone de syénitique et n'est pas associée à de larges horizons calco-silicatés. Notez que toutes ces zones affleurent en surface.

Le gîte de Kipawa contient de très bas niveau d'uranium et de thorium dans les zones minéralisées de terres rare-zirconium. Les valeurs moyennes de Th (193 ppm, soit 0,019 %) et d'U (22 ppm, soit 0,002 %) sont plus élevées que dans les roches environnantes, mais demeurent quand même faibles dans les zones minéralisées du gîte de Kipawa. Les résultats préliminaires suggèrent que la majorité du thorium se trouve dans des cristaux grossiers d'urano-thorite et d'ékanite, tandis que l'uranium est disséminé dans ladite urano-thorite et dans les minéraux de terres rares.

Les termes «ressources minérales» et «réserves minérales» sont définis par les définitions normalisées concernant les réserves minérales et les ressources minérales adoptées par le conseil de l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole.

Ressources minérales

Le gîte de Kipawa a des ressources mesurées de 10 478 000 tonnes à une teneur de 0,46 % TREO, des ressources indiquées de 13 379 000 à une teneur de 0,36 % TREO et des ressources inférées de 3 268 000 tonnes à une teneur de 0,31 % TREO. Le total des ressources mesurées et indiquées s'établit désormais à 23 857 000 de tonnes à une teneur de 0,41 % TREO représentant 88 % de la ressource totale. Ces résultats sont à une teneur de coupure de 0,2 % TREO et ne sont pas limités à la fosse à ciel ouvert. Le tonnage total global est d'environ 10 % supérieur à la dernière estimation de ressources (voir les communiqués de presse en date du 30 juin et du 7 juillet 2011).

L'estimation de ressources du gîte de Kipawa a été mise à jour par SGS Géostat. Les travaux de forage réalisés depuis l'EEP de 2011 (voir communiqué de presse en date du 30 janvier 2011) totalisant 14 293 m ont été ajouté au calcul de ressources, ce qui a permis pour la première fois dans l'histoire du projet, d'obtenir des ressources mesurées. La base de données totalise maintenant 24 571 m en 293 trous de forage et 13 tranchées de 631 m. Les sondages historiques d'Unocal n'ont pas été utilisés pour l'estimation. Les zones minéralisées ont été interprétées sur des sections verticales et maillées en volumes selon les normes de l'industrie. Pour l'estimation du bloc modèle, la méthode de calcul par « Kriging » ordinaire a été utilisée avec des blocs de dimensions ajustés à 10 m x 5 m x 5 m. Les ressources mesurées et indiquées suivent une grille de forage de 25 m et de 50 m, respectivement. Les ressources extrapolées au-delà de 30 m de cette grille de forage sont considérées comme inférées.

Réserves minérales

Les réserves minérales pour l'ÉF ont été préparées, estimées et supervisées par Roche, en utilisant le modèle de SGS Géostat, à une valeur de coupure de 48,96 $ t avec une dilution de 5 % et une récupération minière de 95,2 %. Le design de la fosse à ciel ouvert de Kipawa a utilisé une valeur marginale (ou d'usinage) de coupure de 48,96 $/t et un seuil de rentabilité avec une valeur de coupure de 60,70 $/t pour la mine. Les réserves incluent 632 000 tonnes de matériel à basse teneur situées entre ces deux valeurs de coupure. Ce matériel sera envoyé à une réserve de minerai à basse teneur à proximité du site de la mine, et sera traité à la fin de la vie de la mine après épuisement des réserves.

RÉSERVES MINÉRALES DANS LA FOSSE TONNES MÉTRIQUES
Prouvées (51,7 % du gîte) 10 219 000
Probables (48,3 % du gîte) 9 550 000
Total 19 769 000
Teneur totale
Cérium (Ce2O3) 0,1195
Lanthane (La2O3) 0,0588
Praséodyme (Pr6O11) 0,0146
Néodyme (Nd2O3) 0,0550
Samarium (Sm2O3) 0,0123
Europium (Eu2O3) 0,0015
Gadolinium (Gd2O3) 0,0119
Terbium (Tb4O7) 0,0022
Dysprosium (Dy2O3) 0,0147
Holmium (Ho2O3) 0,0032
Erbium (Er2O3) 0,0101
Thulium (Tm2O3) 0,0016
Ytterbium (Yb2O3) 0,0096
Lutétium (Lu2O3) 0,0013
Yttrium (Y2O3) 0,0943
TREO 0,4105

Conception de base

La teneur diluée de TREO est de 0,4105 %, incluant une teneur diluée de 0,0147 % pour le dysprosium. Le calcul utilise une teneur de dilution de 0,093 % TREO. La récupération des éléments varient entre 65 % et 74 % pour une récupération moyenne de 70 % pour les 10 éléments principaux (La2O3, Ce2O3, Pr6O11, Nd2O3, Sm2O3, Eu2O3, Gd2O3, Tb4O7, Dy2O3 et Y2O3). Une production totale de 55 529 tonnes de TREO est anticipée pour la durée de vie de la mine. Lorsque la mine sera en mode de pleine production (années 2-15), une moyenne de 3 760 tonnes de concentré de Terres Rares par année sera produite.

Exploitation

La mine produira en moyenne 1 332 250 tonnes de minerai par année (3 650 tonnes par jour) avec un ratio stérile/minerai sans le mort terrain de 0,94 et une durée de vie de mine de 15,2 ans. Une opération minière standard avec pelle mécanique et camions hors route de 55 tonnes apportera le matériel foré et dynamité vers leur destination respective (halde à stérile, réserve de minerai à basse teneur ou réserve de minerai à haute teneur). Ensuite le minerai sera transporté par des camions à benne de 40 tonnes vers le site de l'usine de traitement de minerai.

Traitement

Une fois sur le site de l'usine de traitement, le minerai sera déversé dans la trémie d'alimentation du concasseur pour alimenter un circuit de concassage en deux étapes. Le minerai concassé sera ensuite entreposé dans un silo dont la réserve sera utilisée pour alimenter de façon constante 3 650 tonnes par jour vers un circuit de broyage à une étape. Ensuite un circuit de séparation magnétique va récupérer les minéraux de terres rares pour former un premier concentré. Les rejets de ce circuit « mag-sep » seront pompés vers un circuit d'assèchement puis transportés vers leur site de gestion, situé à l'extérieur et à proximité de l'usine de traitement. Le concentré de terres rares magnétiques sera re-broyé, épaissi et sera ensuite pompé vers le procédé hydrométallurgique (lixiviation à l'acide, neutralisation, élimination des impuretés et précipitation finale) qui produira un concentré de carbonate de terres rares. Ce concentré passera ensuite dans un circuit de purification pour éliminer les dernières impuretés et aussi faire une séparation des terres rares lourdes et légères. Les produits finaux de l'usine de traitement seront donc un concentré de terres rares lourdes et un concentré de terres rares légères.

Les résidus produits par le procédé hydrométallurgique seront pompés vers une installation d'épaississement localisée près du site du parc de résidus hydrométallurgiques (PRH). Les solides de ce résidu seront asséchés en quelques étapes en utilisant différentes technologies, et ensuite transportés et disposés mécaniquement dans le PRH. Ce site d'entreposage de résidus est assumé réhabilitable de façon progressive durant la vie de la mine. La dernière section du PRH et le reste des installations minières seront restaurées à la fin de la vie de la mine. Ce site d'entreposage de résidus hydrométallurgiques demandera des études et du travail de conception supplémentaires au fur et à mesure que le projet avancera dans ses prochaines phases.

Un total de 10 MW sera nécessaire pour alimenter le site de la mine et le site de l'usine de traitement. Une nouvelle ligne électrique reliée au réseau d'Hydro-Québec assurera cet approvisionnement électrique.

En 2010, les essais métallurgiques en laboratoire chez SGS Canada Inc. à Lakefield (Ontario) ont été orientés vers un procédé de récupération des terres rares connu avec des conditions agressives d'extraction (« acid baked leaching »). Au début 2011, il était devenu évident que des conditions beaucoup moins agressives que prévues étaient possibles pour extraire les terres rares des minéraux particuliers du Projet Kipawa (lixiviation à température ambiante), ce qui a permis une amélioration substantielle, simplifiant la conception de l'usine de traitement projetée.

La présente étude de faisabilité est basée sur les résultats des tests métallurgiques faits avant le 1 juin 2013. Une usine pilote a été réalisée durant l'été 2012 avec un composite de minerai pris à partir d'échantillons provenant de tranchées de surface. Puis une série d'échantillons de variabilité basée sur des échantillons de carottes provenant de 18 trous de forage de gros calibre, afin de créer huit composites différents, ainsi qu'un composite Global afin de vérifier si le procédé de traitement était valable pour l'ensemble du gisement. Les résultats ont montré une récupération inférieure à celle de l'EEP, mais ils ont également montré que le procédé fonctionne pour l'ensemble du gisement et aussi, où le procédé doit être optimisé pour améliorer la récupération.

À partir de ces résultats, un nouveau « Master Composite » représentant la totalité du gîte est prêt pour un pilotage supplémentaire prévu à l'automne 2013, pour encore améliorer le procédé de traitement du minerai.

SOMMAIRE D'OPÉRATION ANNUELLE
Production Unité An -1 An 1 Ans 2 à 15 (moyenne) An 15.2
Réserves extraites Mt 0,022 0,870 1,348 0,000
Rejets miniers Mt 0,468 0,928 1,233 0,000
Ratio stérile : minerai 1,1 0,9
Tonnes traitées Mt 0,000 0,884 1,332 0,232
Mort-terrain Mt 1,328 0,000 0,000 0,000
Concentré de REE mixte t 0 2,657 3,759 250
Concentré de LREE légères mixtes t 0 1,507 2,203 146
Concentré de HREE lourdes mixtes t 0 1,150 1,556 104
PRODUCTION ANNUELLE DE CONCENTRÉS DE
TERRES RARES LÉGÈRES ET LOURDES (t)
REO An 1 An 2-15 (moyenne) An 15.2 An 1-15.2 (moyenne)
Concentré TR légères
Cérium (Ce2O3) 727 1 049 69 1 018
Lanthane (La2O3) 337 541 36 523
Praséodyme (Pr6O11) 94 131 9 127
Néodyme (Nd2O3) 349 482 33 469
Concentré TR lourdes
Samarium (Sm2O3) 83 113 8 110
Europium (Eu2O3) 11 15 1 14
Gadolinium (Gd2O3) 83 115 7 112
Terbium (Tb4O7) 16 22 1 21
Dysprosium (Dy2O3) 106 144 9 141
Holmium (Ho2O3) 24 32 2 31
Erbium (Er2O3) 73 97 7 95
Thulium (Tm2O3) 11 14 1 14
Ytterbium (Yb2O3) 62 81 7 79
Lutétium (Lu2O3) 7 9 1 9
Yttrium (Y2O3) 674 913 60 890

Coût en capital (CAPEX)

L'estimation du coût en capital couvre le développement de la mine, les facilités de traitement du minerai et les infrastructures nécessaires pour le projet de terres rares lourdes de Kipawa basé sur l'application de méthodes standard de la réalisation d'une EF avec une précision de ± 15 %. Les coûts d'investissement ont été estimés à 374,4 millions de dollars, dont 257,99 millions de dollars en coûts directs et 67,56 millions de dollars en coûts indirects tel que l'ingénierie, l'approvisionnement, la gestion de la construction, les coûts du propriétaire et un coût de contingence global de 15 % ou 48,83 millions de dollars tel que décrit ci-dessous :

ITEMS DES COÛTS EN CAPITAL COÛTS
(MILLION $ CAD)
Installations à l'extérieur du site près de la Ville de Témiscaming
Sous-station principale / Hydro-Québec / stationnement 9,76
Services entre les sites
Ligne électrique 44kV / Communications / une partie de la route d'accès 13,35
Site minier
Équipement minier / Pré-Prod./ Routes / Ateliers / …et autres. 41,92
Site de l'usine de traitement
Infrastructures de support 23,27
Usine de traitement 137,21
Approvisionnement en eau douce 4,79
Parcs à résidus / Pipelines / Traitement des effluents 27,69
Site Usine Sous-Total 192,96
Total des coûts directs 257,99
Total des coûts indirects 67,56
Contingence globale (15 %) 48,83
Coûts totaux 374,4

Coûts d'opération (OPEX)

L'estimation des coûts d'opération a été calculée pour chaque étape et compilée par Roche. Les coûts d'opérations pour les étapes du projet de Kipawa de Matamec couvrent le minage, le transport du minerai, le traitement du minerai, la gestion des résidus et de l'eau, les frais généraux et administratifs, ainsi que les infrastructures et les services. L'estimation des coûts d'opération du Projet repose sur les principaux paramètres suivants :

  • Le nombre de tonnes de roches minéralisées minées par année : 2,5 millions;
  • Le nombre de tonnes de roches minéralisées usinées par année : 1,3 million;
  • Le nombre de tonnes de concentré de terres rares lourdes mixtes : 1 516 tpa;
  • Le nombre de tonnes de concentré de terres rares légères mixtes : 2 137 tpa;
  • La main-d'œuvre totale nécessaire pour le fonctionnement : 229 employés.

Le coût d'opération global pour le Projet est estimé à 78,5 millions de dollars par an, ou 21,53 $/kg de concentré de TREO mixte. Un résumé des coûts d'opération pour le projet est présenté ci-dessous :

Unités Moyenne
«Net metal return » (NMR*) $ /kg TREO 46,97
Extraction minière $ /kg TREO 4,97
Traitement** $ /kg TREO 13,35
Frais administratifs et généraux $ /kg TREO 3,18
Coût au comptant direct $ /kg TREO 21,53
La production Total de concentré d'éléments de terres rares mixte tpa 3 653
*NMR : Net Metal Return (Teneur x Récupération x Revenu)
**Le traitement inclut le coût de la gérance des parcs à résidus

Étude de marché

Les éléments des terres rares (ETR) sont généralement définis comme les quinze éléments lanthanides, incluant l'yttrium et le scandium. Ils forment un groupe de matériaux qui sont des intrants essentiels pour un large éventail de produits de consommation courante, ainsi que d'un grand nombre de technologies de pointe. Leurs puissantes propriétés magnétiques, optiques, électroniques et catalytiques ont rendus certains composés de terres rares indispensables à une partie importante de l'industrie mondiale, comprenant les domaines de l'automobile, de l'électronique grand public, des équipements médicaux et des technologies vertes.

La demande pour les terres rares lourdes pourrait bénéficier d'une forte croissance, en particulier dans le cas du dysprosium, du terbium et de l'yttrium, stimulée par une croissance importante dans les secteurs de la poudre de phosphore et des aimants permanents. Les prévisions pour les sept prochaines années dans le secteur des aimants permanents (néodymium, dysprosium et, à un degré moindre, le terbium) incluent généralement des gains importants de consommation annuelle. La combinaison du resserrement de l'offre chinoise et d'une demande mondiale croissante suggère que le prix du terbium, du dysprosium et de plusieurs autres terres rares lourdes augmenteront. La demande pour l'yttrium devrait augmenter également.

Les prix des oxydes de terres rares utilisés pour l'évaluation économique sont basés sur une étude de marché effectuée par « Asian Metals » (l'un des plus importants fournisseurs d'information métallurgiques au monde) et sur des discussions avec des utilisateurs finaux industriels clés. Ces discussions ont été importantes pour définir les prix finaux prévus pour chaque oxyde de terres rares. D'autres sources consultées pour l'historique des prix étaient les sites web et les rapports de « Metal Pages, » « Roskill Information Service Limited » et « Industrial Minerals ».

PRIX DES TERRES RARES - PRÉVISIONS 2016
Oxydes de terres rares Prix Marché ÉF
Ex-Works
Site minier
(US$/kg REO)
Coûts de
raffinage
(%)
Prix REO*
Ex-Works
Site minier
(US$/kg REO)
Quantités vendues
sur la durée de la
mine (est.)
(t REO)
Cérium Ce 5,90 $ 30 4,13 $ 15 479
Lanthane La 5,95 $ 30 4,17 $ 7 952
Praséodyme Pr 75,40 $ 30 52,78 $ 1 930
Néodyme Nd 75,00 $ 30 52,50 $ 7 132
Samarium Sm 6,85 $ 30 4,80 $ 1 679
Europium Eu 1 100,00 $ 30 770,00 $ 215
Gadolinium Gd 59,40 $ 30 41,58 $ 1 696
Terbium Tb 1 076,00 $ 30 753,20 $ 321
Dysprosium Dy 713,00 $ 30 499,10 $ 2 137
Holmium Ho 53,60 $ 40 32,16 $ 474
Erbium Er 63,60 $ 40 38,16 $ 1 063
Thulium Tm 1 200,00 $ 40 720,00 $ 32
Ytterbium Yb 56,70 $ 40 34,02 $ 555
Lutétium Lu 1 400,00 $ 40 840,00 $ 55
Yttrium Y 29,40 $ 30 20,58 $ 13 522
*Prix REO après déduction du coût de raffinage et des coûts de transport - Ex-works Matamec site de l'usine

Les coûts de raffinage pour atteindre une pureté de 99.9 % et plus n'ont pas été évalués pour l'ÉF, car le raffinage n'a pas été pris en compte dans le cadre de l'ÉF. Il a été décidé que ces coûts ne seraient pas considérés parce que Matamec n'a pas l'intention de se rendre à l'étape de raffinage, mais plutôt de produire deux concentrés de TREO : un concentré de LREO avec le Ce, La, Nd et Pr, et un concentré de HREO avec le Sm, Eu, Gd, Er, Tb, Dy, Ho, Yb, Tm, Lu et l'Y. Le prix de vente pour chaque concentré est calculé à partir de la moyenne pondérée des prix des terres rares individuelles à 99.99 % (min) de pureté moins un facteur de raffinage de 30 % pour la majorité des terres rares, à l'exception du Ho, Er, Yb, Tm et Lu qui ont un facteur de raffinage de 40 %. Le facteur est plus élevé pour ces dernières parce que leur degré de pureté doit être plus élevé que les autres, ce qui augmente les coûts de traitement. De plus, ces réductions respectives devraient couvrir tous les coûts logistiques pour le transport du matériel jusqu'à leur point de séparation prévu.

Le Projet est assujetti à une entente de coentreprise (le « JVA ») entre Matamec et Toyotsu Rare Earth Canada Inc. («TRECan»), une filiale de TTC (voir communiqué de presse daté du 12 juillet 2012 pour plus de détails sur le JVA). Présentement, Matamec détient une participation de 51 % et TRECan une participation de 49 % dans le Projet (voir le communiqué de presse daté du 8 août 2013). Le JVA contient une disposition en vertu de laquelle TTC deviendra l'acheteur de la production du Projet, conformément aux termes et conditions énoncées dans le JVA et dans l'accord d' «off-take » à être négocier et signer par les parties. Les négociations pour convertir l'accord suivront le dépôt de l'ÉF. TRECan est un partenaire stratégique bien connu qui a financé 16,0 millions de dollars pour compléter l'ÉF du gisement de Matamec.

Analyse économique

HYPOTHÈSE ÉCONOMIQUE
Oxyde de terre rare Prévision des prix
du marché de l'EEP
(FOB Chine 2016
US$/kg REO)
Prévision des prix
du marché ÉF
(Ex-Works site
minier 2016
US$/kg REO)
Quantité vendue
par année
(moy. est.)
(t REO)
Revenu
LOM
est.**
('000's)
Cérium (Ce2O3) 5,00 $ 5,90 $ 1 018,4 63 926 $
Lantane (La2O3) 10,00 $ 5,95 $ 523,2 33 120 $
Néodyme (Nd2O3) 75,00 $ 75,00 $ 469,2 374 453 $
Praséodyme (Pr6O11) 75,00 $ 75,40 $ 127,0 101 886 $
Samarium (Sm2O3) 9,00 $ 6,85 $ 110,5 8 049 $
Europium (Eu2O3) 500,00 $ 1 100,00 $ 14,1 165 486 $
Gadolinium (Gd2O3) 30,00 $ 59,40 $ 111,6 70 521 $
Terbium (Tb4O7) 1 500,00 $ 1 076,00 $ 21,1 241 363 $
Dysprosium (Dy2O3) 750,00 $ 713,00 $ 140,6 1 066 608 $
Holmium (Ho2O3) 65,00 $ 53,60 $ 31,2 15 246 $
Erbium (Er2O3) 40,00 $ 63,60 $ 70,0 40 565 $
Thulium (Tm2O3)* - 1 200,00 $ 2,1 22 824 $
Ytterbium (Yb2O3)* - 56,70 $ 36,5 18 870 $
Lutétium (Lu2O3) 320,00 $ 1 400,00 $ 3,6 46 496 $
Yttrium (Y2O3) 20,00 $ 29,40 $ 889,6 278 292 $
Taux de change (CAD $/US $) - 1,0 / 1,0
Taux d'actualisation (%) 8 % 10 %
* À l'EEP, aucune valeur n'a été attribuée au Tm et au Yb, car les prix n'étaient pas disponibles lors de la publication.
**Le revenu LOM estimé est calculé par le (Prix après raffinage x la Quantité vendue LOM) - Quantité vendue arrondi à la tonne près (voir tableau à la page 11)

Une analyse économique / financière du projet a été réalisée en utilisant un modèle de flux de trésorerie. Le modèle est construit en utilisant des flux de trésorerie annuels en monnaie constante (deuxième trimestre 2013). Aucune disposition n'est prévue pour les effets de l'inflation. Tel que requis dans l'évaluation financière des projets d'investissement, l'évaluation est effectuée sur une base dite «de participation de 100 % », c'est à dire la dette et les sources de fonds en capital sont ignorées.

HYPOTHÈSES TECHNIQUES
Item Valeur de
cas de base
Unité
Minerai total extrait 19,77 M tonnes
Taux de traitement 1 332 M tonnes / année
Durée de vie de la mine 15,2 Années
Récupération moyenne du procédé combiné 70 %
Coûts miniers moyens 7,03 ($ / tonne minée)
Coûts de traitement moyens 36,57 ($ / tonne usinée)
Frais administratifs et généraux moyens 8,71 ($ / tonne usinée)

Modèle financier et résultats

La répartition du coût en capital par item fournit un calendrier préliminaire des dépenses en capital sur une période de pré-production de deux ans. Le total des dépenses en capital pour la pré-production est évalué à 374,4 millions de dollars, excluant le fonds de roulement. Le total des besoins en investissements de maintien durant l'opération est évalué à 37,7 millions $, comprenant les dépenses de réhabilitation. Un équivalent en fonds de roulement de 3 mois du total des coûts annuels d'exploitation est maintenu pendant toute la période de production. Mise à part le remplissage initial et les pièces de rechange qui sont inclus dans l'investissement initial en fonds de roulement, une dépense supplémentaire en fond de roulement de 11,2 millions de dollars est requise. Les coûts d'exploitation totaux sont estimés à 1,182 milliards de dollars pour la durée de vie de la mine, soit une moyenne de 58,9 $/tonne usinée. Les résultats financiers indiquent une VAN positive avant impôt de 260 millions de dollars à un taux d'actualisation de 10 %. Finalement, un taux de rendement avant impôt de 21,6 % est prévu et la période de récupération de l'investissement initial est calculée à 3,88 ans.

REVENUS ET DÉPENSES
Item Cas de base Unité
Revenu minier total 2,548 milliards $ CAD
Dépenses en capital pré-production 374,4 millions $ CAD
Investissements de maintien (Incl. Restauration) 37,7 millions $ CAD
Fond de roulement additionnel requis 11,2 millions $ CAD
Coûts de restauration 23,1 millions $ CAD
Coûts d'opération totaux 1,181 milliards $ CAD
Flux de trésorerie avant impôt total 960 millions $ CAD
VAN @ 10 % avant impôt 260 millions $ CAD
VAN @ 8 % avant impôt 344 millions $ CAD
VAN @ 6 % avant impôt 450 millions $ CAD
TRI avant impôt 21,6 %
Période de récupération avant impôt 3,88 ans
Flux de trésorerie après impôt total 602 millions $ CAD
VAN @ 10 % après impôt 128 millions $ CAD
VAN @ 8 % après impôt 185 millions $ CAD
VAN @ 6 % après impôt 257 millions $ CAD
TRI après impôt 16,8 %
Période de récupération après impôt 4,12 ans

Analyse de sensibilité

Une analyse de sensibilité a été effectuée sur le scénario de base décrit ci-dessus pour évaluer l'impact des variations des prix du marché des terres rares, le total des dépenses en immobilisations pré-production, les coûts d'exploitation sur la VAN @ 10 % et le TRI du projet. Chaque variable a été examinée de façon indépendante. Des incréments de 10 % couvrant un intervalle de ± 30 % ont été utilisés pour chacune des trois variables.

La viabilité avant impôt du projet n'est pas significativement vulnérable à la sous-estimation des coûts d'investissement en capital et d'exploitation, pris indépendamment. La valeur actuelle nette est plus sensible aux variations des dépenses d'opération. Comme prévu, la VAN est plus sensible aux variations des prix des terres rares, suivie des coûts d'opération et finalement des coûts en capital.

Environnement, permis et acceptabilité sociale

Environnement et permis

Matamec a toujours été proactif et a respecté les règles énoncées par les différentes autorités gouvernementales.

Dès que la campagne de forage de 2009 a permis la définition d'un gîte de bonne qualité, Matamec a décidé de commencer une étude de référence sur le territoire autour du gîte. Enviréo Conseil, un cabinet indépendant de Rouyn-Noranda au Québec, a été embauché pour étudier l'eau, les poissons et les plantes aquatiques, et des échantillons de boue ont été pris sur 5 sites, au lieu des 3 recommandés par règlement.

Puis au printemps 2012, Matamec a engagé la firme Golder Associés Ltée pour compléter l'étude de référence qui avait débuté deux ans auparavant. En plus, ceux-ci ont également été mandatés pour effectuer une étude d'impacts environnemental et social qui devrait être terminée au T1 2014.

Un programme avancé de caractérisation géochimique a été mené au cours de l'année afin de classer les différents types de matériel extraits, incluant les dépôts meubles, le minerai et les stériles, et aussi de classifier les différents types de résidus qui seront générés par l'usine de traitement du minerai. Les stériles et les rejets du procédé de séparation magnétique sont classifiés comme non générateur d'acide. Les résidus du procédé hydrométallurgique sont classifiés comme générateur d'acide basé sur leur haut contenu en sulfure. Cependant, tout le sulfure est sous forme de sulfates déjà oxydés. Aucune génération d'acide n'est donc anticipée.

Des analyses radiologiques des lixiviats ont été réalisées à des fins de sécurité, tel que prévue par la directive 019 du MDDEFP qui prévoit une évaluation du niveau de risque associé au lessivage possible de paramètres radiogéniques de déchets miniers, de rejets de la séparation magnétique et des résidus hydrométallurgiques. Aucun des échantillons analysés ne s'est classé comme déchets à haut risque basé sur des analyses de radionucléides dans les lixiviats. Les analyses ont également été effectuées sur les solides eux-mêmes, et les résidus du procédé hydrométallurgique se classent comme potentiellement radiogéniques, mais demeurent cependant gérables. La mise en œuvre de programmes de gestion appropriés en ce qui concerne les éléments radioactifs assurera la sécurité de l'environnement, des travailleurs et de la population au cours de l'exploitation et après la fermeture de la mine. De plus, des analyses géochimiques additionnelles seront effectuées avant la phase d'ingénierie de détails dans le but de déterminer toutes les classifications finales et les paramètres de design finaux pour les infrastructures reliés à la gestion des résidus.

Les études hydrologiques et hydrogéologiques ont pour la plupart été réalisées et à partir de ces informations, un programme de gestion de l'eau a été préparé et sera optimisé dans les prochaines étapes du projet. Une étude est en cours pour évaluer la future qualité de l'eau sur les différents sites et ainsi déterminer les traitements d'eau qui pourraient s'avérer requis au site de la mine et au site d'entreposage des résidus hydrométallurgiques.

Basé sur les informations recueillies au cours de l'ÉF, il a été considéré d'aller de l'avant avec des entreposages de résidus sous forme asséchés, même si cette option est plus dispendieuse en termes de frais d'exploitation, et ce afin de minimiser les risques environnementaux liés à la gestion des résidus. Ceci permettra également à l'opérateur d'envisager de commencer la restauration progressive des sites durant l'exploitation minière.

La demande de bail minier a été déposée en mars 2012. L'avis de projet pour commencer le processus d'autorisation environnementale fédérale a été présenté au 1er trimestre 2013. Le plan de restauration et l'étude d'impact environnemental ont débuté au début du mois de mai 2012 et sont toujours en cours, mais sont bien avancés. L'application officielle pour l'obtention d'un Certificat d'Autorisation du MDDEFP est prévue pour l'hiver 2014.

Acceptabilité Sociale

L'équipe de Matamec priorise l'acceptabilité sociale dans le développement du projet. La compagnie s'est engagée à être reconnue par les habitants de la région comme un voisin socialement responsable.

En mars 2012, notre bureau régional a été ouvert au centre-ville de Témiscaming, créant de la visibilité et permettant un accès facile à l'information pour les personnes de la région. Des réunions et des discussions régulières ont lieu avec les Premières Nations. Ces réunions ont culminées avec la signature d'un MoU. En vertu de cette entente, les Premières Nations ont pu compléter leurs propres études culturelles et sociales décrivant leurs traditions présentes et passées et les ressources utilisées dans la zone du Projet. Ils ont également finalisé leur propre rapport de base socio-économique pour le projet. Ces études contribueront à la préparation de l'évaluation des impacts environnementaux du projet.

Une communication ouverte et constante existe entre l'équipe de Matamec et les citoyens. Des réunions publiques d'information sont organisées dans toute la région, soulignant notre engagement pour le dialogue et maximisant les opportunités de questions sur le projet.

Nous nous efforçons de comprendre les préoccupations de tous les intervenants et de maintenir notre stratégie de transparence grâce à une communication active et cohérente.

Conformité au règlement 43-101

Les données techniques présentées dans ce communiqué ont été préparées conformément aux exigences règlementaires canadiennes par ou sous la supervision des personnes ci-dessous. Toutes sont des personnes qualifiées indépendantes tel que défini dans le Règlement 43-101 sur l'information concernant les projets miniers (le « Règlement 43-101 »).

Personnes qualifiées Firme de Consultant Contribution
Guy Saucier, Ing. Roche ltée Gérant de projet
Yann Camus, Ing. SGS Géostat Ressources minérales
Pierre Casgrain, Ing. Roche ltée Extraction minière
Al Hayden, P. Ing. EHA Engineering Ltd. Métallurgie
Eric Poirier, Ing. GENIVAR inc. Infrastructure
Michel Mailloux, Ing. Golder Associates ltée Environnement
Marc Rougier, Ing. Golder Associates ltée Géotechnique
Mayana Kissiova, Ing. Golder Associates ltée Gérance de parcs à résidus et de l'eau
Valerie Bertrand, P. Géo. Golder Associates ltée Géochimie
Gaston Gagnon, Ing. SGS Géostat Marketing
Michel Bilodeau, Ing. Roche ltée Modèle financier

Les ressources minérales présentées dans ce communiqué ont été classées conformément aux Normes de l'ICM sur les définitions pour les ressources minérales et réserves minérales (novembre 2010).

Le lecteur est avisé que la viabilité économique de ressources minérales qui ne sont pas incluses dans les réserves minérales n'a pas été démontrée. Les estimations de ressources minérales ne tiennent pas compte de la capacité d'exploitation, la sélectivité, la perte minière et la dilution. Ces estimations de ressources minérales comprennent des ressources minérales présumées qui sont normalement considérées trop spéculatives d'un point de vue géologique pour y appliquer des considérations économiques permettant de les classer dans la catégorie des réserves minérales. Il n'y a aucune certitude que les ressources minérales présumées seront éventuellement converties en ressources mesurées et indiquées au moyen de forages additionnels, ni en réserves minérales suivant l'application de considérations économiques.

Les informations techniques contenues dans ce communiqué de presse ont été révisées et adoptées par Bertho Caron, V-P Développement de projet et Construction (Ing.) et Aline Leclerc, V-P Exploration (Géo.), les personnes qualifiées de Matamec pour ce communiqué de presse.

L'étude de faisabilité complète, préparée sous forme de rapport technique conforme au Règlement 43-101, sera déposée sous le profil de Matamec Explorations Inc. sur SEDAR au : www.sedar.com, dans un délai de 45 jours.

Appel conférence

La Société tiendra une conférence téléphonique le mercredi, 4 septembre 2013 à 10H00 (HE). Les participants peuvent se joindre à l'appel en composant le numéro sans frais 1 (800) 381 7839 ou 1 (416) 981 9000. Une webdiffusion en direct de la téléconférence sera disponible sur notre site Web à: www.matamec.com. Une copie de la présentation sera disponible sur notre site une heure avant la webdiffusion.

Si vous ne pouvez participer à l'appel conférence, une retransmission sera accessible à compter de 12H00 HNE la journée même en composant le 1 (800) 558 5253 (Canada et États-Unis) ou le (416) 626 4100 (international) suivi du code 21667794# jusqu'au 18 septembre à minuit.

A propos de Matamec

Matamec Explorations Inc. est une compagnie junior d'exploration minière dont l'activité principale est de développer le gîte de terres rares lourdes de Kipawa avec la compagnie japonaise TRECan.

De plus, la Société explore sa propriété de terres rares-yttrium-zirconium-niobium-tantale de Zeus, située le long du contact du complexe alcalin de Kipawa sur plus de 35 km. Depuis 2008, Matamec a découvert plusieurs indices potentiels. En particulier à l'automne 2012, des forages sur la zone PB-PS ont permis d'identifier une minéralisation d'eudialyte-mosandrite/yttro-tantanite/britholite semblable à celle associée au gîte de terres rares lourdes de Kipawa. Ce type de minéralisation est actuellement connu sur plus de 200 mètres et est ouvert latéralement et en profondeur. La Société prévoit forer ces extensions plus tard en 2013.

Matamec explore aussi pour l'or, les métaux de base et les éléments du groupe platine. Son éventail de propriétés aurifères inclut la propriété Matheson JV située le long du contact favorable de la mine Hoyle Pond dans le camp minier de Timmins en Ontario. Au Québec, la Société explore pour le lithium et le tantale sur sa propriété Tansim, et pour les métaux précieux et les métaux de base sur les propriétés Sakami, Valmont et Vulcain.

Mise en garde concernant les énoncés prospectifs

Le présent communiqué de presse contient de l' « information prospective » au sens de la législation en valeurs mobilières applicable au Canada. Les énoncés prospectifs sont généralement reconnaissables par l'utilisation des termes « pouvoir », « devoir », « continuer », « s'attendre à », « anticiper », « perspective », « prévision », « estimer », « croire », « avoir l'intention de », « prévoir » ou « projeter », ou leur négatif ou des variantes de ces mots, expressions ou déclarations sur lesquels des interventions, des événements et des résultats « peuvent », « pourraient », « devraient » ou « seront » prises, se produiront ou pourront être réalisés. Les énoncés prospectifs qui figurent dans le présent communiqué de presse incluent, notamment, des énoncés concernant les estimations des réserves et des ressources minérales, la réalisation des estimations des réserves et des ressources minérales, les estimations des coûts en capital et des coûts d'exploitation, la durée de vie estimative du projet et de la mine, la construction de la mine et des infrastructures associées, le calendrier et l'ampleur de la production future, les coûts de production, le succès des activités d'exploitation minière, la capacité d'obtenir les permis dans les délais prévus, l'envergure et le classement du projet une fois en production, les estimations en matière de rendement économique, les impacts sur l'environnement, la communauté et le milieu social, le marché des métaux rares et les prix de vente, la conclusion d'ententes de type « offtake » et les acheteurs du produit, l'évaluation environnementale et les permis s'y rattachant, la possibilité d'obtenir du financement à des conditions acceptables, les opportunités pour optimiser le projet à court et long terme, et la continuité quant au dialogue et la qualité des relations avec les communautés locales et les parties prenantes. Les énoncés prospectifs sont basés sur des présomptions qui, de l'opinion de la direction, sont raisonnables au moment où de tels énoncés sont faits. Aucune assurance ne peut être donnée quant à l'exactitude de ces énoncés prospectifs puisque les événements futurs ou résultats réels de la compagnie pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits dans ces énoncés prospectifs. Par conséquent, le lecteur ne devrait pas accorder une importance indue aux énoncés prospectifs.

Bien que Matamec ait tenté de répertorier les facteurs importants par suite desquels les résultats réels pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits dans les énoncés prospectifs, il peut y avoir d'autres facteurs par suite desquels les résultats pourraient différer de ceux prévus, estimés ou escomptés. Les facteurs par suite desquels les résultats pourraient différer considérablement de ceux qui sont décrits dans les énoncés prospectifs inclus, sans s'y limiter : la capacité de Matamec d'obtenir des sources de financement suffisantes pour avancer et compléter le projet, les incertitudes reliées aux estimations des ressources et des réserves minérales que possède Matamec, les incertitudes reliées à l'offre et la demande mondiale pour les terres rares ainsi que le marché et le prix de vente, les incertitudes reliées à la possibilité de conclure des ententes de type « offtake » et des contrats d'approvisionnement, les incertitudes reliées aux impacts sociaux, communautaires et environnementaux, les incertitudes reliées aux opportunités d'optimisation du projet, ainsi que les facteurs de risque énoncés dans le rapport de gestion de Matamec pour l'année financière se terminant le 31 décembre 2012 ou tout autre document d'information pouvant être consulté sous le profil SEDAR de la compagnie à www.sedar.com. Les renseignements prospectifs qui figurent dans les présentes sont donnés en date du présent communiqué de presse et Matamec n'assume aucune obligation de les mettre à jour, que ce soit pour tenir compte de nouveaux renseignements, de faits ou de résultats futurs ou pour toute autre raison, sauf si les lois sur les valeurs mobilières applicables l'exigent.

« La Bourse de croissance TSX et son fournisseur de services de réglementation (au sens attribué à ce terme dans les politiques de la Bourse de croissance TSX) n'assument aucune responsabilité quant à la pertinence ou à l'exactitude du présent communiqué. »

Renseignements